Cape homme pour balades en forêt: le patronage et la toile

Cet article s’inscrit dans le cadre du défi de Nabel, Je couds (ou je tricote) pour un homme. Compte tenu des délais serrés et surtout d’un emploi du temps surchargé, j’avais prévenu Nabel qu’au mieux je serais en mesure de présenter une toile.. Ah mais une toile portable que m’a rétorqué notre Nabel. Bon à vrai dire c’était bien l’idée mais vu le cahier des charges très changeant de Monsieur, cette toile ne restera qu’une toile, une pièce d’étude ou pourquoi pas un déguisement.. Mais autant commencer toute l’histoire par le début. J’espère que vous avez le temps (ou que vous le prendrez!) parce que ça risque d’être un peu long….

Il y a pas mal de temps que Monsieur envisage de longues balades en forêt, avec camping. Moi les balades en forêt passe encore, encore faut-il qu’il y ait une incitation à la clé comme un beau château à visiter, mais le camping sauvage, bofbof.. J’ai donné !! Monsieur a tout de même commencé à s’équiper en écumant les sites spécialisés et les magasins de surplus de l’armée…Dans le lot, il s’est acheté des sortes de cape / poncho de pluie, mais moches !!! Bon je ne dis rien, c’est son trip… Et puis il a commencé à tester ces capes et s’est rendu compte que les tailles maxi de l’armée, c’est pour des géants et il faut bien dire que les matières utilisées, 100% plastoc, ne sont pas vraiment agréables ou respirantes… Je n’ai pas résisté à l’envie de vous montrer une de ces capes achetées. Alors le motif, ça ne vous étonnera pas, moi j’adore, par contre la coupe et le plastique bof… Je pourrais quand même recycler cette cape en sac de plage ou de piscine!! Pourquoi porte-t-il un masque sur cette photo c’est parce qu’il m’a dit: tu ne vas quand même pas mettre ces photos moches sur le site!! Si c’est comme ça je mets un masque pour qu’on ne me reconnaisse pas… Alors chut.. vous ne l’avez pas reconnu!!!

Question textile, il à commencé à me parler de la laine. Il s’est rendu compte l’hiver dernier de son pouvoir thermique régulateur assez époustouflant, avec des chaussettes en laine. Cette discussion « textile » s’accompagne aussi d’interrogations de sa part sur le patronage éventuel d’une cape, dans le genre : dis, il faudrait faire comment pour concevoir une cape??? Juste un rond avec trois trous pour la tête et les bras?? A l’époque je l’ai un peu laissé sur sa faim, j’avais d’autres projets en tête mais j’ai promis d’y réfléchir.

C’est cet hiver, juste un peu avant le grand « Enfermement », que les choses ont commencé à se décanter. J’avais envie de me coudre un manteau et j’avais farfouillé dans les tissus de la mercerie du Fil Amant de Marie. Il y avait deux superbes lainages, un assez coloré que je me suis empressée d’acheter (oui c’est un projet pour cet automne, sisi), et un loden kaki magnifique… Quand Marie m’a parlé des propriétés du loden, notamment son imperméabilité, j’ai montré le tissu à mon jules.. Là les plans ont sérieusement commencé à tourbillonner dans sa tête et dans la mienne !!! J’ai cherché désespérément un patron de cape pour homme jusqu’à ce qu’en août, Marie me sorte de sa manche un bouquin avec le patronage de la cape !!! Il s’agit du volume 2 de la collection de Teresa Gilewska « Coupe à plat, les transformations », aux éditions Eyrolles. Il n’y avait plus qu’à patronner la cape idéale pour homme.

# Loden kaki, boutique le Fil Amant
Loden kaki, boutique le Fil Amant
Illustration de Teresa Gilewska

Plusieurs modèles sont proposés : le burnous, la cape droite à découpe raglan, le poncho et la cape châle. Mon choix évident s’est porté sur la cape à découpe raglan, choix qui a été approuvé par Monsieur. Pour le reste du cahier des charges, il n’avait pas d’idées bien arrêtées, hormis qu’il fallait impérativement une capuche.

Il s’agit d’un  patronnage de cape femme mais tout à fait adaptable pour les hommes. Il est basé sur le corsage de base. Pour ça j’ai pris le patron de base du T.shirt qui lui va bien sans être trop moulant, et j’ai remonté l’encolure devant. Peu de mesures sont requises, j’ai récupéré les lignes de taille et de poitrine en les mesurant sur lui. Ensuite pour déterminer l’ampleur de la cape au niveau des épaules, il faut prolonger la ligne de poitrine et rajouter une mesure qui correspond au quart de la différence entre le tour de poitrine et le tour de poitrine avec les bras, avec un rajout pour l’aisance.

# Coupe à plat les transformations de Teresa Gilewska
Coupe à plat les transformations de Teresa Gilewska

La découpe raglan est faite à partir de l’encolure, en passant par la ligne de carrure, que nous avons calculée. Là, il faut s’armer du cygne et de l’œil du maître pour faire une jolie courbe. Pour le bas de la cape, il est recommandé de ne pas trop élargir sur les côtés mais pour un effet plus trapèze, de faire plutôt un éclatement, c’est-à-dire un élargissement des pièces intérieures. Sur le devant, il faut rajouter une croisure pour le boutonnage. J’ai prévu 6 cm à cette fin. Il y a également une ouverture prévue pour les mains dans la découpe du raglan ainsi qu’une ouverture éventuelle sur les côtés de la cape, au niveau de l’ourlet, pour faciliter la marche. Je vous mets les schémas du bouquin d’autant que toutes ces informations sont en libre accès sur Internet, dont cette video (ici) qui m’a aidé.

Dans un premier temps, j’ai suivi les mesures préconisées. J’ai tracé les demi-dos (au pli) et demi-devant, avec les découpes raglan, puis j’ai décalqué toutes les pièces. J’ai fixé approximativement une longueur au niveau genoux, par rapport à la taille de Monsieur. Dans l’immédiat, nous avons laissé de côté la question de la finition col-capuche, vu les tergiversations de Monsieur tout au long de la préparation de cette toile. Marie a trouvé un patron de capuche d’un modèle de sweat homme, à reprendre une fois que le corps de la cape et l’encolure seraient validés. Nous avons épinglé ensemble les différentes pièces du patron sur Monsieur et vu déjà que l’encolure devant et dos étaient trop hautes et que la cape était trop droite et faisait sac ! J’ai donc ressorti mes règles et cygne, scotché du plastique pour modifier et élargir les pièces avec l’aide de Marie. Nous avons rajouté 5 cm de large en bas sur chaque pièce et nous sommes remontées mi-ligne droite, mi-arrondi pour retomber sur le tracé des épaules. J’ai rajouté 2 cm de marge de couture partout, histoire de ne pas me poser de questions.

Bon là une toile était indispensable, d’une part pour déterminer la quantité de tissu nécessaire et surtout pour ne pas risquer de saccager le beau loden. J’ai coupé la toile dans un grand coupon de 3 mètres de cotonnade kaki. Marie a suggéré, si la toile était concluante, de l’utiliser en guise de doublure! Alors tu vois Nabel, cette toile devait être portable puisqu’elle aurait servi à faire la doublure, mais mais mais…  Au moment de couper les pièces et vu les incertitudes de longueur, nous avons rajouté environ dix centimètres sur chaque pièce. Il m’aura fallu environ 2,50 mètres de tissu pour la cape, sans compter col, capuche et parementure.

Le montage a été laborieux. Je craignais ces arrondis au niveau des épaules et surtout la découpe raglan donc j’ai mis pas mal de crans (épaule, taille, poitrine, ouverture des mains..) Le raglan dos se pose très bien sur la partie centrale du dos et les crans tombent pile poil, juste un léger décalage au niveau de l’ourlet mais rien de bien méchant. La partie devant en revanche m’a donné du fil à retordre. L’arrondi du raglan présente pas mal d’embu. J’ai choisi de le résorber depuis la ligne d’encolure jusqu’au premier cran de montage, avant celui de l’ouverture des mains. Épinglage façon hérisson pour résorber tant bien que mal. Bon finalement, malgré tous mes efforts, c’est moche ce que j’ai fait, vu la quantité de plis. Mais bon, ce n’est qu’une toile et Marie m’a promis que le loden serait plus facile à travailler..

# Montage du raglan, cape pour homme

Pour l’assemblage du dos avec le devant, j’ai commencé par relier les différents crans et là ça n’allait pas du tout, rien qui collait et de gros décalages. J’ai donc recommencé en joignant seulement les lignes d’encolure dos et devant et en oubliant les crans, tout s’est posé à merveille jusqu’au bas.  J’ai bâti à la main tous les arrondis et pour le reste j’ai fait un bâti machine qui m’a permis de gagner du temps. A l’essayage, l’arrondi des épaules était clairement à reprendre et faisait des becs. Mais qu’est-ce qu’elle est moche ma couture du raglan….

On voit bien que ça se pose mal… Ah tiens il y a une petite robe qui se cache là-derrière, oui oui je vais vous en reparler prochainement…

Monsieur a accepté docilement de jouer à la « poupette mannequin » pour les modifications. Nous avons au moins à deux reprises adouci l’arrondi des épaules. Les retouches sont différentes, côté droit et côté gauche, donc il me faudra des patrons séparés pour chaque côté, aussi bien pour le devant que le dos, et surtout prier pour ne pas me tromper de côté. L’ouverture pour les mains, trop basse, a été remontée d’au moins 10 cm. J’ai recousu les épaules et la partie raglan avec les modifications.

Après pas mal de discussions avec l’intéressé, le col a été finalement retenu. Pour son patronage, j’ai choisi un col simple, droit avec croisure dans le prolongement du devant de la cape. Le volume 1 de Teresa Gilewska (Coupe à plat les bases) permet de patronner facilement plusieurs cols dont celui que je voulais. Nous avons remesuré la base de la capuche par rapport à l’encolure et après essayage elle a été retouchée. Nous avons enlevé environ 6 centimètres sur le milieu devant et redessiné l’arrondi. Au niveau montage, Marie avait indiqué deux options, soit une capuche amovible attachée sur le col, soit une capuche cousue sur l’encolure. J’ai décidé qu’elle serait cousue en sandwich entre l’encolure et le col, histoire d’éviter quelques boutonnières ou que Monsieur égare sa capuche si jamais il l’enlevait. Il avait aussi évoqué l’idée d’une capuche qu’on pourrait replier et glisser dans le col, façon « K.way »!! Ah! Ah!! va donc rouler une capuche en loden, doublée de surcroît… Il me prend pour la Marie Poppins de la couture je pense… En tout cas ça nous a bien fait marrer en cours!!

Quand nous avons abordé la question d’utiliser la toile en guise de doublure, Monsieur n’a pas moufté.. Mais après le cours de couture il m’a dit qu’utiliser une doublure en coton sur de la laine affecterait son caractère thermo-régulateur. C’est dans ces moments que je me dis mais pourquoi, pourquoi je parle « textile » avec lui ??? Et puis me rajoute-t-il: pourquoi faire une doublure? Je veux une cape « rustique »…  S’en en suivi un échange intensif de messages avec Marie pour trouver une solution. Elle a proposé le lin ou la soie qui ont les mêmes propriétés que la laine. Dans le stock de tissus de Marie, Monsieur n’a pas été emballé par le lin.. ben oui c’est un peu rêche, ça grattouille et les soies de Marie était vraiment très fines. Par la suite, elle a repensé à un petit rouleau de doupion de soie ancienne, planqué dans son stock.. Malheureusement j’ai oublié de la prendre en photo, elle est bleu marine. Ah!!!! ce tombé… juste l’épaisseur et la tenue qu’il faut et le côté chatoyant et soyeux de la soie… Je l’ai immédiatement fait mettre de côté. Inutile de vous dire que les copines du cours se sont insurgées sur ce choix… Quoi? déjà un superbe loden pour une cape qu’il va saloper, voire trouer, mais en plus cette belle soie en guise de doublure?!! mmmm…..

Le dernier essayage s’est avéré concluant.. J’ai fini de coudre ce week-end le col et la capuche modifiée et la toile est enfin validée par Marie et Monsieur. Il me reste encore à refaire les patrons définitifs de toutes les pièces, y compris les parementures, à redéfinir plus « cartésiennement » la longueur, pour l’instant j’ai épinglé à vue de nez.. Monsieur souhaite des poches intérieures (qui sont déjà dessinées), un col un peu plus haut, donc je vais rajouter 1,5 ou 2 cm sur la hauteur du col définitif. Il veut maintenant un « rabat sur l’ouverture pour les mains » pour éviter de se congeler les papattes. Et je vais conclure ce long article avec les ouvertures passepoilées sur lesquelles Marie n’a cessé d’insister malicieusement pendant tout le patronage de cette cape: boutonnières et ouvertures pour les mains passepoilées ce sera!  J’en ai déjà des sueurs froides!! Il faudra pour finir trouver les boutons adéquats, mais ça je sais que je vais trouver chez Marie dans son méga stock..

Voilà les derniers essayage de la toile achevée, bon ce n’est pas une merveille, elle n’est pas portable en l’état au vu des desiderata de Monsieur, mais au moins c’est une bonne base pour la cape définitive. Faut-il encore rajouter quelque chose???

et de dos

Et enfin zoom sur la capuche:

Je souhaite tout de même exprimer toute ma gratitude à Marie qui a dû faire faire face non seulement aux changements d’avis incessants de Monsieur (bon je pense que ça l’a quand même fait un peu marrer) mais aussi à mes crises d’angoisses et bourdes (putnaise les retouches ne vont plus, putnaise le col ne fonctionne pas, c’est trop petit, etc…)…

Affaire à suivre et en attendant très bonne semaine à toutes et à tous!!

Nathalie Poppins

 

Comments

    1. Merci beaucoup!!! Je ne pensais pas non plus que le projet allait devenir de plus en plus complexe. Mais tant qu’à faire du sur mesure, autant se donner un peu de mal!! Le loden est étalé sur ma table de coupe, on va probablement se parler aujourd’hui!!!

    1. Oh merci la Gauchère!!! J’avoue que je me suis régalée à faire ce travail de patronage qui n’est certes pas très compliqué et insurmontable, avec toute la réflexion sur les matières.. Tout ça est passionnant!! Monsieur est déjà content du résultat de la toile, ouf…

  1. Quelle patience ! Dommage que tu ne puisses l’utiliser comme doublure. D’ailleurs pourquoi veux-tu absolument mettre une doublure ?
    Maintenant « yapluka », couper dans le loden.
    Bon courage pour la suite de cette couture.

    1. Merci beaucoup!! Je pense que ce sera mieux avec une doublure en terme de confort, la cape se posera mieux et puis j’ai du mal à concevoir un tel projet sans doublure, il serait comme inachevé..

  2. Très bel article ! Merci pour tes mots doux, mais y a pas de quoi ! Moi je disque cette toile ferait quand même bien une doublure… quitte à être provisoire, du genre provisoire qui dure… et pour les mains…une bonne paire de gants…pourquoi pas au tricot.. hein y a de bonnes idées sous la caboche en plus des boutonnières passepoilées . A bientôt

    1. Ah! Ah!! la notion du « provisoire qui dure » je lui ai assez reproché, je ne vais pas oser maintenant l’utiliser contre lui.. Je pense qu’il avait raison de ne pas vouloir de coton pour doubler, mais cette histoire n’est pas encore terminée… Je vais voir ce week-end s’il y a moyen de caser toute la doublure dans ton beau coupon de soie mais je crains qu’il soit trop petit. En faisant peut-être une parementure plus large sur le devant je gagnerai du métrage pour la doublure dos qui est la partie la plus large..
      Ah oui des gants!!! bon je n’en ai jamais tricoté.. ça rajoute encore au cahier des charges de cette cape qui devait être « rustique » quand même!!!

  3. Moi non plus je ne pensais pas que c’était si compliqué de coudre (oups, de patronner !) une cape !
    Tu es toute pardonnée de n’avoir produit « que » une toile. Mais j’ai hâte de vois la version finale ! Jamais touché de Loden mais ce que j’en lis sur internet me fait penser que tes copines du cours ont surement raison : tu devrais le garder pour toi ce loden 😉

    1. Moi aussi je pensais que ça irait plus vite au niveau de la conception mais cette découpe raglan a nécessité plusieurs ajustements. Le loden est juste superbe et il pèse un bon poids!! Il faut faire attention sur Internet parce qu’ils vendent souvent de la laine bouillie pour du loden, ce qui n’est pas du tout la même chose. La laine bouillie mouillée rétrécit considérablement et n’est pas imperméable. Le loden subit un travail de feutrage dans de l’eau chaude et du savon. Et ensuite il est brossé. Ce loden kaki est en fait un tissu ancien que notre prof a déniché. Il date des années 50 et est un parfait état. De ce que j’ai lu, il est d’un entretien facile mais il aura du fil à retordre avec Monsieur qui est un grand spécialiste des taches tenaces.. Je pensais pouvoir en garder un bout pour moi mais le coupon fait 4 mètres et je pense qu’il n’en restera pas grand chose au final..

  4. Bijour madame Poppins ! Comme tu as bien bossé, comme le plumage de ton cher et tendre est joli !
    & quel patience !!!
    Bon, tu veux pas tenter les ajustements d’un pantalon maintenant ? /* ben quoi ? J’essaie !!! */

    1. Ah si seulement j’avais les pouvoirs magiques de Marie Poppins!!! Mais tout ce travail a été un vrai plaisir. J’avoue que j’ai hâte de passer à la phase finale mais j’appréhende un peu de couper dans le loden vu que je dois couper les pièces sur l’endroit et que je ne dois pas me gourer entre les pièces droites et gauches (je suis une « droitière / gauchère » contrariée et ma grande spécialité est de confondre droite et gauche!!). Et je n’ai pas de marge d’erreur parce que le coupon fait 4 mètres et il sera impossible de retrouver le même..
      Je vais essayer de contacter Marie Poppins pour voir si elle peut nous tuyauter sur les ajustements pantalon!!! Ah! Ahh! chipie!! Mais une chose après l’autre… Et toi tes réalisations couture homme? Il ne me semble pas avoir vu de publication… mmmm…

  5. Géniales tes aventures de cape et d’aiguilles ! Quelle rigolade ! J’admire le temps et les efforts que tu as investis dans ce projet là. Je suis impatiente de voir le magnifique loden prendre forme. Marie (pas Poppins) et toi y mettrez un peu de votre magie, j’en suis sûre.

    1. C’est sûr que Monsieur s’est bien fait chambrer en cours!!! Mais il a joué le jeu avec les essayages cette fois-ci!! Je vais essayer de collecter toute la poudre de perlimpinpin que je peux trouver pour la réalisation finale.. Si tu trouves une baguette magique, tu me la mets de côté!!

  6. Quel boulot pour satisfaire les envies de Monsieur! Mais en même temps c’est gratifiant d’arriver à patronner un vêtement qui sera forcément unique. J’attends de voir cette cape dans ce superbe loden.

    1. Pour une fois qu’il exprime un souhait particulier il me paraissait important de prendre en compte toutes ses demandes (réalisables bien sûr). Il était surtout intéressé par les matières textiles et il a bien écouté, le chenapan!!

  7. Je trouve que la cape est une bonne idée pour aller dans les bois, par contre de luxe, la cape, hein ? Parce qu’entre le loden et le doupion de soie, je dis que monsieur est bienheureux et en plus, c’est du sur-mesure.
    Un immense bravo !!!

    1. Cape de luxe effectivement… Mais c’est un trop beau projet pour le gâcher avec des tissus bas de gamme et inappropriés en terme de confort et de chaleur… Merci beaucoup mais attendons de voir le résultat final!!

  8. Ton mari aura une cape bien chaude et surtout une cape classe avec le tissu que tu prends. J’attends de voir avec impatience le modèle final.

    1. Cape rustique mais tissus plutôt classe effectivement!!! J’ai également hâte de m’attaquer au loden. Pour le moment j’ai refait les pièces du patron pour la doublure. et quelques pièces du patron pour la cape, vu que tout va être coupé sur l’endroit et pas en double épaisseur.. Je ne pensais vraiment pas que tout ça prendrait autant de temps mais j’aime autant prendre mon temps pour ne pas gâcher les tissus..

  9. Non mais quelle histoire !!! Et quel travail ♥
    Ton jules et son masque m’ont bien fait marrer
    J’attends avec impatience la version définitive en Loden 😉

    1. Merci!!! Il est allé lire l’article et il m’a dit quoi? mais on voit ma tronche???! Ben quoi on voit aussi la mienne sur d’autres articles!!! Bon après quand même il m’a dit que l’article était rudement bien détaillé… enfin un compliment!!! ah ces mecs….

  10. Quand je pense que mon fils me tanne pour que je lui couse un cape style médiéval et que j’hésitais déjà , je vais lui dire qu’on va reporter cet ouvrage de quelque, non beaucoup de temps. D’autant que je n’ai pas le nain géant en permanence à la maison pour les essayages. Bravo pour ta patience et ton obstination.

    1. Oh mais c’est un beau projet!!!!! C’est quand mieux d’avoir l’intéressé sous la main pour les essayages sinon mon jules est prêt à revendre ses capes de l’armée maintenant qu’il attend celle en loden avec impatience… Mais elles ne font pas vraiment médiéval!!!

    1. Merci beaucoup Céline!!! C’est un projet qui lui tient à cœur donc j’essaie de répondre à ses souhaits. Il manifeste un plus un tel intérêt pour les textiles… Bon la cape va devoir attendre malheureusement en raison de ma récente chute. Mais dès que je serai à nouveau en mesure de marcher, je la reprendrai. Le loden est déjà coupé cousu. Il y avait des retouches à faire sur les épaules mais on n’a pas pu s’y atteler. J’ai aussi des solutions de rechange pour la doublure, j’ai commandé du voile de lin qui devrait le satisfaire en terme de régulation thermique. Affaire à suivre..

Leave us a Message