Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des poupettes Robes

Rydell, la jupe salopette qui ne voulait pas..

La jupe salopette Rydell avait tout pour plaire: des plis creux sur le devant de la jupe qui lui donnent un beau volume et un air rétro, des poches cavalières, une bavette sur le devant, des bretelles croisées dans le dos et trois boutons pour fermer la jupe sur un côté. Joli modèle certes mais surtout exercice de style de par les techniques de montage requises. Il s’agit d’un patron PDF avec l’inconvénient d’un certain nombre de feuilles à imprimer et d’un exercice de scotchage long et fastidieux. Qui plus est, des petits problèmes de raccordements qui ne font que s’amplifier au fil des feuilles..

La résistance du tissu

J’ai tout de suite imaginé cette jupe salopette dans un camouflage (ben oui ça faisait longtemps..). J’avais choisi au départ ce tissu déniché à la caverne alsacienne l’été dernier. Son seul inconvénient est qu’il n’a pas beaucoup de tenue. J’ai coupé laborieusement le tissu et j’ai monté les poches. Mais après la coupe, le tissu avait pas mal bougé et je me suis retrouvé avec des décalages de plus de 5 cm. Plutôt que de me laisser m’enterrer dans un projet galère sans nom, la Prof a suggéré de repartir tout de suite dans un tissu plus raide.

C’est finalement un autre tissu provenant également de la caverne alsacienne qui a été retenu. Bon je dois dire que c’est une véritable toile de tente au niveau épaisseur et tenue! D’ailleurs je l’avais acheté dans la perspective d’en faire un sac… Ce tissu présentait des défauts, avec des parties plus blanches. Nous avons décidé de les exploiter au niveau de la ceinture et les bretelles. Du fait de sa rigidité, il a donné un effet montgolfière à la jupe, ce qui a nécessité de recouper assez (trop) radicalement la jupe.

Le tissu de doublure a été acheté pour l’occasion à Mondial tissus.

Les aléas du patron

Le patron comprend un grand nombre de pièces, 11 au total, avec des parties doublées (poches, ceinture et bavette).

L’originalité de cette jupe salopette est son boutonnage sur le côté. Et là grand moment de solitude, j’ai tourné les pièces dans tous les sens sans comprendre comment ça marchait. Même la Prof s’est creusé la cervelle c’est tout dire!! Il manque des pièces au niveau du montage de la patte de boutonnage pour un rendu parfaitement propre à l’intérieur. Donc exit la patte de boutonnage au profit d’une simple fermeture à glissière..

De plus, certaines pièces (poches et patte de boutonnage) sont coupées de manière à pouvoir s’emboiter plus facilement mais leur forme rend impossible tout surjet. La Prof a mis quelques coups de ciseaux pour simplifier leur forme et permettre ainsi une finition plus propre.

La forme de la bavette a également été modifiée. Elle a été élargie sur les côtés pour mieux couvrir la poitrine et éviter de bailler, arrondie dans le bas au niveau de son raccord avec la ceinture, et un peu raccourcie (mais ça c’était lié à ma stature). La longueur des bretelles est également trop juste, nous les avons rallongées.

Un montage plutôt galère

La couture des pièces séparément n’est pas complexe. Il y a juste beaucoup de pièces à coudre et à surpiquer, du montage des poches, à la préparation de la bavette et des bretelles. Cela demande du temps et de la minutie.

La pose de la fermeture à glissière a été un véritable calvaire en raison de la rigidité du tissu et des multiples épaisseurs. Ma première tentative a été un beau ratage, j’ai tout défait.. La Prof aux doigts magiques a pris la main pour réaliser cette couture! Une fois la fermeture et la ceinture montées, là nouvelle catastrophe: c’est beaucoup trop petit et il est clair que le tissu ne va pas se détendre.. Il ne restait plus assez de tissu pour recouper des pièces donc seule solution: rogner sur tous les fronts, les côtés, refaire des plus petits plis sur le devant. Mais bien sûr cela signifiait de tout défaire y compris la ceinture et le zip. Au niveau de la couture du zip des « rustines » ont été rajoutées pour accroître les marges de coutures. Bon on ne va pas se mentir, cette finition avec le zip n’est pas terrible à cause de l’épaisseur du tissu. Les piqûres initiales ont laissé des traces sur le tissu. Elles passent relativement inaperçues dans le motif mais quand même…

Là où les choses se corsent c’est lorsqu’il faut assembler le tout, puisque tout doit être fait pratiquement en une seule opération. En effet la ceinture est composée de deux pièces (endroit et doublure) qu’il faut parfaitement poser dans la perspective des finitions avec le zip et de leur raccord. Il faut aussi prendre en sandwich la bavette sur le devant ainsi que les bretelles dans la ceinture dos. Le patron propose de fixer les bretelles au dos par des boutons mais vu l’épaisseur du tissu et pour se simplifier un peu la vie, j’ai suggéré de les prendre dans la ceinture. Il faut aussi s’assurer que la bavette est bien positionnée et ne pas oublier au préalable d’insérer les boutons jeans en haut de bavette pour les bretelles.

Un bilan mitigé

La jupe salopette est un peu trop grande maintenant (cela se voit dans le dos et sur les côtés) mais du fait du tissu cela s’avère nécessaire. Bon ça me laisse  la possibilité de la porter avec un pull!! Les fixations des bretelles m’ont donné du fil à retordre. La première fois que j’ai porté cette robe, les bretelles n’arrêtaient pas de se détendre et glisser. J’ai fini par les épingler à l’envers et il faudra que je les couse. La robe est censée se porter assez courte et nous l’avons rallongée mais peut être qu’il faudrait enlever quelques centimètres.

J’adore tout de même ce modèle, et j’ai très envie de la refaire dans un tissu cette fois plus souple, cette fois avec le boutonnage sur le côté. J’ai déjà quelques candidats qui pourraient faire l’affaire. En espérant que cette fois elle voudra un peu plus…

Très bon dimanche

Falbala

7 Comment

  1. Eh bé ! Si même la,prof n’a pas compris le montage de la patte de boutonnage, c’est qu’il y a un problème. Bravo pour le rattrapage, le résultat est finalement très sympa.

    1. Oui le patron et le pas à pas ne sont pas d’une clarté limpide. Mais j’ai bien l’intention de la refaire avec cette patte de boutonnage, c’est ce qui fait tout le charme de ces robes salopettes..

  2. Cette jupe salopette a été un vrai parcours du combattant … Déjà, le patron en PDF (personnellement, je n’aime pas ça du tout). Et les explications apparemment approximatives. Heureusement qu’il y avait ta Prof. Je trouve le résultat fini plutôt sympa. Bravo pour tout ce travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *