Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des poupettes Robes

Une moitié de robe Odella

Je suis tombée un peu par hasard sur le patron de robe Odella (Anna Rose patterns), en furetant sur le site de l’Atelier d’Angie et de Couture en coulisse. J’ai tout de suite été attirée par sa forme, légèrement trapèze et avec une taille basse, le détail des fausses poches et du dos ouvert. L’intérêt du patron est en outre qu’il pouvait se décliner soit en chaine et trame, soit en maille.

Le patron n’est disponible qu’en version PDF, il est peu onéreux. Il se reconstitue très facilement et rapidement, pas besoin de passer un rouleau de scotch.. Il y a sept pièces (sans compter les parementures). Il est donné pour relativement difficile (3/4) mais à part le montage des fausses poches, il n’y a pas vraiment de difficultés. Il n’y a pas de tuto à proprement parler sur le site de la créatrice mais elle consacre un article sur la naissance de ce patron et son souhait de revisiter la robe Courrèges, courte et de forme trapèze. C’est toujours intéressant de voir comment un projet prend forme et se développe.

Mes doutes sur le patron et ses transformations initiales

La première question qui se pose est mais comment passe-t-on de la version chaine et trame à la version maille ? Aucune explication n’est donnée si ce n’est que, pour de la maille, la fermeture à glissière n’est pas nécessaire !! Ah ! Ah ! bon tuyau… Donc vous l’aurez compris, il faut se débrouiller uniquement avec le tableau des mensurations et à l’aide de ses propres patrons de base si on en a… Les marges de couture sont incluses dans le patron, soit 1 cm, ce qui est bien si on coud de la maille mais un peu juste pour du chaîne et trame (1,5 cm c’est mieux).

Au vu du tableau des mensurations, j’ai décalqué la taille 38. J’avais vu sur les sites consultés que le modèle taillait grand et était donné pour une stature de 1,65 m. J’ai reporté les marges de couture de 1 cm pour pouvoir vérifier les dimensions et j’ai sorti mon patron de base en maille, avec le scalpel prêt à en découdre !! je peux donc confirmer que ce modèle taille très grand, il débordait très largement de mon patron de base qui est loin d’être ajusté..

Au vu des reprises nécessaires un peu partout sur le corsage, j’ai décalqué mon patron de base, jusqu’à la ligne de ceinture (taille basse). En reconstituant le patron de la jupe en entier (avec les fausses poches) j’ai fait coïncider la ligne de taille avec celle de la jupe. C’était plus facile pour le dos.. Pour le dos j’ai également repris mon patron de base, j’ai gardé les pinces du modèle original et craignant que du coup cela resserre trop le dos j’ai aussi gardé à peu près les dimensions en largeur. Cela m’a fait un rajout conséquent d’1 cm de chaque côté. Je sentais déjà à ce stade que je devrais reprendre cet ajout !!!

Du fait que j’ai utilisé mon patron de base pour le corsage, j’ai également récupéré mon patron de manche. Donc j’ai aussi fait l’impasse sur les pinces de manches prévues initialement.. Bon après tout ça, vous allez me dire mais qu’est-ce qu’il reste du patron Odella ??? Heu la jupe (le bout de jupe devrais-dire !) et les fausses poches quand même !!

J’ai zappé les ouvertures dans le dos. Je trouve ça très sympa mais pas vraiment adapté pour une robe d’hiver. Je réessaierai probablement pour une robe d’été. Je n’ai donc pas repris les parementures encolure et dos pour cet effet dos décolleté.

La réalisation en maille

Pour ce modèle, j’ai utilisé une maille dénichée à la caverne alsacienne, un tissu très graphique dans les tons de vert et noir. C’est un tissu assez mou mais j’avais vraiment envie d’une robe dans ce tissu après avoir vu la réalisation de la Prof avec ce même tissu. Il y avait assez peu en métrage, chacune de nous avait récupéré un coupon. Au vu de mon peu de métrage et compte tenu des motifs, je ne me suis pas posée de questions en termes de placement.

J’ai combiné cette maille graphique avec un coupon de molleton assez fin et mou. Il est réversible (vert anis et gris) mais je n’ai utilisé visuellement que la face verte, la couleur se mariant assez bien avec les couleurs du tissu graphique. Ce molleton provient d’un troc avec une élève du cours de couture. Je l’avais en stock depuis un certain temps et son choix s’est imposé tout de suite avec cette maille graphique. L’avantage des découpes et des robes en plusieurs morceaux est qu’on peut combiner les tissus et les coloris. J’ai utilisé mon molleton vert pour les fausses poches et pour les finitions ourlet des manches et de la jupe. A cet égard, bien que cette robe  soit donnée pour une stature d’1,65, même pour moi elle était trop courte. J’ai gardé toute la longueur de la jupe (y compris avec les 3 cm qui auraient dû partir dans l’ourlet).

La seule réelle difficulté du modèle est le montage des fausses poches. Là je dois dire que je ne suis pas vraiment convaincue du montage indiqué. Le livret d’explications est assez clair, faut lui laisser ça mais le système employé est presque aussi compliqué que pour des vraies poches. Et au final la finition proposée n’est pas terrible. C’est bien la peine de se donner tant de mal pour des fausses poches. Je n’ai pas eu de problème pour l’assemblage mais le fait d’avoir un tissu en maille, donc extensible, a grandement facilité l’opération. Par contre pour du chaine et trame, cela doit être un peu plus délicat et là je conseille de plus grandes marges de couture pour faciliter les opérations.

J’ai ramené ma robe bâtie pour discuter du montage des poches avec la Prof. On a conclu qu’au moins pour de la maille (tissu mou) il fallait maintenir toutes les pièces avec un bouton, ce que j’ai fait avec des boutons de mon stock. Sur ses conseils, j’ai aussi fait une couture à la main sous le rabat pour solidariser les pièces. Au passage, la Prof en a profité pour mettre son grain de sel et reprendre le corsage ainsi que le dos.. Mes ajouts ont été supprimés par une couture/pince milieu dos, elle se fond parfaitement dans les motifs du tissus. La forme évasée (trapèze) de la jupe a été rectifiée. Cela ne marche pas très bien avec ce tissu « moumou ». Le montage de la robe a été fait essentiellement à la machine à coudre (point zig léger), j’ai utilisé la surjeteuse pour monter les bandes d’ourlet, et la recouvreuse pour l’ourlet d’encolure.

En définitive, le bilan est mitigé dans le sens où il ne reste pas grand-chose du patron initial.. mais ça, on commence à en avoir l’habitude! A ce sujet, j’espère très bientôt vous montrer une illustration encore plus spectaculaire de transformation de patron, pour l’instant je trime et je rame encore sur ce projet. Mais ça reste quand même une bonne opération dans la mesure où la robe est agréable à porter et m’a permis de piocher dans les stocks (tissus et boutons). Il ne me reste plus que de quoi faire une éventuelle jupette. Avec les restes des deux tissus je devrais arriver à bidouiller quelque chose…

Très bonne soirée!

Nathalie

19 Comment

  1. Le bilan ne devrait pas être mitigé car tu as une jolie robe à la fin. L’esprit du modèle est là et les proportions aussi. Est ce que le patronage complet n’aurait pas été plus compliqué, notamment pour la partie poches?
    J’aime beaucoup ton tissu avec les raccords anis. A force d’en voir par ici, tu vas finir par me faire aimer cette couleur qui te va si bien.

    1. En fait mon bilan est mitigé en termes de patronage. ça m’agace de plus en plus de voir des modèles mal patronnés ou avec des lacunes qui m’apparaissent de plus en plus comme manifestes! Mais ça c’est probablement à cause (grâce aux) des cours de couture avec une Prof qui est experte en la matière. Sinon effectivement la robe me plait et elle correspond tout à fait au modèle de la créatrice. J’ai suivi à la lettre le patronage pour les poches mais la technique n’est pas top, d’où le rajout des boutons pour maintenir toutes les pièces des fausses poches!!
      Je suis ravie de voir que la couleur te plaise mais je suis en train de revenir à un « amour » antérieur pas toujours bien assumé: le rouge!!! Et puis ça va bien avec le kaki!!

    1. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une création parce que j’ai quand même respecté la forme de la robe, telle que conçue par sa créatrice. Oui c’est pas mal d’adaptations du patron qui me fait dire que j’aurais presque pu m’en passer… Merci en tout cas de ton gentil commentaire!!

    1. Merci beaucoup!! La version d’origine est visible sur le site de la créatrice (en lien dans l’article). Elle y montre ses réalisations de cette robe. On peut aussi en voir de belles réalisations sur les sites que j’ai indiqués et puis le petit schéma montre bien à quoi elle est censée ressembler..

    1. Merci!! Oui les deux tissus se combinent assez bien en termes de couleur.. Vu les découpes prévues, sur ce modèle cette robe se prête très bien à différentes combinaisons de tissus et de coloris. La créatrice a même fait le corsage dans un tissu différent de celui de la jupe et ça rend très bien..

  2. Dans la case « je change tout et je fais ma robe à moi » je demande Nathalie ! Bravo, la couture c’est aussi fait pour ça, adapter le patron à nos envies, et c’est très bien réussi .

    1. Merci, merci!!!! Oui c’est tout à fait ça!!! Maintenant faut apprendre à patronner soi-même et à comprendre comment adapter un patron.. c’est un aspect de la couture qui me plait de plus en plus.

    1. Merci beaucoup!! J’adore cet imprime très graphique.. faudra que je montre la version de la Prof! Mais bon c’est un tout autre niveau!!! Peut-être un jour quand je serai grande….

  3. J’aime bien le résultat final. J’en suis un peu au même stade que toi en ce qui concerne les patrons, c’est à dire que j’ai l’oeil de plus en plus critique sur les patrons du commerce (et leurs défauts…), suite aux avis de ma prof de couture (modéliste et styliste de formation). Bravo pour ta réalisation.

    1. Merci beaucoup!! Maintenant je considère la plupart des patrons comme des sources d’inspiration, on en prend ce qu’on peut et on adapte avant de couper, ça évite les retouches sauvages et parfois impossibles à réaliser!!

  4. J’aime beaucoup cette robe et ce tissu grafique très lumineux. Les détails vert anis contribuent à l’illuminer. Je suis chaque fois plus impressionnée par tes progrès en couture. Et pas seulement tes progrès techniques, mais aussi la façon dont tu as réussi à surmonter tes doutes et à te lancer dans des modifications de patron, des hacking façon GI Jane et d’autres aventures. Bravo.

    1. Oulala mais je vais avoir les chevilles qui gonflent, qui gonflent!!! Merci de ce beau compliment ça me fait très plaisir.. GI Jane à l’attaque des patrons mal fichus!!! L’anti Cécile Morel!!! Bon faut dire que les derniers projets un peu laborieux ont été une bonne leçon de patience.. Rien ne sert d’aller trop vite surtout sur des précieux, donc on refait et on refait le patron… mmmm….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *