Des jupettes en série

J’ai décidé de faire une présentation groupée en vous montrant un ensemble de jupettes réalisées au fil des mois, avec plus ou moins de succès, selon leur statut de test ou de produit réellement fini. Dans le lot, il y a des jupettes de la Pitchoune du Doubs et de Fanfreluche en personne. Je vous livre le tout sans commentaires…

Bon allez, j’ai bien du mal à ne pas ajouter mon grain de sel. Donc la première jupette bleue était destinée à tester une jolie jupe en lin orange, tirée du magazine printemps-été 2015 de Ottobre (modèle n° 9). J’envisageais de la refaire dans un tissu plus « classe », mais bien d’autres projets sont venu supplanter la pauvre jupette en lin. Peut-être au printemps prochain.

La deuxième jupe est inspirée de la toute première réalisation couturesque de Fanfreluche, une jupe à empiècement large à la taille et bas de jupe légèrement froncé.

La troisième est encore un modèle estival (jupe de base ornée d’une ceinture nouée) tiré d’un petit coupon de coton psychédélique de chez Toto Tissus.

Et voici LE fameux prototype, LA PREMIERE OEUVRE ever, sans laquelle rien n’aurait été possible… (bon – j’arrête les trémolos). Cela étant, c’est vraiment la toute première jupe que Fanfreluche ait osé aborder, avec l’aide et le soutien moral de Falbala.

En voici quelques autres, dont la jupette zébrée, qui est plutôt réussie (hum hum les chevilles enflent). La jupe zébrée est inspirée d’un modèle Burda et réalisée dans un jacquard acheté sur le site de Pretty Mercerie. Elle comporte un grand nombre de découpes – un peu prise de tête – mais qui ne se voient pas dans ce tissu à motif (c’était bien la peine de se compliquer la vie !) Elle comporte également deux petites poches fermées par des fermetures à glissière. Le tissu utilisé a un joli brillant, il est souple et agréable à porter, mais s’effiloche beaucoup. Malgré cela, il a finalement été facile à discipliner à la surjeteuse. La Pitchoune a souhaité avoir sa propre jupe cousue dans le même tissu. Mais cette fois-ci on arrête les frais : c’est une petite jupe droite sans aucune découpe (à quand les photos Pitchounette ?).

Pour terminer, dans le désordre, des œuvres couturesques parfois abouties, parfois hasardeuses : une jupe trapèze esprit vintage, ornée d’un joli passepoil bleu canard et de trois petits boutons, une jupe façon portefeuille en tweed bleu nuit et simili cuir noir (inspirée du modèle minijupe Lara du Burda Cours de couture pour débutants – tellement mini qu’il a fallu y ajouter un biais à l’ourlet hum, hum) et, enfin, une création personnelle (même le patron) plutôt rock & roll, qui a bien failli finir à la poubelle, mais sauvée par le gong grâce à notre professeur Sarah.

Et voilà pour aujourd’hui. J’ajouterai que ma Serial piqueuse vit un « drame » actuellement, puisqu’une perte de poids – voulue et bienvenue – fait en sorte que certaines de ces jolies jupettes pendent lamentablement autour des hanches. Que faire ? Attendre le résultat des repas de fête ? Ou mettre en vente les jupettes ? Attendons de voir ce qui se passe.

A bientôt.

Fanfreluche

Comments

  1. Elles sont toutes belles ces jupettes, j’avoue avoir un faible pour le premier prototype qui a été le début de cette grande aventure..
    Pour les variations de poids, il y a toujours la solution des bretelles ou des jupes portefeuille!!!

  2. Oui. La fameuse jupe portefeuille est une alternative, la jupe à élastique aussi ….
    Sans blague, reprendre ses valeurs de couture côté sur les jupes n’est pas la mer à boire.
    Ne pas couper le tissu, pour se rassurer en cas de yoyo !

  3. Bravo pour toutes ces réalisations. Elles sont toutes aussi belles les unes que les autres !
    ( je critique mais il faut aussi complimenter ! ! )
    Vous avez parcouru un sacré chemin depuis le début de nos cours . .

Leave us a Message