Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des poupettes Robes

La robe Bretzel, à déguster sans modération !

Ceux et celles qui viennent régulièrement lire ici nos délires de Serial Piqueuses auront compris entre temps que Fanfreluche – et Falbala aussi d’ailleurs, dans une certaine mesure – est une couturière alsacienne. Par conséquent, la robe bretzel coule de source. Pourtant, à aucun moment lors de l’achat de ce tissu et tout au long de la réalisation de ce projet, je n’avais compris que c’était une robe bretzel. En fait, c’est notre Prof particulièrement douée dans l’interprétation des taches de couleur (ça me fait penser à ce type de test psychologique qui s’appelle le test de Rorschach), qui a appelé mon attention sur les « bretzels » qui s’entrelacent sur ma robe.

Moi qui croyais avoir choisi un tissu estival, bleu et blanc, façon île grecque !

Me voilà revenue dans l’ambiance winstub, bock de bière et bretzel ! Chassez le naturel…

Le projet

La robe bretzel a pris naissance un jour où M. Fanfreluche m’a gentiment accompagnée au Marché des Hollandais, à Strasbourg. Il est tombé en arrêt devant ce magnifique panneau de jersey milano.  J’avais quant à moi repéré un panneau dans des couleurs similaires, décoré de tulipes, mais il a insisté pour que j’achète celui-ci pour coudre une robe droite (je comprends mieux maintenant, car M. Fanfreluche adore les bretzels…).

Réalisation de la robe bretzel

Le patron de la robe bretzel est le même que celui de la robe geisha. Si, si, je vous promets, c’est vrai. Il s’agit du patron de ma robe de base, mais adapté au panneau de jersey milano qui s’est avéré trop petit pour faire une robe d’une longueur décente pour moi.

Ajustements et points techniques

Dans un premier temps, la Prof m’a dessiné deux empiècements d’épaule, un devant et un dans le dos, afin de faire rentrer la robe dans le coupon dont je disposais. Je vous montre le premier jet de ma robe bâtie.

Dans un deuxième temps, il a fallu ajuster le dos de la robe qui faisait de vilains plis sur les côtés et présentait un surplus de tissu au niveau de ma cambrure. Le dos a donc été repris sur les coutures latérales et nous avons ajouté une pince verticale pour tenir compte de ma cambrure. Il a également fallu remonter le dos au niveau de l’empiècement dos.

La troisième étape fut la correction de la pince poitrine. En effet, vous aurez compris en lisant l’article sur la robe geisha, que c’était une zone à problème. La pince a été élargie, rallongée et descendue de deux centimètres environ. Falbala a shooté la séance de retouches et, comme d’habitude, ça a fini en rigolade !

Zoom sur la pince poitrine

Je suis bien plus satisfaite de cette version de la pince poitrine. Par conséquent, vous n’y couperez pas, il a fallu faire quelques photos en gros plan !

Le shooting de la robe bretzel

Outre quelques photos in situ, Falbala m’a organisé une sortie en mode touriste, pour placer la robe bretzel dans son contexte.

Bon ce ne sont pas les îles grecques, mais le soleil strasbourgeois était au rendez-vous. Je vous propose quelques jolies vues des ponts de l’Ill et de la « fontaine giclette » (dixit Falbala).

Et pour finir un clin d’oeil au street art, parce que ça fait très plaisir à Falbala. Et moi aussi j’aime bien.

J’espère que vous avez aimé ce petit tour dans les coulisses de ma cousette alsacienne et je vous souhaite une excellente soirée.

A bientôt

Fanfreluche

14 Comment

  1. Elle est splendide cette robe, qu’elle soit grecque ou bretzel et monsieur a eu raison d’insister pour que tu achètes ce tissu.. Je vois que tu as finalement osé les plans rapprochés pour les pinces! Bravo!!
    C’est vrai que c’était une belle journée (même s’il y a eu de « l’orage » dans l’air… mmmm…) et il aurait été dommage de ne pas montrer Strasbourg sous le soleil et avec un beau ciel bleu. Avec « fontaine giclette » et street art c’est topissime!!

    1. Merci Falbala pour ce joli shooting. Tu as l’oeil. Et oui, je pense que les pinces valaient bien un gros plan.
      On devrait plus souvent prendre le temps de faire des photos en extérieur. Mais voilà, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a, et qui trop embrasse… (attention ! private joke).

  2. Eh bien voilà des pinces bien placées !!! Elle est seyante et j’aime beaucoup les couleurs. Par contre, je ne dois pas être branchée bretzel ( et pourtant je suis une gourmande ), j’y vois plutôt l’azur, la mer…
    Bravo !!!

    1. Merci rosephi ! Tu es sur la même ligne que moi. Bretzel ou pas, cette robe m’évoque le ciel bleu, la mer et les beaux villages immaculés. Mais en tant qu’alsacienne pure souche, je ne pouvais pas faire l’impasse sur l’anecdote du bretzel ! Cela dit, avec les différents ajustements, je crois que là on est près de la « robe idéale » qui, depuis le début de notre aventure couture, était le graal que nous recherchions, Falbala et moi. Bise et à bientôt.

  3. Moi j’aime les 2, et même les 3, la mer, les bretzels et ta robe. Elle est à tomber, j’ai montré la photo à mon homme qui m’a répondu « ça c’est de la robe  » traduction joli joli ☺. Elle te va super bien, et te fait une ligne élégante.
    Bon week end nous c’est direction l’île de Ré

    1. Coucou Mary Tainne. Merci beaucoup de ton commentaire. Je suis particulièrement touchée par le compliment de ton homme ! Le sur mesure c’est top, merci la Prof. Après, le choix du tissu fait le reste. Bises et profitez bien de vos vacances.

  4. Cette robe te va très bien. C’est l’avantage du sur mesure. J’aime beaucoup ces tons de bleus qui m’évoquent plutôt les îles grecques ( ça me donne envie de partir en vacances !). Bravo, c’est très réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *