Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des poupettes Robes

La robe de la maman du marié – Projet mariage #2

Le 25 août j’entrerai dans cette jolie petite église au bras de mon fils. La date fatidique approche dangereusement. Vous avez vu le coussin porte alliances – projet mariage #1 que j’ai terminé il y a un moment déjà et j’ai pensé que vous aimeriez voir où j’en suis avec la robe de la maman du marié – projet mariage #2.

De l’inspiration à la conception

Le choix du tissu

J’avais d’emblée imaginé une robe longue en fourreau. Le modèle qui m’a inspirée est celui que j’ai vu sur le site de Oonaballoona: une robe droite avec une fente asymétrique, un joli décolleté et un tissu fleuri.

J’avais tout exprès acheté un beau satin de coton fleuri lors d’une escapade parisienne avec Falbala. Le tissu était magnifique, avec des guirlandes de fleurs de toutes les couleurs. Il comportait un peu d’élasthane et j’en avais 3 mètres. Donc c’était convenu. Mais – car il y a toujours un mais – vous connaissez ma hantise du tissu qui poche au niveau du postérieur ! Or, avec une robe droite telle que je l’imaginais et ce satin de coton extensible, le risque était plus que jamais présent de me retrouver avec un tissu déformé au mauvais endroit ! Qu’on s’imagine le spectacle : Fanfreluche qui remonte l’allée centrale de l’église au bras de son fils avec un double postérieur ! Quelle horreur !

Il a donc fallu changer mes plans. J’ai apporté une sélection de tissus lors d’un cours de couture du vendredi soir et, avec l’aval de la Prof et de Falbala, le choix s’est arrêté sur un piqué de coton fleuri, bien ferme et sans élasthane. Je vous montre.

Le patron

Au début, ces dames étaient hésitantes quant à mon idée de faire une robe longue. Alors, pour leur montrer le potentiel du tissu, je l’ai drapé sur moi en créant des petits plis asymétriques dans le creux de la taille. Du coup, j’ai vu les yeux de la Prof pétiller. Ça venait de faire « tilt » : la robe serait drapée d’un côté autour d’un empiècement latéral. Nous avons dessiné ensemble – enfin surtout la Prof (vous comprendrez en voyant la photo) – le patron de la robe à mes mesures.

Une petite parenthèse pour vous expliquer que le patron a été dessiné sur une feuille plastique qui sert normalement à protéger les sols ou les meubles des projections de peinture (à trouver dans les magasins de bricolage). Les tracés se font au feutre indélébile (attention! indélébile = on ne peut plus les effacer – sauf à l’alcool). Les modifications de tracé doivent donc se faire dans une autre couleur. Il faut bien se rappeler quelle couleur a été utilisée pour les différentes étapes du patronage. L’avantage de ce film plastique est qu’il est à la fois transparent, souple et solide. Je ferme la parenthèse.

La réalisation

La robe une fois coupée, j’ai tout épinglé et fait un premier essayage. Je vous épargnerai l’ensemble des photos réalisées en mode selfie, à la maison, devant mon armoire à glace (et le lit pas fait). C’était trop moche!

Cela dit, pour ne rien arranger, j’avais coupé l’empiècement latéral sans respecter l’asymétrie, donc pour obtenir un premier aperçu j’ai dû l’épingler sur l’envers. Je vous montre la bêtise. Ainsi, cela vous donnera une idée du chemin parcouru depuis le début du projet.

A partir de là, la Prof aux doigts de fée a repris la main. Le vendredi suivant, ce fut séance de retouche intensive et Falbala a tout enregistré en photo.

Moulage et personnalisation de la robe

Le drapé

Pour commencer, j’ai bien sûr recoupé l’empiècement pour qu’il soit dans le bon sens et je l’ai mis en place. Puis, nous sommes passées à l’étape moulage du drapé sur Fanfreluche (en chair et os – enfin, surtout en chair !).

Et le résultat final – drapé validé.

La cambrure et le cintrage

Deuxième étape, il fallait ajuster le dos de la robe et tenir compte de ma cambrure. La pose d’une pince au milieu dos a contribué à mieux cintrer la robe et a nettement amélioré le visuel.

La fente et la correction de l’aplomb latéral

A ce stade-là du travail, Fanfreluche avait tout à fait oublié l’idée de la fente asymétrique. Mais pas la Prof qui garde la tête sur les épaules et le compas dans l’oeil. La fente a été créée directement « sur la bête ».

Puis, il a fallu corriger l’angle de la couture latérale pour qu’elle tombe bien droite. En tant que Serial Piqueuse couturière amateure, c’est clairement un élément que je n’aurais jamais pensé à vérifier. C’est du pur professionnalisme et ça change tout.

résultat après moulage

Et voilà ! Finalement, si vous le voulez bien, vous me direz ce que vous en pensez. Rien à voir avec le mode selfie du début, n’est-ce-pas ?

Mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, car il reste maintenant à consolider les retouches et à faire toutes les finitions. Vous verrez donc la robe toute terminée dans un deuxième article.

Je voudrais terminer par une spéciale décidace à la Prof et un grand merci à Falbala pour ce super reportage photo (pas de voyage cette fois-ci, mais on revient de loin quand même). J’espère que ça vous a plu aussi.

En attendant la suite, gardez le cap.

Fanfreluche

20 Comment

  1. L’instant est solennel et la robe est très belle ! Je sais déjà ce que je veux porter si mon fils se marie… en Alsace…. car ma belle fille est originaire de cette région où elle a toute sa famille maternelle. Mais c’est toujours remis à plus tard. Sauf que nous sommes invités en grandes pompes chez les beaux-parents en juillet et je me demande s’il n’y a pas de l’annonce dans l’air…
    Affaire à suivre !
    En tout cas, ta robe est superbe à la hauteur d’un tel moment.
    Bises

    1. Comme c’est drôle! Mon fils au contraire se mariera à Poitiers. Les jeunes nous font voir du pays. Je suis heureuse que tu trouves la robe jolie. J’avoue que pour le moment j’ai encore quelques hésitations. Je saurai pour sûr quand elle sera tout à fait terminée, que je la verrai avec les chaussures et les accessoires.

  2. Elle est magnifique ta robe, bravo à toutes celles qui sont intervenues pour mener à bien ce « chantier ». Tu as eu raison de choisir un tissu sans elasthane, et celui-ci est particulièrement beau. Je ne sais quelles chaussures qui mettra, mais personnellement je raccourcirais hauteur chevilles visibles …. je pense d’ailleurs que l’ourlet n’est pas terminé, sinon ne change rien, elle est canon cette robe

    1. Merci beaucoup Mary Tainne. J’ai commencé à surfer sur Zalando et j’ai vu des escarpins en satin fuchsia à bout pointu. Je me dis qu’il serait intéressant d’associer le brillant du satin à la robe qui est réalisée dans un tissu mat. Je n’ai effectivement pas encore fait l’ourlet et la longueur cheville est une bonne idée. En fait il reste encore un peu de travail à faire sur ce projet, mais on avance…

  3. Bravo pour cette robe!!! Elle sera à la hauteur de l’évènement que toute mère redoute… remonter l’allée centrale au bras du futur époux sous le feu des photographes! nul doute que vêtue de cette magnifique parure, tu feras pâlir d’envie toutes les futures belles-mères de l’assistance… En plus, la petite fente ajoute un petit twist pour dévergonder un peu cette tenue de cérémonie.
    Il ne reste plus que le reportage sur la robe de la demoiselle d’honneur et le tour est joué!

    1. Aïe Marie-Pierre, tu me mets encore un peu plus la pression ! Mais en même temps tu me rassures en me disant que la robe est réussie. La réflexion prend forme pour la robe de la demoiselle d’honneur. J’ai déjà passé commande de tulle blanc et rose, pour avoir le choix. Mais je vais éviter le syndrome de la robe meringue, pour que la princesse voie le bout de ses pieds.

    1. Oh ! Merci beaucoup Rosephi. Tous vos gentils compliments me vont droit au coeur. Je suis bien d’accord avec toi. Rien ne vaut le sur mesure pour mettre en valeur les atouts de notre silhouette.

  4. Quel beau drapé ! Ta robe est très belle et tu vas faire honneur à ton fils. Mais quel travail pour en arriver à ce beau résultat ! C’est très intéressant de suivre l’évolution de cette belle création. Merci d’avoir eu cette idée

  5. Je suis sûre que ça va être une réussite!!! On a encore le temps de partir à la chasse aux chaussures mais je resterais sur l’idée d’une couleur soutenue, fuchsia ou rouge, de la couleur des grandes fleurs. Et vendredi on pourra encore faire des photos de la suite de la construction!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *