La veste berlingot en embuscade


La veste berlingot est une veste militaire. Comment non !? Si, si, je vous assure. D’ailleurs, cela se reconnaît à sa double rangée de boutons, à sa découpe diagonale sur le devant et à la fente qui décore le dos.

Bon, je suis d’accord, on n’a jamais vu une veste militaire rose berlingot. Il fallait bien commencer un jour.

La veste berlingot – le projet

Cette veste est tirée du magazine Fait Main n° 433 de février 2018 et c’est Nathalie qui l’a repérée pour moi. Le magazine est à elle – et il traîne toujours chez moi ! C’est pas bien ça !

Je lui avais fait part de ma dernière marotte, celle de me coudre une veste militaire. Ça n’a pas fait un pli, deux jours plus tard elle est revenue avec trois magazines et plusieurs propositions. Et voilà, j’ai arrêté mon choix sur la veste militaire ci-dessous.

Le patron

Pour gagner du temps lors du cours de couture du vendredi soir (ah le bon temps des cours de couture – on croyait vraiment qu’ils avaient repris pour de bon !) j’ai copié le patron en taille 44. J’ai montré mon œuvre toute fière à Marie et elle m’a dit : « ça m’a l’air grand tout ça ! » Zut et re zut ! Il faut vraiment que je prenne l’habitude de mesurer les pièces du patron avant de décalquer une dizaine de pièces juste parce que je suis persuadée de faire une taille 44 !

Marie avait raison, c’était trop grand. Donc, j’ai recommencé en copiant la taille 40 !

Lors du premier essayage, je n’étais pas enthousiaste. Trop grand, trop long, pas assez cintré… bref, pas seyant. Il y avait du boulot en perspective.

C’est Fanfreluche qui a bien voulu vous montrer. Moi je n’avais pas trop envie à ce stade.

Le tissu

Ah, mais j’ai oublié de vous dire ! La veste berlingot c’est une toile pour la future veste militaire. Vous voilà rassurés, n’est-ce-pas ?

Compte tenu de l’ampleur des retouches sur ce patron, heureusement que j’ai fait cette toile.

Pour tester le modèle, il me fallait un tissu avec suffisamment de tenue. C’est en fouillant dans le fond des boîtes à tissu que j’ai retrouvé ces deux coupons de jean rose avec élasthanne.  Et vous savez quoi ? Je les avais achetés chez Butinette il y a des années, justement avec le projet de me coudre une veste en jean un peu décalée.

Comme on disait « veste décalée », j’avais acheté deux nuances de rose, déjà dans l’optique de faire du colour block. Donc, ce jean rose était le candidat idéal pour ma toile. Le patron, avec ses découpes devant et dos, ainsi que ses manches tailleur, allait me permettre de m’amuser un peu avec mes deux roses.

La veste berlingot – Essayage et retouches

Je disais donc, du boulot en perspective. Marie a sorti son armée d’épingles et nous avons commencé la campagne (militaire) des retouches. On a taillé dans le vif. Même pas peur !

Et pour vous illustrer mon propos, Nathalie nous a fait une série de photos avant / après. Nous avons bien rigolé.  Mais comme on a fait les folles, beaucoup de photos étaient floues, dommage. Je vous montre donc celles qui sont présentables.

Vous avez vu ? A gauche sur la photo la veste originale et à droite après retouches. Y a pas photo ! Euh… ben si !

La veste berlingot – La finition

La reprise des retouches a considérablement modifié la forme des pièces et du coup certaines marges de couture étaient peu orthodoxes. Moches et irrégulières. Je n’avais pas du tout prévu de doubler la veste au début, puisque c’était une toile à massacrer. Mais Marie m’a recommandé d’exploiter tout le travail qui nous y avions investi et de poser une petite doublure pour que la veste soit propre à l’intérieur.

Nouvelles techniques

Mais avant cela, il a fallu coudre les bracelets de manches, poser le col, puis les parementures devant et dos (ou peut-être l’inverse… je ne me souviens plus) et, enfin, les parementures d’ourlet. Je n’avais encore jamais posé de parementures d’ourlets, mais cela crée une jolie finition, en particulier au niveau de la fente du dos. Ensuite, Marie m’a montré comment les maintenir en place en les fixant discrètement à la main au point de chausson. Encore une nouvelle technique. Puis ce fut le tour des parementures devant, que j’ai fixées, toujours à la main, avec un point avant sur les marges de couture des découpes princesse. Facile et efficace. Je n’ai pas fait de photos de cette étape, et maintenant que la doublure est posée, il faudra me croire sur parole.

Et puis j’oubliais un autre point important : Marie m’a montré comment fabriquer des épaulettes à partir de plusieurs épaisseurs de molleton. Pour chaque épaulette j’ai coupé trois demi-cercles de 14 cm de diamètre que j’ai superposés en les décalant légèrement les uns par rapport aux autres. Le but étant de créer une épaisseur plus importante au niveau de la ligne droite du demi cercle et une épaisseur allant en diminuant au niveau de l’arrondi. Puis elle a été retaillée pour lui donner la forme finale et j’ai cousu ensemble les trois épaisseurs avec un point de bâti.

Pour mémoire pour ma prochaine réalisation, l’épaulette n’est pas centrée sur l’épaule (environ 5 cm sur le devant et le reste sur le dos – me semble-t-il). Pfff… pas très précis tout ça !

La doublure

Pour la doublure j’ai déterré un autre coupon improbable : un jersey très fin et très souple qui avait des défauts d’impression par endroit. En effet, il fallait un tissu capable d’épouser les mouvements du jean avec élasthanne. Je craignais que ce jersey ne soit trop transparent pour cacher l’intérieur de la veste, mais pas du tout, il fait le job ! La partie avec défaut a pris place à l’intérieur de la manche et du coup on n’y voit que du feu.

Là aussi, toute la doublure a été fixée à la main. L’emmanchure de la doublure a été cousue sur les marges de coutures de l’emmanchure de la veste. Puis la tête de manche est venue se placer par-dessus. Tout a été proprement cousu à la main au point invisible. Cette technique a l’avantage de très bien stabiliser la doublure au niveau de la manche. Rien ne glisse, rien ne vrille. C’est parfait.

Les boutons

Et nous voilà au stade final de la veste. J’ai choisi de jolis boutons dans le stock de la Mercerie du Fil Amant. Six boutons pour le devant de la veste et deux pour les bracelets de manches. Et comme il m’a fallu un peu de temps pour terminer toute cette couture à la main, je me suis attaquée aux boutons juste après la reprise du confinement. Arrivée à ce moment de la finition, je me suis aperçue que la veste serait plus jolie en posant huit boutons sur le devant. Tant pis, les bracelets de manche attendront. Mais Marie m’a mis de côté les deux boutons manquants et un jour peut-être, si tout va bien, je pourrai aller les récupérer au magasin.

double rangée de boutons

 

La veste berlingot – les photos

En l’absence de Nathalie, c’est Caroline qui a joué à la photographe aujourd’hui. J’ai constaté que ma « vieille » robe trapèze (à voir ici), s’accorde plutôt bien avec la veste rose. Donc, en avant le shooting.

Merci Caroline.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec toutes mes excuses pour les plis. La veste avait déjà une demi-journée de campagne militaire dans les dents !

Je vous embrasse en attendant de nouvelles aventures.

 

Fanfreluche

 

 

Comments

    1. Merci beaucoup Jeannine pour ton gentil commentaire. Il est vrai que c’était une saga cette veste-là ! Et finalement je suis contente d’avoir une toile portable. Je m’interroge pour la version définitive. Faudrait-il prévoir un système de fermeture ? À voir…

  1. Mais elle est superbe cette veste militaire .. rose! J’adore la doublure.. Maintenant yapluka la faire en kaki!!!!!! Là aussi j’ai du stock (comment????) et même un tissu avec élasthanne si ça t’intéresse. La double rangée de boutons est très chouette.. J’en déduis que cette veste n’est pas « fermable »? Marie a toujours des merveilles de boutons!! J’ai décidé de faire un saut prochainement à la boutique, histoire de lui rendre une petite visite et de m’offrir un craquage en règle.. Je pense que je l’ai amplement mérité maintenant que j’ai le droit de remarcher. Je peux récupérer les boutons si tu veux et mon jules pourra te les remettre.

    1. Merci beaucoup ma Nath. C’est trop bien que tu puisses de nouveau t’appuyer sur ta jambe. Je serais contente si tu pouvais prendre les boutons chez Marie et je te souhaite un happy craquage ! La veste kaki suivra. J’ai déjà acheté une gabardine à Paris, mais sans élasthanne. J’espère que du coup la veste ne sera pas trop juste… D’autres aventures en perspective. Bizz

  2. Nous sommes sur la même longueur d’ondes car j’ai terminé dans la semaine, une veste militaire en tissu camouflage pour ma part.
    Je suis admirative du rendu de ta veste et je certainement m’essayer à ce patron car je l’ai en stock. Je suis comme toi. Je taille dans le vif sans vraiment prendre mes mesures et il me faut tout retailler ensuite.
    Cette couleur rose ne me dérange pas. Ca fait du bien dans la grisaille. Je la trouve très réussie et elle te va parfaitement.
    Voici le lien vers ma veste militaire (mix de deux versions d’un patron Burda pas très glam vue ainsi)
    http://www.stylettante.net/archives/2020/11/11/38610984.html
    Bonne journée

    1. Bonjour Armelle. Merci pour ta sympathique visite. J’ai bien admiré ta veste. C’est un modèle très seyant. Il faudra que je réfléchisse à un moyen de fermer ma prochaine veste. Peut-être avec des brandebourgs.

  3. Alors moi j’aime beaucoup ton beau berlingot ! J’adore le côté décalé du rose avec le côté martial de la veste. Et comme d’habitude, que d’aventures couturesques !
    Bref, ta veste est vraiment sympa, elle va égayer la période hivernale à chacune de vos sorties ! /* Avec attestation et motif valable, gna gna gna … */

  4. Tu l’as mise au garde à vous cette veste récalcitrante !
    J’aime beaucoup la couleur et ces deux rangées de boutons. Tu as bien fait d’en mettre 8, ça fait moins vide.
    Bravo !!!

    1. Merci beaucoup la Gauchère. Oh vraiment, le kaki c’est surfait ? Mince alors. Ça ne fait rien, je vais tout de même tenter. J’ai déjà le tissu et quelques écussons militaires à appliquer. Mais je me demande comment la fermer. Brandebourg, fermeture éclair ou patte de boutonnage ? Mais ça risque de changer le style. Bref, encore un peu de réflexion à venir.

  5. Elle te va très bien cette veste colorblock !
    Je n’ai effectivement jamais vu de veste militaire rose mais la garde montée canadienne porte des vestes bien rouges ! 😉
    Bravo au modèle et à la photographe, les photos sont très jolies !

    1. Merci beaucoup happy family. C’était une première pour moi et pourtant j’aime toujours les fantaisies. Je pense que je n’aurais jamais osé si je n’avais pas pensé que ce serait un pur test. Une veste de police montée… en voilà une idée intéressante !

  6. Je la trouve très originale cette veste qui n’a plus rien de militaire sinon les boutons!
    Certes le travail est important avec toutes ces transformations, mais le résultat est superbe. Je suis sûre que tu ne regrettes pas tout le temps que tu as passé sur ce projet.

    1. Merci Jalyla, c’est très gentil. Je t’avoue que je n’y croyais pas trop et j’ai été surprise des réactions que la veste a suscitées quand je l’ai étrennée ce vendredi. Et tu as raison, je ne regrette pas le travail réalisé.

  7. Le look de cette veste militaire rose est fantastique. La doublure est magnifique et assure un superbe tombé mais il est vrai – le faire à la main – prend du temps mais cela en vaut la peine. Elle te va à ravir. Oui c’est bien vrai qu’il faut reprendre les mesures sur le patron. Moi qui ne jure que par les patrons Burda, je suis passée de la taille 48 à 44 sur un manteau . Félicitations.

  8. Hello Lydia. Merci pour ton sympathique commentaire. Je suis surprise de l’effet de cette veste, tout sauf discrète ! Mais après tout, il faut mettre un peu de couleur dans la vie pour contrer la morosité ambiante. Prend bien soin de toi et à bientôt j’espère.

  9. voilà un joli bonbon qui ne manque de piquant !
    cette veste est très sympa, le rose atténue son côté militaire et les boutons le rappelle !
    et pourquoi ne serait-elle pas le modèle définitif après tant de travail, dont le point fameux de chausson ?

    1. Merci beaucoup la poule. Tu as raison. Finalement cette veste est un aboutissement en soi. En plus elle m’a permis d’apprendre plusieurs nouvelles techniques que je vais pouvoir appliquer à l’avenir.

  10. Et bien la voilà ! Top, Tu sais tout maintenant pour faire la version kaki en solo! Je suis là si besoin…. un jour ?? après le confinement , à bientôt

  11. Mais ça a été une vraie campagne militaire, la réalisation de cette veste !Que de péripéties ! Et que de travail (toute cette couture à la main, ça m’épuise rien que d’y penser). Mais le résultat est à la hauteur. Pour une toile, c’est de la belle toile ça madame !
    Et oui, méfie-toi de ton tissu définitif sans élasticité, je me suis déjà faite attraper.

  12. Merci Nabel. La couture de cette veste, pas à pas, a été un exercice très intéressant. Je n’aurais jamais cru que cette toile rende finalement aussi bien. Et pour mon tissu final archi ferme, que recommandes-tu ? Tu crois que je devrais prévoir une marge de couture plus importante pour avoir peut-être davantage d’aisance ?

    1. Ta prof de couture sera surement mieux à même de te conseiller mais j’ai déjà été attrapée deux fois : pour le pantalon Dressed où j’ai vraiment eu l’impression d’avoir cousu une taille de moins. Et pour une veste en jeans où je suis un peu coincée aux entournures dans la version sans élasticité.
      Oui, peut-être des marges de couture plus importantes et, comme tu as l’habitude (bravo à toi, je ne suis pas capable d’en faire autant), bâtir et essayer.

      1. Bon. J’ai commencé la veste kaki. J’ai fait comme il faut: marges de couture de 2 cm, bâti et essayage. Donc, ceinture et bretelles. Et, sans spoiler, la carrure passe. Il n’y a que les manches que je vais légèrement élargir. Donc, projet en cours…

  13. Quel beau berlingot pimpant !! Pour une soit disant toile c’est une vraie réussite. Comme quoi, quand on veut , on y arrive toujours malgré toutes les petites aventures inhérentes au vrai sur mesure .
    J’adore ce rose gai et frais qui donne un bon coup de pied à la morosité et la grisaille ambiante ! Tu es rayonnante .

    1. Un grand merci pour ton gentil commentaire. Il est vrai qu’à force, je me suis prise au jeu avec cette toile. Je me demande ce que va donner la deuxième version. J’ai des craintes, car le tissu est bien plus raide. On verra.

  14. Cette veste est superbe. Et franchement, pour une toile, elle est très réussie. Déjà les couleurs que tu as choisies me plaisent beaucoup et le réalisation finale, bien qu’elle t’ai demandé beaucoup de retouches et d’ajustements, est à la hauteur du temps que tu y as passé. Je me demandais si cette veste était fermable, et en lisant les commentaires, j’ai vu que non. C’est le seul point qui me gêne dans ta réalisation. Mais il doit y avoir des solutions si ça ne te convient pas non plus. Tu as bien fait de la coudre en rose, cette couleur est gaie et lumineuse et nous en avons bien besoin. Bravo pour ton travail et merci pour le partage.

  15. Merci beaucoup Anne-Marie. Je suis touchée par tes compliments. Tu as raison. Le fait qu’elle ne soit pas fermable me dérange aussi. Je vais réfléchir à une solution pour la ou les prochaines versions. A bientôt et prend bien soin de toi.

  16. Elle est superbe ta veste berlingot. Pour une toile, c’est une très jolie toile et portable sans souci. En plus tu lui as mis une très belle doublure (aussi belle à l’envers qu’à l’endroit) et de belles finitions. Elle t’a demandé beaucoup de retouches, mais cela en vaut la peine.
    Bravo pour la persévérance à coudre une veste qui donne du peps.

    1. Merci beaucoup anaey. Sûr que cette veste donne du peps à l’automne. Je suis moi aussi totalement fan de cette doublure et très contente d’avoir trouvé une utilité à ce coupon à défauts.

Leave us a Message