J’ai honte… j’ai fait un plagiat de tee-shirt Nesprit ! Bon, en fait je n’ai pas honte du tout et je suis même plutôt fière d’avoir réussi à copier le patron, à y apporter les retouches qui s’imposaient et surtout, SURTOUT, d’avoir réussi à dompter ce jersey de lin très mou et fuyant. C’est une maille que j’avais achetée au Salon Mode et Tissus de Sainte-Marie-aux-Mines, il doit y avoir deux ans. Donc double victoire, puisque j’ai en plus utilisé un tissu de mon stock. Après je ne vous cache pas que vu l’étendue du stock, on ne remarque pas vraiment la différence !

Je vous mets une photo du modèle d’origine pour que nous puissiez constater que j’ai quand même fait ce nouveau projet bien « à ma sauce ». Du modèle de départ j’ai repris la maille de lin, si agréable à porter en été, la forme de l’encolure et la fausse patte de boutonnage dans le dos. Cela dit, le jersey de lin que j’ai utilisé est plus fin que celui du top Esprit, donc il se froisse d’autant plus. Ci-dessous l’effet « avant / après » (les photos sont vraiment moches – toutes mes excuses – la couleur taupe de ce tee-shirt est vraiment difficile à photographier).

Quelques détails techniques dont je ne suis en définitive pas tout à fait convaincue :

Pour soutenir la fausse patte de boutonnage j’ai utilisé un ruban d’entoilage droit-fil qui me vient du fournisseur parisien de la Prof aux bons plans. J’ai entoilé les deux parties (patte et sous-patte). L’entoilage n’a pas cartonné le tissu, ce qui est bien, mais en cousant, le tissu a vrillé (on le voit bien sur les photos). Je crois croyais avoir réussi à rattraper ça au repassage, mais j’utiliserai un entoilage un peu plus léger la prochaine fois.

J’ai cousu l’ourlet du bas avec un simple point droit comme sur le tee-shirt modèle, mais c’était une mauvaise idée, car là aussi le tissu a vrillé. Pffff… Du coup j’ai cousu l’ourlet des manches avec l’aiguille double. C’est un peu mieux, mais pas impeccable non plus. Décidément, ce tissu n’accepte que la surjeteuse.

L’encolure – technique et visuel

Pour éviter que l’encolure se déforme, j’ai posé un biais thermocollant (même fournisseur que le droit-fil) et j’avoue que j’en suis contente, car il a bien soutenu l’encolure pendant toute la réalisation du tee-shirt.

Pour relever cette maille à la couleur un peu terne j’ai choisi un biais lurex cuivré (acheté en ligne il y a pas mal de temps chez « La belle Lutetia« ) que j’ai bâti tout autour de l’encolure avant d’y coudre une bande de lin à cheval. Ce n’était pas gagné, mais finalement j’aime bien le résultat. Je trouve que la combinaison des deux couleurs et matières souligne joliment l’encolure et donne un petit côté classe sans trop en faire.

J’ai trouvé de petits boutons en nacre à La Droguerie (pardon à notre mercière préférée – je voulais d’urgence terminer le projet et le lundi est son jour de fermeture) et pour faire un rappel j’ai ajouté au bas du tee-shirt une petite breloque couleur cuivré de chez Creatotaal, achetée au Salon Nadelwelt.

 

Et le tee-shirt est terminé, prêt à être glissé dans la valise pour les vacances imminentes. Oh oui, j’oubliais ! Pour éviter le syndrome des chutes et parce que ça fait « mode », j’ai coupé une longue écharpe dans le reste du coupon. J’ai surjeté les petits côtés avec un fil qui rappelle le ton cuivré. J’ai laissé les grands côtés à cru, puisque cette maille ne s’effiloche pas. Voilà, cette fois c’est tout.

Et parce que aujourd’hui était une journée un peu spéciale, j’ai eu droit à un shooting de star, avec deux photographes, une visite de la Prof en personne, des bougies sur le gâteau et plein de bulles dans le verre ! Quelle belle journée. Merci à toutes les complices.

Et comme vous n’avez sans doute pas encore vu assez de photos et pour qu’il n’y ait pas de jaloux, j’ajoute celles qui ont été faites par la deuxième photographe – bon je sais bien, c’est toujours le même modèle ! désolée.

Bonnes vacances à toutes (et tous).

Fanfreluche