Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des loustics Les petits loustics

Salopette trop chouette – Garde-robe d’Augustine #11

Regardez la salopette trop chouette d’Augustine ! Elle fait partie de la collection d’automne d’Oma Fanfreluche et elle ne devait pas être dévoilée avant que le tee-shirt assorti soit prêt à être montré. Mais voilà, elle n’a pas su attendre. Elle m’a fait les yeux doux et elle était tellement mimine avec ses petits oiseaux et ses fleurettes que je n’ai pas pu résister à l’envie de lui consacrer un article rien qu’à elle.

C’est le modèle présenté dans le livre d’Astrid Le Provost « Les intemporels pour enfants », que j’ai réalisé. Si vous le voulez bien, je vais partager mon expérience et les leçons tirées de cette cousette.

Ici la salopette est portée par un petit garçon, mais elle convient tout autant aux filles.

Salopette trop chouette – Le patron

Le patron d’Astrid Le Provost taille bien. Je l’ai réalisé en taille 2 ans après l’avoir comparé aux dimensions des leggings cousus précédemment. Les jambes sont plus étroites que celles du legging, j’ai donc hésité un peu. Mais Augustine n’est pas très épaisse et ça passe à l’aise. Donc, à ce niveau-là, rien à dire, je n’ai apporté aucun changement. Le modèle propose une bavette devant, ornée d’une poche. En revanche, il n’y a pas de bavette dans le dos, juste une ceinture avec une coulisse élastiquée. Il y a aussi une poche à poser sur la jambe gauche à l’arrière de la salopette .

Les remarques

Toujours pour la poche, j’ai suivi les repères de placement qui figuraient sur le patron (bon, je me suis trompée et j’ai mis la poche à droite – tant pis) et, en fait, la poche n’est pas du tout centrée. Elle se retrouve presque dans la couture de côté de la jambe. J’aurais dû la dépiquer et recommencer, mais, comment dire, un mélange de « Astrid Le Provost doit savoir ce qu’elle fait » et de flemme font que j’ai laissé la poche où elle était. Je ferai mieux la prochaine fois.

on voit bien que la poche est décentrée

Ensuite, j’ai regretté qu’il n’y ait aucun repère sur le patron indiquant où placer les bretelles dans le dos de la salopette. Il manque également une indication de la longueur d’élastique à insérer dans la coulisse dos. Donc, pour les deux, j’ai fait au jugé et, par chance, cela convient ainsi.

Les modifications apportées

D’emblée, j’ai été un peu déçue de ne pas retrouver sur cette salopette le look traditionnel, avec une patte de boutonnage de chaque côté. D’ailleurs, au fil du montage, il m’a semblé que l’habillage risquait d’être peu commode, avec pour seule aisance la ceinture élastiquée dans le dos. Donc, j’ai décidé de me lancer et d’insérer au moins une patte de boutonnage, d’autant que j’avais dans mon stock tout un tas de boutons pression de la bonne couleur.

Pour réaliser la patte de boutonnage, je me suis inspirée d’un tuto réalisé par Troipom pour monter une braguette boutonnée. De mon côté, j’ai simplifié la chose en posant une double patte sur la pièce dos et une sous-patte en simple épaisseur sur la pièce du devant.

Cela s’est avéré assez facile à faire, beaucoup plus facile d’ailleurs qu’une braguette avec fermeture glissière.

Salopette trop chouette – les fournitures

Pour réaliser la salopette, j’ai utilisé un velours milleraies en coton sans élasthane, acheté à la mercerie Fils et Tissu, qui existe depuis janvier de cette année rue Birkenfels, à Strasbourg Neudorf. J’ai complètement craqué pour cette couleur bleu pétrole, décorée de tous ces jolis motifs multicolores. Les photos ne lui rendent pas vraiment justice. Le tissu est bien plus lumineux.

Par ailleurs, lors des puces des couturières de Scherwiller, l’année dernière je crois, j’avais trouvé de petits attaches-bretelles que j’ai achetés sans savoir précisément ce que j’allais en faire (mais oui, bien sûr, attacher des bretelles). Une paire a donc été utilisée pour la salopette trop chouette. Il m’en reste une paire pour un autre projet.

Il n’y a pas plus à dire sur ce projet, sauf que je me suis appliquée pour les raccords de la poche devant et de la poche derrière (hum, hum, c’est loin d’être parfait, mais en réalité, c’est aussi une des raisons pour lesquelles je ne l’ai pas déplacée).

Salopette trop chouette – les photos

Et quelques unes en plus, cette fois portée par Augustine.

A bientôt pour d’autres cousettes d’automne.

Oma Fanfreluche

29 Comment

  1. Ah, la salopette à bretelles… Que de bons souvenirs d’enfance. Eh bien, je me suis fait deux robes avec les pinces bretelles et j’en suis ravie. J’avoue, c’est un peu régressif les pinces bretelles, mais c’est tellement beau tous ces vêtements d’enfant, dans tous ces coloris. Ce velours est une petite merveille.
    Bravo !!!

    1. Merci beaucoup rosephi. J’avoue que je me suis éclatée en réalisant cette salopette. Il me reste une chute de tissu. A voir ce que je peux en faire. Peut-être un petit sac pour Augustine? En tout cas, j’en ferai une autre, ou peut-être une jupe salopette. Dimanche ce sera le Marché des Hollandais à Strasbourg, donc je vais repartir en chasse.

  2. Hiiii mais je l’ai aussi ce livre !!! Faut que je fasse des salopettes !!! Mais seront-elles aussi mignonnes que celle-ci ? Oma a assuré, ouèche 🙂 ! /* On voit que mes bananes sont plus vieilles !!! */

  3. Elle est vraiment toute mimi ta pupuce avec sa jolie salopette !
    Tu es vraiment douée. J’ai une robe à finir et je traine, je traine… enfin, je fais aussi baby sitting. J’ai de bonnes excuses !
    Bonne journée

    1. Ah oui Armelle ! Quand je fais du baby sitting, je ne fais pas de couture. Ce n’est pas possible. Il faut bien s’occuper de nos bouts de chous pour éviter qu’ils se mettent en danger.
      Bonne fin de journée.

  4. Oh comme j’aime bien cette salopette, et malgré les non-dits tu t’en es super bien tirée. Ca sert les cours de couture ….
    Je constate d’après la photo qu’Augustine a le même gabarit que notre Charline, frêle, mais pas en manque de punch ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *