Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des loustics Les petits loustics Tutos et techniques

Short et tunique Fait Main – Garde-robe d’Augustine # 8

Le dernier numéro du magazine Fait Main (août 2018) proposait un ensemble de tenues pour enfants qui a séduit mon cœur d’Oma Fanfreluche. J’ai sélectionné pour commencer les modèles 122 et 123, une jolie blouse péplum et le short volanté coordonné.

J’avais justement en attente deux jolis jerseys achetés lors du passage des Hollandais à Strasbourg et, ni d’une, ni de deux, j’ai décalqué le patron et coupé dans mes deux coupons de jersey pour réaliser short et tunique.

Il se trouve que dans l’intervalle, notre Prof et Falbala nous avaient organisé un super cours de couture dans le nouvel antre de Falbala, pour nous familiariser avec nos recouvreuses respectives ET pour pendre la crémaillère du nouvel atelier. J’avais donc toutes les cartes en main et croyez-moi, je m’en suis donné à cœur joie. Je vous propose d’ailleurs plus bas un petit tutoriel à ce sujet.

La tunique et le short d’Augustine

Voici les deux pièces réalisées, que je ne vous montre pas portées car d’une part ce jersey est un peu trop épais pour ces journées de canicule (et pourtant c’est du coton) et d’autre part la princesse Augustine a un rhume (du coup, elle n’est pas trop disposée à faire le mannequin). Je remets cela à plus tard.

J’ai fait toutes les finitions au point double à la recouvreuse. Cela ressemble à s’y méprendre à l’aiguille double de la machine à coudre, mais c’est réalisé à la recouvreuse, en retirant l’aiguille de gauche. J’ai maintenant bien compris le système des coutures en cercle, qui demandent effectivement un peu de technique afin de finir proprement la couture et surtout pour éviter que les coutures ne se défassent après coup. Je vous propose un petit pas à pas pour vous expliquer les étapes successives.

Pas à pas – ourlet arrondi à la recouvreuse

En quelques mots, il faut commencer par coudre une petite distance (environ 5 cm), puis tirer les fils d’aiguille vers l’envers de l’ouvrage, faire un nœud avec les trois fils (boucleur et aiguilles) et couper à ras. On poursuit alors la couture jusqu’à rejoindre l’endroit où on a commencé, on chevauche la couture de quelques centimètres, et c’est là que ça devient un peu technique. Premièrement on lève le pied de biche pour relâcher les tensions, deuxièmement on tire une petite longueur des fils d’aiguilles vers l’avant pour donner du mou. Ensuite, on tire l’ouvrage vers l’arrière, on coupe les fils d’aiguille à ras (sur l’endroit de l’ouvrage), on tire encore en peu le tissu vers l’arrière et à ce moment-là, on peut couper le fil du boucleur. Finalement, on refait un nœud avec les fils et on les passe dans la couture à l’envers pour les cacher et stabiliser le tout.

Erratum

Falbala m’a gentiment fait remarquer que je m’étais trompée dans les étapes de couture que je vous détaillais ci-dessus. En effet, contrairement à ce que je vous montre ici, il n’est pas nécessaire de bloquer les fils de la couture dès le début. A ce moment-là, c’est d’ailleurs un peu malcommode et accrobatique d’attraper les fils et de les nouer derrière le pied de biche. En revanche, juste avant de rejoindre la couture du début et de croiser les coutures, les fils se retrouvent à l’avant de l’ouvrage et c’est à ce moment-là que l’on peut facilement les attraper et les nouer. Voilà. Avec mes excuses et merci de votre patience.

Petit détail pratique: j’ai inséré une petite fleur dans la couture du short pour qu’Augustine et son Papa repèrent plus facilement le dos du vêtement.

Et voilà pour aujourd’hui. J’espère qu’Augustine ira mieux bientôt et aussi qu’il fera un peu moins chaud.

Je vous souhaite une excellente journée et restez au frais.

Edito

Je vous propose quelques photos de l’ensemble porté par Augustine, alors qu’elle venait de choisir de nouvelles chaussures, Au Lutin Botté, le très reconnu et plus ancien magasin de chaussures pour bébés et enfants de Strasbourg. Et après les chaussures, le passage obligé au supermarché, pour acheter les produits de première nécessité – pain, saucisse et yaourts aux fruits ;-). Augustine adore prendre place dans le caddie.

Bises

Fanfreluche

10 Comment

  1. C’est ravissant ! J’ai entendu parler de la recouvreuse mais ça a l’air très technique !
    Je vais me contenter de ce que j’ai et tenter d’en faire bon usage car j’avoue, un peu, bâcler, mes finitions…
    Chaud, très chaud sur Paris, aujourd’hui et les jours à venir.
    J’ai péniblement terminé une jupe mais je veux faire le corsage qui ira avec avant de faire un billet sur le blog.
    Bon weekend

    1. Coucou Armelle. Merci de ton message. Il est vrai que la recouvreuse est un peu technique et pas forcément indispensable. Cela dit, M. Fanfreluche essaye toujours de me faire plaisir, du coup il m’a offert cette machine de competet je tiens à l’exploiter au mieux.
      Je suis impatiente de voir ton nouvel ensemble et je suis sûre que tes finitions sont très bien. Tu es trop sévère avec toi même, n’est-ce pas?

  2. Cet ensemble est adorable ! J’ai une surjeteuse, mais je rêve aussi d’une recouvreuse.
    Tu as de la chance d’avoir une petite-fille, ça permet quand même plus de fantaisies que les vêtements de p’tits mecs.

    1. Hello Marie. Tu as raison. Il y a tellement de jolis tissus pour les fillettes. Mais j’ai parmi mes projets à venir un vêtement pour un petit garçon. Il va falloir que je me concentre pour lui donner un côté « masculin ». Pas si simple…

  3. Ce petit ensemble est très mignon. J’aime beaucoup. J’espère qu’Augustine va se remettre bien vite et que nous pourrons la voir poser pour un prochain vêtement, un de ces jours. Bravo pour ton travail.

    1. Merci Anne-Marie. Les photos relèvent de l’exploit ces jours-ci. Récemment il a fallu refaire un essayage de la robe de princesse pour le mariage. Augustine était à croquer, mais pas moyen de faire une photo, si ce n’est une vue d’un bébé clairement sous la contrainte :-).

  4. Il est trop mignon ce petit ensemble ! Le jersey du top est adorable’et le’short parfaitement assorti. Bravo pour la prise en mains de la recouvreuse, ça n’a pas l’air facile à dompter cette bête là.

    1. Merci Nabel. J’adore ce motif moi aussi. Pour ce qui est de la recouvreuse, il semble que j’ai quand même fait une petite erreur dans les différentes étapes. Je vais revérifier tout cela et, le cas échéant, publier un erratum. Quoi qu’il en soit, c’est assez pratique pour faire des ourlets très rapidement, que ce soit en maille ou en chaîne et trame. Et, selon le nombre d’aiguilles utilisées, on peut, si on le souhaite, s’en servir tout à fait comme d’une machine à coudre. Il faudra que je teste cela. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *