Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Papotage Tutos et techniques

Ébauche de plaid nomade – Atelier

Dijanne Cevaal est une artiste australienne qui séjourne souvent en France à l’occasion de salons où elle partage sa passion et son savoir-faire. Elle y présente ses œuvres et organise des ateliers. A Nantes, Dijanne a exposé ses linogravures brodées et plusieurs exemplaires de ses plaids nomades.

La technique de linogravure

La linogravure consiste à graver des motifs en relief sur du linoleum. C’est une technique proche de la gravure sur bois, qui consiste à enlever la matière inutile pour ne garder en relief que le motif final. De cette manière on crée une sorte de tampon qui sera ensuite encré et appliqué sur du papier ou sur du tissu.

exemple d’impression en linogravure par Dijanne Cevaal

Dijanne utilise ces impressions comme base pour ses ouvrages. Les motifs sont rebrodés en couleur et parfois en volume.

Le concept du plaid nomade

Les plaids nomades, appelés « Travellers Blankets » par Dijanne Cevaal, sont inspirés par l’idée de la route de la soie et des grands voyageurs tel que Marco Polo et Ibn Battuta. C’est l’idée de raconter les souvenirs d’un périple, d’une rencontre… Il y a plein d’histoires, des histoires de pays lointains, de monuments, de jardins et leurs secrets, des histoires de familles et d’amis, des petits morceaux collectionnés et cousus, puis embellis et qui font un tout. Pour en savoir plus sur ce concept et sur les différentes techniques qu’elle propose, je vous invite à consulter le blog de Dijanne (ici – en anglais). Pour vous donner une meilleure idée du produit final, j’ai fait plein de photos des œuvres qui étaient exposées à Nantes. J’ai souvent ciblé certains détails, ne serait-ce que pour m’inspirer lorsque à mon tour je me lancerai sans filet !

Et encore d’autres photos de détail !

L’atelier de broderie « Plaid nomade »

Nathalie et moi avons suivi un atelier animé par Dijanne, au cours duquel elle nous a initiées à la création de notre propre plaid nomade. Bien sûr, nos ouvrages ne sont que de modestes ébauches (difficile de faire mieux en trois heures seulement), mais l’objectif était plutôt d’explorer les différentes techniques et points que l’artiste utilise pour faire ses « couvertures à histoires ». Les points de broderie sont – heureusement pour moi – simples, mais Dijanne nous a montré comment s’en servir pour créer effets et textures.

Pour créer notre ouvrage, nous avons superposé deux carrés de coton uni et placé entre les deux un carré de molleton pour donner du volume. Les trois épaisseurs ont été fixées ensemble en cousant un bâti grossier tout autour. Nous avons ensuite choisi un troisième carré de coton teint et décoré de motifs graphiques imprimés. Ensuite nous avons découpé ces motifs et les avons appliqués sur notre carré molletonné. Pour ce faire, Dijanne nous a conseillé d’utiliser différents points de broderie que nous avons réalisés en coton perlé (n° 8), dans un large choix de coloris. Le temps ne nous a pas suffi pour réaliser tous les appliqués, mais nous en avons en tout cas compris le principe, ce qui nous permettra de continuer le travail à la maison.

Voici le motif que j’ai brodé : j’ai commencé par un point de feston (ou point de boutonnière) en rose tout autour du motif, ce qui le stabilise bien sur le support. Puis, j’ai enchaîné avec un point lancé (en jaune) et un point chaînette (en vert), le point de nœud en rose pour le cœur du motif et un point de tige toujours en rose.

Personnellement, j’ai aimé apprendre cette technique qui ouvre plein de nouvelles options créatives, en particulier lorsqu’on voyage et qu’on a envie d’occuper ses mains sans transporter un ouvrage volumineux. Voici mon tout premier motif appliqué. Il en reste plusieurs autres à poser et broder.

Encore un projet à ajouter sur la loooongue liste de travaux programmés !

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. A très bientôt.

Fanfreluche

10 Comment

  1. C’était quand même un peu « léger » au niveau des explications de points étant donné les questions linguistiques. Le cours de broderie de l’école de Pascal Jaouen était nettement plus professionnel. Mais c’est vrai que cela donne un très joli résultat et très facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *