Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Humeur du jour Papotage

Péché d’orgueil – l’atelier de Falbala

Fanfreluche qui vient d’équiper son atelier de couture avait envie d’y consacrer un article. Après réflexion et recherches sur la toile, il y a effectivement une flopée d’articles où les couturières montrent fièrement leur espace de travail. Jusqu’à présent, j’avais un peu peur que ce genre d’articles ne présente en fait qu’un seul intérêt, celui de montrer ou d’exhiber ses jouets… Péché d’orgueil.. Oui mais c’est pour donner des tuyaux, sur l’organisation etc …. mmm..  Bon j’avoue mon malaise : mon atelier est immense, donc j’ai vraiment des scrupules à le dévoiler surtout quand je vois certaines s’échiner à gagner le moindre centimètre carré pour y entasser leurs trésors. Voilà c’est dit, je me sens déjà (un peu) mieux !!!

Après avoir cousu pendant des années sur un coin de la table de la salle à manger, j’ai finalement installé mon atelier dans une grande (oui je crois qu’on a compris) pièce mansardée, sous le toit. Alors, oui elle est immense mais elle présente néanmoins deux inconvénients majeurs : une chaleur torride l’été et un froid glacial l’hiver.. Oh oui, comme s’est esclaffée ma Fanfreluche, je suis la Cosette de la couture. M. Ténardier, euh M. Falbala doit encore m’installer un chauffage à la hauteur.

Tables de coupe :

Mes travaux couture ont commencé par des rideaux de taille assez conséquente. Comme j’en avais marre de poser mes tissus par terre pour les couper (et de chasser le chien qui leur tournait autour et venait s’y installer dès que j’avais le dos tourné), j’ai absolument voulu m’équiper de tables de coupe digne de ce nom : deux grandes planches massives achetées dans un magasin de bricolage (chacune de 2,40 m sur 80 cm, je vous avais prévenu..) que j’ai poncées avec amour et vernies. Elles reposent sur des tréteaux réglables en hauteur (Ikéa, oui j’avoue le paradis pour s’équiper). L’espace en dessous permet d’y mettre pas mal de boîtes (les fameuses boîtes secondaires de tissus).

20170329_191718_resized

Les tables de travail :

Ce sont des plans de cuisine récupérés en méga solde chez Ikea (ou à vil prix comme dirait M. Falbala), c’est de la « choucroute » comme dirait Tatie Onemei (= pas du bois massif) mais pour coudre ça suffit largement. J’ai utilisé les mêmes tréteaux que pour les tables de coupe. Là encore, vu la masse de tissu à manipuler suivant les travaux, il me fallait une table pour la machine à coudre et une table pour la surjeteuse. Ben oui quoi j’ai de la place donc je ne vais pas me priver !

Les machines :

Il y a trois machines dans mon atelier. Tout d’abord la surjeteuse Babylock. Je ne pourrai plus vivre sans. Elle a été achetée conjointement avec tatie Onemei avec une garde partagée, elle la semaine, moi les week-ends plus les périodes de vacances. Puis tatie Onemei a voulu du temps plein donc elle s’en est rachetée une autre. Je l’ai baptisée affectueusement ZZ top parce qu’elle déménage !! The machine à coudre a été offerte par M. Falbala dans un immense moment de générosité. Oui Fanfreluche, c’est une Rolls Royce que je maitrise à peine tant elle a de possibilités. Je l’ai baptisée Esméralda. Elle me toise très souvent avec son air supérieur et je l’entends souvent me dire que je ne la mérite pas (encore). Elle a remplacé ma Janome basique que j’ai donné à une collègue de travail. La troisième machine c’est Nicole. Elle appartenait à ma mère. Elle a un côté magique indéniable puisqu’elle incarne le génie créatif de ma mère. Bon c’est vrai la magie n’opère pas toujours !! Elle n’a pas (encore) de place attitrée mais elle est à côté de moi quand je couds.

Les rangements :

Je ne vais pas revenir sur la description culpabilisante des boîtes de tissus (c’est par ..). J’ai un seul pan de mur droit (oui je sais : Cosette !!!) contre lequel j’ai installé un grand meuble de rangement Ikea avec étagères sur la partie supérieure pour les classeurs / boîtes patrons, les revues et bouquins de couture. Dans la partie inférieure fermée (heureusement!) j’y ai casé toutes mes boîtes mercerie. Un côté est consacré au stock de laine ainsi qu’aux bouquins de broderie. Les fils et les aiguilles sont installés près de leur machine (merci Ikea une fois de plus et les magasins de bricolage). Les règles quand elles ne voyagent pas dans le sac à mesurous de Fanfreluche, sont suspendues près des tables de coupe.

20170329_190843_resized

Il y a enfin un élément indispensable dans cet atelier, hormis mon alter-égo Falbala, c’est l’installation musique. M. Falbala qui est passionné d’hi-fi et de musique m’a installé des petites enceintes et un amplificateur sur lequel je peux brancher mon Ipod, ça évite de trimballer et de stocker les CD. Ce n’est pas une installation mirobolante comparée au matos de M. (qui fait la grimace devant mon Ipod) mais ça fait l’affaire. J’ai toujours besoin de musique quand je couds…

Voilà j’espère que ce petit aperçu de mon (grand) péché d’orgueil vous inspirera pour vos installations.. Soyez vous aussi orgueilleuses!!

20170329_075132_resized

Falbala

8 Comment

  1. Bravo ma Falbala. Ce n’est pas un article, c’est un opus. Tu as très bien travaillé. Ta présentation est détaillée et précise. Je connais ton atelier et pourtant je découvre des éléments que je ne connaissais pas. Je ne savais pas que tu travailles en musique par exemple et je ne savais pas que tes machines ont un nom.
    Merci de nous avoir ouvert un coin de ta tanière. Bises.

  2. Fabuleux « antre » de travail. En tout cas, c’est super bien aménagé et il fait bien envie ton atelier. Quand je vois les boîtes de cônes de fil à côté de la surjeteuse, j’en suis baba (bon quand je vois le reste, aussi) ! Bravo les filles, vous avez bien raison de vous installer un super endroit pour travailler ! Avec les magnifiques vêtements et autres accessoires que vous vous cousez, vous le méritez amplement !
    bisous !

  3. OH que oui c’est peu dire, l’atelier est immense et aussi superbes installations ! Le tableau noir j’adore aussi… WAOW – tout est parfait !
    BRAVO les filles ! Il est clair que si on est bien installées, les résultats des cousettes c’est que du BONHEUR ! Très bonne continuation à toutes les 2.

  4. Après avoir connu les affres de la sous-pente, j’ai récemment déménagé dans une pièce plus tempéré et surtout isolée (Monsieur en avait un peu assez du tac-tac-tac des machines venant de l’étage !). Je reste baba devant ton plan de coupe, c’est le rêve…

  5. Alors là, c’est le top du top!!! Et les machines qui cousent presque toutes seules….Ca me fait rêver moi qui coud sur la table de la salle à manger qui glisse comme une patinoire, près de la fenêtre….. bref! cosette, quoi!!!
    J’ai bien tentée de dire à ma fille qui quitte le domicile pour ses prochaines aventures estudiantines que sa chambre de 16m2 serait pile poil mais je n’ai eu droit qu’à un sec: « même pas en rêves!!! Où je vais dormir quand je reviendrai???? Et pis, c’est MA chambre, non? » Même accueil de mon fils qui partirait pour un an. Comme quoi, les enfants, c’est plus ce que c’était….

  6. Non mais quelle ingratitude ces gosses!!! Faut s’imposer Marie-Pierre!!! Fanfreluche doit aussi batailler pour la chambre de son « bébé »! Et non les machines ne cousent pas toute seule, elles font souvent de la résistance plus qu’active!!!!
    Ma réflexion sur l’aménagement de l’atelier est parti des tables de coupe. Il me fallait vraiment quelque chose d’adapté. Pour les rideaux et les nappes c’est top!!! Mais ne vous fiez pas aux apparences, nos ateliers sont en général un fouillis total et plus c’est grand plus on peut en étaler partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *