Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Couture des poupettes Vestes - manteaux

Sweat à capuche version attrape-rêves

Le sweat à capuche version attrape-rêves : encore une nouvelle aventure de Fanfreluche.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de réaliser ma version personnelle de la classique veste en sweat. En fait c’était depuis que j’avais vu la saison 2016 de Cousu Main et les modèles réalisés par les candidats.

C’est dans le Burda Couture facile printemps/été 2015 que j’ai trouvé mon bonheur. Le modèle 3A réunissait les caractéristiques attendues, tout en paraissant assez facile à réaliser. Il a certes une allure beaucoup plus estivale que la veste que j’ai réalisée, mais la base me convenait. Tout est dans le choix du tissu. Le même modèle se transforme d’ailleurs assez facilement en « duffel-coat estival » (modèle 3B). Celui-là je ne l’ai pas testé… et quoi qu’il arrive, au vu de l’expérience du sweat à capuche, j’y apporterais quelques changements. Je vous en parle un peu plus loin.

Mais revenons à nos attrape-rêves. J’ai longtemps cherché le tissu idéal et j’avais craqué pour un sweat à flamants roses, mais quand je me suis enfin décidée, il n’y en avait plus ! Grrrr !!! C’est finalement ce joli sweat molletonné gris chiné, un peu dans l’esprit western et Indiens d’Amérique, qui m’a tentée (« Pomme de reinette » chez Ma Petite Mercerie – désolée, je crois qu’il n’y en a plus). Fanfreluche rêvait de grands espaces et de folles chevauchées, bien au chaud dans son sweat à capuche.

Le sweat est terminé, y a plus qu’à chevaucher. Je profite de l’occasion pour vous présenter ma Kirité (Kiki pour les intimes), toujours prête à nous suivre dans toutes les aventures.

Merci à M. Fanfreluche pour les photos.

Cela dit, vous aimeriez peut-être en savoir un peu plus sur le déroulement des opérations – les techniques utilisées, les modifications apportées, les difficultés (alias « screugneugneus »), enfin les enseignements tirés du sweat à capuche.

Alors voilà.

Les points techniques :

C’est la première fois que j’ai travaillé du tissu pour sweat. C’est une maille souple et plus élastique que le jersey milano (que j’ai utilisé ici). Néanmoins, elle se coud facilement avec la surjeteuse. En revanche, attention aux points droits avec la machine à coudre, il faut bien diminuer la tension du fil et penser à allonger le point. Je n’ai pas eu de difficultés avec la fermeture à glissière (je craignais que cela gondole, mais pas du tout).

Le travail avec le bord côte – j’ai eu quelques attaques de panique: c’est la toute première fois que je monte une ceinture qu’il faut étirer à la longueur des pièces devant et dos, tout en cousant avec la surjeteuse (et sans bâtir – s’il vous plaît !). La même chose d’ailleurs en beaucoup plus serré pour les bordures de poignets. Mais cela s’est finalement bien passé.

Les manches raglan, décidément je les aime bien. C’est tellement facile à réaliser, même si je les trouve moins seyantes que les manches montées (mais ça doit être lié à ma morphologie).

img_20161017_130824070

Les modifications apportées :

Quelques modifications mineures: j’ai raccourci et resserré énormément les bandes de poignet. Je dois avoir les bras trop courts et les poignets trop fins (mal f… la Fanfreluche).

Ensuite, j’ai décidé de remplacer la parementure préconisée pour la finition de la capuche par une doublure complète. Merci à Falbala qui m’a aidée à trouver le jersey adéquat. Il s’agit d’une liquette (chemise de nuit) pas très chère que j’ai découpée dans le bas et dont j’ai réutilisé le petit cordon ceinture pour en faire le cordon de la capuche (encore une bonne idée de Falbala !) et en plus, j’ai récupéré le reste de la liquette transformée en tee shirt. Opération win / win.

En parlant de la capuche, voici les photos.

Les « screugneugneus » :

Que ceux/celles qui ne se sont jamais énervés en essayant de raccourcir une fermeture à glissière séparable trop longue me jettent la première pierre. Heureusement que mon fiston m’a donné un coup de main. Malgré tout, le ruban de la fermeture à glissière a souffert. Heureusement que cela ne se voit pas une fois le montage terminé. A l’avenir j’adapterai la longueur du vêtement à la longueur des fermetures disponibles dans le commerce.

Deuxième difficulté – mais j’aurais dû anticiper – l’encolure gondole un peu. La Prof aux enseignements toujours utiles me dira : il faut soutenir l’encolure car le tissu s’étire à force de manipulations. Et pourtant je le savais ! Bon, là aussi, ce n’est pas trop grave. J’ai monté un petit galon satiné comme finition et maintenant l’encolure n’a qu’à bien se tenir.

Les enseignements pour le prochain sweat :

Ce modèle est vraiment sport et confortable (un peu cocooning). Mais le prochain sera plus ajusté et plus court ; davantage comme sur la photo du modèle original (bon je sais que je ne peux pas me mesurer au mannequin de la photo, mais en tout cas j’ai déjà le tissu qui convient dans mon stock).

Quoi d’autre ? Ah oui ! je modifierai l’encolure et la pose de la capuche afin qu’elle vienne se terminer directement au niveau de la fermeture à glissière. En effet, je n’aime pas trop cette encolure carrée devant. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire, mais moi je me comprends.

En gros c’est tout. Et pour finir encore quelques photos en extérieur (shooting par Falbala).

 

Bises et à bientôt.

Fanfreluche

9 Comment

  1. Bravo . Belle réussite. Ne fait du tout pyjama ….
    Encolure qui baille : normal => poser un sergé coton
    Cou libre : augmenter la capuche n’aidera pas. Pb de profondeur. La capuche initiale est une 2pièces sans fond.
    On peut mettre un col façon sweat pour protéger du froid, ou un rabat de capuche façon passe montagne.

    En tous cas, il est beau !

  2. Il est magnifique ce sweat et bravo pour tous les détails techniques.. Pour une première c’est une vraie réussite… Dommage qu’il ne reste plus de tissu, t’aurais pu faire un bonnet assorti à Kiki.. prochain coup!!

  3. Merci beaucoup de tous ces compliments et merci à la Prof pour ses conseils techniques !
    En fait la capuche d’origine est faite en trois pièces; c’est seulement la doublure que j’ai coupée en deux pièces (gain de temps et de tissu). Je sens que ça va cogiter pour le prochain modèle. Encore un vendredi soir studieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *