Les Serial Piqueuses

Les aventures de Falbala & Fanfreluche
Humeur du jour Papotage

TAG « La Couture & Moi »

 


Le TAG « La Couture & Moi », lancé par Mary Tainne, est la première expérience de ce genre pour les Serial Piqueuses ! Quel événement pour nos deux piqueuses si timides et discrètes ! (hum hum) Ah bon, on n’est pas trop discrètes ? Mais un peu timides quand même – enfin, surtout Falbala. Fanfreluche se rappellera toujours quand elle s’est faite interpeller par un journaliste de FR3 Alsace micro à la main et caméra au poing lors du Salon Mode et Tissu à Sainte Marie aux Mines, l’année passée. Falbala avait soudain disparu, laissant place au vide intersidéral derrière Fanfreluche. Il a fallu assumer. Et tu l’assumes et le remplis si bien!!

Bon, ça c’est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui il n’est pas question de caméras et de vidéo, mais simplement d’un gentil questionnaire qui nous incite à révéler un peu plus de nos pensées et de nos expériences de couturières amateur. Un grand merci à Mary Tainne qui a pensé à nous pour étoffer (!) la longue chaîne des piqueuses passionnées.

NB. un petit clin d’oeil à Myomi qui crée et met à disposition de jolies images ou « tags », qui nous ont inspirées pour illustrer cet article.

TAG :  La Couture & Moi / Les questions :

1. As-tu été confronté(e) à des préjugés sur la couture ?

Fanfreluche : Je n’ai jamais été confrontée à des préjugés négatifs sur la couture – dans le style : « Tu fais de la couture? Mais plus personne ne fait de couture maintenant, c’est une activité de vieux ! » ou « Je n’aime pas trop les trucs cousus à la main – ça fait bricolage ! » Alors soit on n’a pas voulu me faire de la peine, soit ce que je produis est acceptable. Je constate aussi que les travaux manuels, y compris la couture, ont tout de même le vent en poupe actuellement, donc la vision change.

En revanche, ce qui arrive de temps en temps, c’est d’être confondue avec une Serial retoucheuse et on me demande : « Ah, tu fais de la couture ? ça tombe bien, j’ai justement une fermeture glissière qui a cassé, ou un ourlet à refaire etc… ! » Je prends ces remarques avec le sourire et ma réponse dépend de mon feeling par rapport à la personne. C’est à dire que si c’est dans mes cordes et que j’apprécie la personne, je dis oui (seulement parfois il ne faut pas être trop pressé !). 

Falbala: J’ai personnellement été victime de préjugés sur la couture. Du fait que j’ai grandi dans l’ombre d’une mère qui avait des mains en or et que j’étais plutôt maladroite étant enfant, je pensais que la couture était réservée à une sorte d’élite, à de personnes vraiment talentueuses. Ma mère et surtout ma grand-mère ont décrété très tôt que je n’étais pas manuelle et m’ont poussé plutôt vers des études plus « intellectuelles ». C’est vraiment la rencontre avec la tatie Onemei qui a été une révélation, elle m’a encouragée à me lancer dans les travaux d’aiguille, avec une approche beaucoup plus sereine. Certes le talent ne s’apprend pas mais quand on aime vraiment quelque chose et avec un peu de persévérance on arrive toujours à quelque chose!!

Le côté « serial retoucheuse » est inévitable! C’est un peu la rançon de la gloire..  ça fait toujours plaisir de dépanner les copines et mine de rien on apprend pas mal dans ce genre d’expérience qui finit toujours par un « brainstorming » pour trouver des solutions! J’en ai passé des après-midi notamment chez la tatie Onemei pour trouver des solutions improbables à des problèmes sans solution!! C’est vraiment l’un des côtés fun de la couture! 

Fanfreluche : Ah oui tu as raison. Il y a eu cette fameuse martingale destinée à cacher une tache sur un manteau – elle nous a donné un peu de fil à retordre ! Mais nous avons tu as vaincu.

2. Depuis quand couds-tu ?

Fanfreluche : J’avoue avoir un peu de mal à me souvenir. Si on parle de couture « sérieuse », je pense que cela fait environ 3 ou 4 ans. Mais quand j’étais petite fille , je m’amusais déjà à « concevoir » des vêtements pour ma poupée Barbie, que je cousais à la main. Après j’ai suivi des cours de couture l’année du baccalauréat et j’ai fait l’épreuve de couture facultative. Je me souviens encore qu’il fallait coudre une encolure tunisienne avec parementure surpiquée sur l’endroit (le tout à la main).

Mais c’est Falbala qui m’a définitivement donné le virus – elle dira sans doute que c’est un peu malgré elle – il y a environ 4 ans et depuis la couture est devenue une véritable passion. 

Falbala: Je me suis mise sérieusement à la couture lorsque nous avons acheté notre maison, il y a 15 ans. Je me suis lancée dans le bricolage, la peinture, le travail du bois et j’ai adoré ça. Et puis, dans la lancée, j’ai eu envie de faire des double rideaux. Je me suis acheté une machine à coudre basique et ça a été le début d’une grande histoire.. Bon les rideaux ça habille une maison!! Après les rideaux, j’ai attaqué les nappes, sets etc. Question vêtements, je faisais plutôt des petites retouches, voire à l’occasion de la customisation comme ce T. shirt pour homme acheté dans un surplus militaire que j’ai bidouillé pour le féminiser un peu. J’en ai bavé pour refaire les emmanchures et l’encolure. A l’époque je n’avais pas encore de surjeteuse!. C’est mon Irish girl qui a eu l’idée géniale de m’offrir des cours de couture pour un de mes anniversaires..  Au passage, j’ai entraîné la Fanfreluche avec moi à ces cours. Et depuis je n’arrête pas…

3. Quel a été ton tout premier projet ?

Fanfreluche : Mon premier projet, si on oublie les bricolages enfantins et les robes sac réalisées à l’adolescence, fut une jupe froncée à empiècement enforme. Elle n’était pas trop mal réussie pour une première. Maintenant je mesure le chemin parcouru depuis. C’était notre premier atelier de couture commun avec Falbala, dans son magnifique atelier sous les toits. La base de la jupe était un patron Burda de jupe cercle ou demi-cercle. En tant que débutante, j’aurais pu l’utiliser telle quelle, mais non, en toute innocence j’ai décidé de la modifier. Ce fut un fameux bidouillage. En définitive, la ceinture s’est avérée plutôt juste et il ne restait que très peu de marge de couture pour intégrer la fermeture glissière (à l’époque je ne savais pas qu’il fallait un peu de marge pour cet exercice-là)… La jupette est quand même assez sympa et il faut porter un tee shirt un peu long pour cacher la mocheté de la fermeture éclair. Petite photo ci-dessous.

Falbala: Difficile de répondre à cette question. Mon tout premier projet couture « sérieux » était d’habiller toutes les fenêtres de la maison, ce qui a nécessité une certaine réflexion du fait des différents types de fenêtres pas toujours faciles à habiller. Pour les vêtements, mon tout premier projet « idéal » a été de faire une robe féminine en tissu camouflage, pour détourner les codes du genre. J’ai pu la réaliser (ici), après quelques autres réalisations. J’en referai certainement d’autres!!

4. Qu’est-ce que tu aimes le plus coudre ?

Fanfreluche : Depuis que j’ai découvert la couture à la surjeteuse, mes projets préférés sont tous les projets en maille (jersey ou autre tricot). Je prends énormément de plaisir à coudre pour ma petite fille (c’est super, des projets de petite taille, assez vite réalisés et elle les porte sans rechigner – en tout cas pour l’instant). J’aime aussi beaucoup coudre des tee shirts pour moi (le jersey c’est si confortable). Bref, j’aime les projets faciles et rapides, qui font leur petit effet.

Falbala: J’adore coudre des robes et tout comme Fanfreluche des vêtements en maille, sweat, T. shirt, robes. Au niveau confort c’est top même si parfois on tombe sur des jersey qui nous donnent du fil à retordre. J’adore aussi coudre du linge de maison, j’aimerais faire plus de housses de couette mais c’est difficile de trouver des tissus sympas et adaptés en grande largeur.

5. Au contraire, crains-tu de coudre certaines choses ?

Fanfreluche : J’ai plutôt peur de m’attaquer au pantalon, plus même qu’aux vestes ou manteaux. Je n’en ai jamais cousu, ni de veste tailleur ou de manteau d’ailleurs. Le fait que j’ai tant de mal à trouver un pantalon en prêt à porter dans lequel je me sente bien, ne m’encourage pas à essayer. Je sors en général complètement déprimée du magasin et je crains de ne pas être capable d’adapter un patron à ma morphologie. Alors sortir du magasin sans achat c’est une chose, mais passer des jours sur un pantalon pour constater l’échec, c’est une autre affaire. Les ajustements d’un patron de pantalon sont une science en soi. Il faudrait pourtant essayer de se lancer. 

Bon il faut que je vous dise un secret : pour le pantalon, Falbala et moi (et la Prof qui cherche les gens qui savent) avons un plan en gestation. Pour le moment nous n’en dirons pas plus.

Falbala: Je déteste coudre les fermetures à glissière. Chaque fois que j’en couds, c’est en apnée. C’est mon côté maniaque qui revient, je veux qu’elles soient parfaites et je ne suis jamais satisfaite. Et pourtant un de mes rêves est de faire une robe zippée sur le devant… je n’ai pas encore le patron ni une parfaite image de ce que je veux mais je sais que je la ferai!!

Je crains aussi de coudre mes tissus précieux, que je commence tout doucement à sortir de leur boîte!! Oui oui je travaille sur moi .. D’autres « encore plus précieux » vont peut-être passer sur la table de coupe prochainement.. Qui dit précieux dit aussi techniques plus complexes, mais on progresse en douceur, sans se prendre le chou!

6. Quel est ton pire souvenir depuis que tu as débuté la couture ?

Fanfreluche : Mon pire souvenir c’est celui de « la robe boulet ». J’ai raconté les déconvenues en détail dans l’article éponyme. J’ai eu d’autres projets qui n’ont pas abouti et qui ont fini dans un sac plastique au fond du placard. Mais la robe boulet fut un projet difficile en raison du choix du tissu et particulièrement stressant, car je ne le cousais pas pour moi. Je ne vais pas revenir en détail sur toute l’histoire, mais si cela vous intéresse, je vous invite à regarder l’article ici.

Falbala: L’un de mes pires souvenirs est celui du sac qui devait être assorti à la robe boulet de Fanfreluche, je suis allée de catastrophes en catastrophes.. Décidément cet anniversaire était maudit!! Il y a aussi, mais c’est surtout un regret, celui de la jupe plissée, affectueusement surnommée la « jupe aux mille plis », qui n’a jamais abouti. Elle mijote depuis pas mal de temps, mais là aussi je reviendrai sur ce projet peut-être avec un nouveau tissu (si la Prof lit cet article elle va en avoir des sueurs froides!!). Je suis extrêmement têtue, je ne l’ai jamais dit???

 7. T’arrive t-il de faire des erreurs toutes bêtes ? Lesquelles ?

Fanfreluche : Des erreurs toutes bêtes ?

Comme d’insérer la manche dans l’emmanchure endroit contre envers ou vice versa ? (ah non mais ! ça m’arrive encore parfois, je m’en aperçois en général une fois que tout est bien épinglé grrrr)

De fermer une bande d’encolure après l’avoir pliée en deux – donc ça fait une couture moche à l’intérieur de l’encolure ou de la ceinture du jogging ? (ça je l’ai fait au moins deux fois)

De coudre une braguette de sorte qu’il soit impossible de l’ouvrir ? (bon, c’était ma première)

Voilà, voilà… je vous laisse juge. Il doit y en avoir d’autres, mais je les ai occultées.

Falbala: Non mais franchement qui n’a jamais fait d’erreurs toutes bêtes!! Bien sûr que j’en fait et que je continue d’en faire comme de donner un coup de ciseau ou de cutter malheureux!! Ou encore d’oublier de baisser le pied de la surjeteuse, de voir que quelque chose ne tourne pas rond mais de continuer à coudre jusqu’à ce que la source du problème atteigne enfin mon cerveau et se transforme en une flopée de jurons que je répéterai pas ici… mmmm… De coudre sur les dents d’une fermeture à glissière (je vous ai déjà dit que je détestais les coudre?? oui je sais je radote!!). En tout cas, mes bourdes sont soigneusement répertoriées dans mes articles!! Histoire de ne pas oublier et d’en tirer les leçons!!

8. Quelle est ta plus grande fierté lorsque tu crées quelque chose ?

Fanfreluche : Ma plus grande fierté c’est quand on me demande dans quel magasin j’ai acheté un vêtement fait main. Et aussi quand M. Fanfreluche me dit que je me couds des vêtements qui « m’avantagent »… quoique ! Tout est dans le choix des mots. Ce serait sans doute plus judicieux de dire « qui me vont bien ». Mais je sais qu’il ne pense pas à mal.

Falbala: Ma plus grande fierté est quand toutes les pièces sont bien assemblées (pas de décalage indésirable) et  surtout quand l’envers est aussi (ou presque) beau que l’endroit. Si en plus le vêtement est confortable et tombe relativement bien, alors on est pas loin du nirvana!! Mais avec le temps, j’ai au moins appris à tolérer un certain pourcentage d’imperfections, ce qui aide à avancer dans la couture!! Mais quand même pour répondre à Fanfreluche, le top du compliment c’est quand tu portes un vêtement acheté dans un magasin et qu’on te demande: mais c’est toi qui l’as fait?!!! ah! ah!!

9. Quels sont tes prochains projets couture ?

Fanfreluche : Il faut, je crois, faire la distinction entre « les idées » et les « projets » sérieux. Des idées, il y en a une foule qui tourbillonnent dans ma tête (vous voyez un peu l’état de mon cerveau). De plus, comme je suis une accro aux magazines de couture, chaque fois que j’achète les nouvelles éditions, de nouvelles idées s’ajoutent au bazar ambiant. Ensuite, dans ma tête, il y a aussi le tourbillon « tissu ».  Quand les deux se mettent en branle simultanément, il y a souvent une connection qui s’établit entre l’idée et le tissu et pouf !!! le projet est né. Parfois aussi, l’idée reste orpheline, car il n’y a aucun tissu approprié qui se profile – et là c’est grave. Du coup la Fanfreluche se met en chasse. Très souvent, c’est le processus inverse qui se produit, car la farandole des tissus est bien fournie, mais l’idée appropriée ne se dégage pas (ou alors l’angoisse d’un raté est trop forte pour concrétiser le projet).

Bon, j’arrête le délire. Plus concrètement il y a deux projets « urgents » liés au futur mariage de mon grand bébé. J’ai prévu de coudre une jolie robe à Augustine qui sera demoiselle d’honneur et chargée de la mission d’importance de porter le coussin porte alliance tout le long de la nef de l’église. (Le coussin porte alliance est, quant à lui, terminé à 90%, mais Augustine ne marche pas encore toute seule). Le deuxième projet c’est ma robe à moi. Le tissu est identifié dans le fameux tourbillon dont je viens de vous parler, mais le patron n’est pas arrêté. Il y a des idées qui volètent (!), mais le « tilt » n’a pas encore eu lieu. Et pourtant l’urgence se précise de plus en plus, car les jours et les semaines se succèdent à un rythme infernal.  Je sais que je voudrais une robe longue plutôt droite et fendue de côté… On en est là.

Falbala: Je suis quand même assez fière d’avoir liquidé pas mal de projets en cours (normal il y a le marché des Hollandais la semaine prochaine, faut se donner bonne conscience!). Il m’en reste encore un: un gilet long en maille, assez sophistiqué dans le montage et surtout dans un jersey terriblement glissant (et fourbe, c’est la raison pour laquelle ce projet traine un peu!).

J’aimerais perfectionner la technique des robes sweat/maille, et me lancer dans des découpes. J’ai déjà repéré pas mal de patrons / réalisations qui m’inspirent.. Faire un sac en simili cuir est aussi inscrit dans « mes » listes (je suis une maniaque des listes, je griffonne sur des bouts de papier partout et de préférence pendant le petit déj quand toute la maison dort encore. J’ai aussi un journal de couture très utile pour y consigner ses idées ou réflexions surtout quand tout bouillonne dans la tête!).

10. Y a t-il du matériel de couture qui te fait rêver ?

Falbala: A ce niveau là je dois avouer que je suis vernie.. Dès mes premiers travaux de linge de maison, je me suis acheté une surjeteuse, vraiment indispensable pour de belles finitions. J’ai un peu forcé la main à la Tatie Onemei qui n’en voulait pas et je lui ai proposé un achat conjoint. Cela s’est transformé en « garde alternée », elle l’avait la semaine et moi les week-ends. Puis elle a fini par s’en acheter une autre. M. Falbala m’a ensuite offert il y a quelques années une superbe machine à coudre, autrement plus sophistiquée que le modèle que je souhaitais (non je ne me plains pas!), et pour mon dernier Noël je lui ai demandé une recouvreuse..

Fanfreluche : J’ai un atelier bien équipé et grâce à M. Fanfreluche qui m’a poussée à investir dans une recouvreuse pour Noël (oui, je suis une copieuse), j’ai à présent toutes les machines qu’il me faut. Bien sûr, on pourrait aller plus loin, notamment en achetant une brodeuse ou une machine à coudre Rolls Royce comme Falbala, mais ma gentille Bernina me convient pour le moment.

Il y a tout de même un équipement très spécifique qui me titille, à savoir une imprimante/massicoteuse pour créer des transferts et des personnalisations pour mes réalisations. Je ne sais pas du tout quel est le terme technique pour ce genre d’équipement, ni où on peut les trouver. J’ai souvent vu cela sur des sites de vente allemands, mais tant que je n’aurai pas mis la main sur un vrai pas à pas pour ce genre de technique, je n’irai pas plus loin.

Et les autres (« heureuses ») nominées sont:

Falbala: dur dur de trouver des blogueuses qu’on apprécie et qui ne se sont pas encore livrées à ce jeu (et pardon d’avance si on en oublie ou si elles en ont ras le bol de se prêter au jeu)..

Fanfreluche : c’est un petit exercice sans obligation et personnellement j’ai trouvé assez rigolo de me poser ces questions-là. Cela dit, les Serial Piqueuses sont des bébé-blogueuses (2 ans et demi d’existence) et donc trop heureuses de partager leurs aventures avec leurs lecteurs/lectrices. Celles qui ont bien plus de bouteille nous pardonneront, j’espère. 

Coudre ou ne pas coudre

The amazing Iron woman 

Auguste et Septembre

Atelier Svila

C de Syle

C’est qui qui coud

Cécile bricole

Le chat et la marmotte

Tasticottine

 

 

 

 

 

15 Comment

  1. Voilà une présentation a deux personnalités bien sympa et qui me permet de mieux vous connaitre, puisque j’ai découvert votre blog il y a peu.
    Et je pourrais bien retranscrire à l’identique pour mon propre compte certaines des réponses.
    Merci pour le rappel car j’étais sur le point de totalement oublier que ma chère Mary Tainne m’avait également taguée.

    1. Ces questions m’ont réellement ramenée quelques décennies en arrière et j’ai été la première surprise en déterrant ainsi mes souvenirs. Je suis impatiente de lire tes réponses au tag de Mary Tainne.

  2. Voici une façon sympathique de se présenter en quelques questions. Je crois que mon pire souvenir restera ce fichu kimono imposé par ma prof en classe de 4ème et que Maman a du terminer…
    Bonne soirée

  3. Franfreluche : cameo ou brother scancut.. les 2 machines qui pourraient aider au bonheur de créer des lettres à appliquer…

  4. Bravo pour ces réponses à deux voix ! C’est sympa ce tag pour mieux connaitre les unes et les autres ! L’habillage de Barbies est un point que l’on retrouve chez beaucoup, c’est amusant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *