Nouvelle robe Toronto et sa veste

Nouvelle robe Toronto et sa veste

Robe Toronto

Pour l’opération déstockage du mois, parrainée par Elisabeth du blog : Le chat et la marmotte, je vous montre enfin cette deuxième version de la robe Toronto de la marque Ikatee, cousue il y a pas mal de temps!! J’avais déjà réalisé ce modèle dans un velours milleraies à motifs de grandes fleurs (pour les commentaires sur le patron c’est ici). Cette fois-ci j’ai pioché dans un coupon de lainage ancien, déniché au tout début de mes virées au Fil amant, donc ça commence à dater. Il est kaki foncé, avec des carreaux dans les tons de vert et violet. Même la doublure a été extirpée de ma boîte à doublure, un reste de coupon acheté à Paris je pense. Pour les boutons, j’ai du piocher dans le stock sans fin de Marie pour trouver la couleur idéale.

# Robe Toronto d'Ikatee

Là encore il s’agit d’un tissu à motifs, grands carreaux, et donc raccords nécessaires. C’est la coupe qui a pris le plus de temps. Fort heureusement il est tissé parfaitement droit et j’ai pu prendre repère sur les lignes et les carreaux. J’ai bâti soigneusement pour être raccord mais il y a quand même eu de tous petits décalages. Bon il faut avoir le nez dessus pour s’en rendre compte!!

Forte de ma première expérience, j’ai zappé les boutonnières, la robe s’enfile sans problème sans nécessiter de déboutonnage, alors pourquoi s’embarrasser de potentielles complications. J’ai cousu les boutons sur chaque intersection vert / violet. Cette fois-ci je n’ai pas fait de poche. A dire vrai je les ai oubliées et une fois la robe montée et cousue j’ai laissé sans..

Ce tissu est très agréable à porter même s’il froisse un peu comme on peut voir sur les photos faites en fin de journée, la vraie vie quoi!!

Veste raglan en laine bouillie

Pour aller avec cette robe (et d’autres), j’ai refait une veste raglan, cette fois-ci en beige (première version en rouge, ici). C’est un modèle Burda (août 2012, n° 127) et je vous renvoie à mon précédent article sur le patronage, nickel de surcroît.

# Veste raglan Burda Style août 2012, n° 127

Cette veste n’est pas vraiment une pièce de déstockage, j’ai tout acheté chez Marie (laine bouillie et doublure) dans la perspective d’assortir la robe.

# Veste raglan Burda Style août 2012, n° 127

J’avais même pris des sortes de brandebourgs en métal, pour varier par rapport à la première version rouge, mais au bout du compte, je ne les ai pas fixés sur la veste. Peut-être que je finirai par les rajouter..

Je n’ai même pas de photo portée ben non, on a oublié d’en faire!! Donc vous contenterez de ma Falbala, d’abord envers coté doublure:

Côté endroit.

Et les deux ensemble

Voilà pour cette opération déstockage. Je vous invite à aller voir ce que les autres participantes ont concocté dans le cadre de l’opération déstockage! Très bonne journée

Nathalie

Robe « armure »

Robe « armure »

Etant fana de forteresses médiévales et bien sûr d’armures, j’étais sans doute prédestinée à coudre une robe « armure » !! Ce n’était pourtant pas mon objectif. La combinaison du tissu lourd et du patron ont fait de cette robe salopette une véritable armure, très lourde à porter et comment dire.. bien enveloppante !

Le patron et les fournitures

Il s’agit d’une robe salopette vintage, tirée du Burda style de février 2008, modèle 112. On peut en trouver une version assez similaire dans le magazine de septembre 2022 (ici). J’ai choisi de commencer par la version « vintage » parce que je la trouvais plus travaillée. Elle a plein de jolis détails : des rabats de poches et des martingales au niveau du dos, des découpes princesse, une superbe encolure carrée et bien sûr des bretelles « façon salopette ». Le tissu préconisé est un piqué de coton ou un tissu ayant de la tenue! Là c’est gagné!!

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Ce n’est qu’en coupant les pièces que je me suis rendu compte qu’il y avait un truc bizarre au niveau de ces bretelles. En fait, il s’agit de bretelles rapportées. Les bretelles sont fermées par une couture d’épaule et une bande supplémentaire vient se rajouter de chaque côté, prise dans le couture d’épaule et fermée par un bouton, pour donner l’illusion de bretelles salopette. J’aurais pu les transformer en véritable bretelle mais mon coupon était un peu juste, je suis donc restée sur le modèle initial.

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Au niveau des fournitures, j’ai utilisé un coupon de velours à grosses côtes, vert foncé, du stock de Marie (fond de rouleau). Il a un tout petit peu de stretch (2%). Pour la coupe j’ai bien veillé à poser mes pièces à rebrousse poil. Le velours se mérite et a pas mal d’exigences! Ce tissu a été extrêmement dur à couper. J’ai également déniché dans la boutique de Marie une doublure claire à reflets verdâtres, ainsi que des boutons verts avec deux teintes. C’est Christine qui me les a trouvés. Ils sont parfaits, plus clairs pour éclairer un peu le tissu très foncé, et surtout plats. Cela a son importance pour les boutons de la martingale dans le dos.

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Modifications du patron

Marie a suggéré de « corser » le modèle en faisant une patte pour la fermeture à glissière dos. Ah! Ah! pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!! Nous avons donc transformé le patron en laissant tout simplement plus de marge de couture au niveau de la fermeture dos. Je dois dire que le montage de cette fermeture à glissière m’a donné un peu de fil à retordre notamment pour la finition. Le velours a pas mal glissé. Malgré les bâtis parfaitement alignés, il y a eu des petits décalages au niveau de la couture définitive. Bien sûr la fermeture à glissière est parfaitement cachée et on ne voit pas les coutures mais au niveau de la fermeture du col, j’ai dû rajouter un crochet. Bien évidemment, Je me suis gourée en cousant le crochet sur le devant. Il aurait dû être sur l’envers mais je ne voyais pas comment, surtout pour des considérations pratiques. Il n’en demeure pas moins que j’ai quand même besoin de Monsieur pour m’aider à monter la tirette jusqu’en haut et fermer le crochet !!

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Je suis partie sur le 38, probablement mon radar des robes potentiellement inconfortables… Après bâti et essayage il s’est avéré que les emmanchures étaient très étroites et remontaient trop haut. Elles ont été baissées d’1 cm environ, avec une retouche sur l’épaule droite pour tenir compte de ma morphologie asymétrique (épaule gauche sur-développée qui porte tout). Pour le reste tout allait bien mais la robe avait un effet très « gainant ». Marie m’a dit de m’asseoir et là ça s’est avéré plus problématique, un vrai corset sur le dos. J’ai relâché un chouille les coutures latérales pour avoir un peu plus de confort.

Des tas de surpiqûres sont prévues et cela fait aussi le charme de la robe. J’ai fait les surpiqûres sur les petites pièces, rabats de poches, bretelles et martingales. Ce velours est extrêmement difficile à surpiquer, il bouge pas mal et vu la couleur foncée j’avais du mal à faire des coutures droites et correctes. On le voit d’ailleurs sur les parties doublées. Sur l’endroit, on ne voit heureusement rien, le fil ton sur ton est complètement invisible !!

Je n’ai pas fait de boutonnières pour les bretelles et les martingales, juste cousu les boutons directement.

Du fait de son aspect « corset », j’ai fait l’impasse sur les surpiqûres le long des découpes bretelles et sous la poitrine pour ne pas rigidifier davantage le tissu. Je ne le regrette pas.

Les poches et les revers de poche sont pris dans la couture. Pour le coup, j’ai inversé poche en doublure et poche dans le tissu de la robe. Si c’était à refaire, je referai tout en velours pour qu’on ne voit pas la doublure entre les extrémités du rabat de poche (plus petit que l’ouverture des poches).

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Vu leur emplacement et leur dimension, les poches ne servent pas à grand chose, si ce n’est l’effet esthétique du rabat. Oui je suis toujours fâchée avec les poches!! Là j’ai fait des boutonnières sur les rabats fin de pouvoir utiliser les poches..

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Au niveau de la longueur, je n’ai pas rajouté de surplus et j’ai fait un ourlet à 4 cm. Sur la photo portée par le mannequin de la revue, on ne voit pas vraiment la longueur mais on devine quand même qu’elle est assez courte, au dessus du genou.

La doublure

J’ai galéré pour la construction de la doublure intégrale de la robe. Ce patron n’est prévu qu’avec une parementure d’encolure / emmanchure. La parementure fonctionne parfaitement mais elle est simplifiée (pas de découpes princesse) et elle ne couvre pas toute la partie buste. En posant les pièces de la jupe et du haut, il manquait un bout conséquent sur la partie corsage. Du fait des découpes, j’ai dû bricoler et improviser en épinglant les différentes pièces de patron et en essayant de retracer le bout qui manquait. Comme j’étais très juste dans mon métrage de doublure, j’ai fait un test avec un reste de coton kaki pour voir si ça collait. Et ça a marché du premier coup. J’ai coupé les panneaux de la jupe tête-bêche du fait de mon métrage insuffisant et pour respecter le droit fil. Nan, je n’ai même pas essayé de faire des raccords carreaux, quelle honte!!

Du fait que les fausses bretelles sont cousues avec les épaules, le montage de double bretelles avec la doublure est casse-tête!! J’ai dû défaire un bon morceau de la parementure et ajuster à la main.

# Robe salopette Burda style 02/208, modèle 112

Après moult crantages et repassage sur l’envers (le velours marque énormément notamment au fer à repasser), j’ai surpiqué l’encolure et l’emmanchure pour que tout reste bien en place. Mes surpiqûres sont loin d’être parfaites mais comme on le voit pas sur l’endroit !!

Alors au porté, elle a toujours cet effet gainant et corseté. Certes elle tient bien chaud probablement du fait de son poids!! J’ai réussi à la porter pendant quelques heures tout en étant extrêmement consciente de cette robe sur mon dos. Elle serre surtout au niveau du tour de poitrine et j’envisage de relâcher un peu la couture à cet endroit. Au niveau de la taille, du dos et des hanches, il y a de la place, rien à redire.

Je la trouve un peu longue (niveau genoux) mais sa longueur a été validée par tout le monde en cours, y compris Monsieur!!. A refaire certainement dans un tissu un peu plus extensible pour le confort.. Pas vraiment esthétique portée les mains dans les poches!!

Très bonne soirée et à bientôt pour de nouvelles cousettes d’hiver pour se protéger du froid et des restrictions de chauffage!! Vivement l’été!!

Nathalie

La cape écarlate

La cape écarlate

Il y a plusieurs mois que j’ai cousu cette cape rouge mais notamment par manque de temps, de disponibilité de ma photographe, je n’ai rien publié sur cette pièce. C’est en regardant récemment la série culte The handmaid’s tale (la Servante écarlate) que j’ai été inondée de capes rouges et de messages subliminaux qui m’ont rappelé à l’ordre!!! Cette série est brillante et j’ai même attaqué la lecture du livre.

Je suis accro à certaines pièces vestimentaires et je dois dire que les capes en font partie. Au tout début de mes cours de couture, j’avais craqué pour un modèle de cape femme (Burda style août 2016, modèle 101) mais le projet n’avait pas vu le jour pour diverses raisons. Bien que la revue soit ancienne, le modèle figure toujours en téléchargement sur le site de Burda (ici).

# Burda Style août 2016, modèle 101


Le patronage de la cape pour homme a certainement été un déclic (voir ici). Tout a commencé à turbiner dans ma tête quand j’ai reçu un généreux bon d’achat à la mercerie du Fil amant pour mon anniversaire l’année dernière, ça date… Il y avait un bon moment que je tournais autour d’un lainage ancien rouge de chez Marie, daté début des années 40. L’occasion fait le larron !! J’ai ressorti mon vieux burda et me suis précipitée sur le fameux lainage.

# Burda Style août 2016, modèle 101

Les ajustements du patron

Ce modèle de cape est somptueux .. sur la photo. Quand j’ai regardé de plus près les explications et les tailles, j’ai un peu déchanté. Tout d’abord il s’agit d’un modèle par double taille (34/36, 38/40 et 40/42). Bon sang je déteste ce genre de chose. Nous avons mesuré le tour d’encolure et d’encolure pour déterminer la taille requise et le 36 de chez Burda suffisait largement. J’ai gardé la longueur dos de 1,25 m ce qui est largement suffisant pour mon petit 1,60 m. J’ai pris 4 cm d’ourlet sur la longueur initiale.

# Burda Style août 2016, modèle 101

Le métrage requis était vertigineux : 5,20 m pour le 34/36 !! J’ai mesuré l’ampleur du bas : 4,53 m au total. Nous n’avons pas touché aux pièces milieu devant et milieu dos mais nous avons réduit l’ampleur beaucoup plus importante des pièces de côté d’environ 45 cm sur chacune des 4 pièces. Le tissu n’étant pas très large il n’était pas possible de placer plusieurs pièces côte à côté, mises à part la capuche et les poches. Malgré les diminutions conséquentes du patronage initial, il m’a fallu 5,30 m de tissu. J’ai opté pour un boutonnage visible, j’aime trop les boutons pour les cacher!!

Les pièces du patron ne sont pas en entier sur la planche sauf une. Pour les autres il faut les rallonger manuellement avec les dimensions données et retracer l’arrondi du bas. Elles sont tracées en pointillé sur le schéma technique.

# Burda Style août 2016, modèle 101

Le modèle est donnée pour une difficulté moyenne. C’est juste l’ampleur des pièces qui peut poser problème en termes d’intendance et de place. A quoi s’ajoutent tout de même les nombreuses surpiqûres. La cape n’est pas doublée, certainement à cause de l’ampleur du modèle, sauf les poches et la capuche. Je voulais absolument la doubler, le lainage étant assez fin. J’ai laissé de côté cet aspect, n’étant pas décidée sur le choix de la doublure à ce stade.

La coupe et le bâti

Malgré ma grande table, j’ai dû étaler mon tissu par terre de manière à pouvoir poser toutes les pièces en une fois. J’ai indiqué l’endroit du tissu sur toutes les pièces en faisant un nœud avec un fil à bâtir sur l’endroit. J’ai coupé et surjeté toutes les pièces.


J’ai bâti assez facilement la cape. Le lainage se laisse bien manipuler et permet de résoudre facilement les embus et arrondis. Le patron manque de repères de montage. Certains ont pu disparaître avec les retouches du patron mais quand même! Vu les dimensions des pièces cela n’aurait pas été du luxe.

Après un premier essayage, aucune autre modification. J’ai cousu et enlevé les fils de bâti, puis j’ai fait des test de surpiqûre. J’avais des bobines de surjeteuse de la même couleur, donc au lieu de prendre du cordonnet (pas trouvé de couleur avoisinante), j’ai essayé le triple point qui a donné un joli rendu.

La doublure

C’est ce qui m’a donné le plus de mal !! Décidément ces capes sont des chieuses quand il s‘agit de les doubler !! J’avais pensé entoiler la cape comme pour mon manteau (voir ici) mais Marie me l’a déconseillé pour éviter qu’elle perde sa fluidité. Cela a été un casse-tête de concilier chaleur thermique et fluidité de la cape. Et là j’avoue que je n’ai pas trouvé de solution adéquate. J’ai envisagé de la polaire en guise de doublure. Il se trouve que j’en ai un stock assez conséquent, acheté à la caverne alsacienne. Il n’allait pas question couleur (kaki) et c’est du synthétique bien sûr. J’ai laissé tombé rapidement.

Toutes les options ont tourbillonné dans ma tête, jusqu’au matelassage.. J’en ai fait des tests et des essais.. Au bout du compte, j’ai opté pour la même doublure satin de mon premier manteau (ici), dont la couleur collait pile poil ! Elle est épaisse et se travaille bien mais elle a rajouté pas mal de volume à la cape.

# Burda Style août 2016, modèle 101

J’ai redessiné sur les pièces du patron les pièces de doublure en enlevant la partie de parementure sur le devant. Mes pièces sont rentrées tout juste dans les 5 mètres de doublure. Après c’est le même travail que la cape, les surpiqûres en moins !!

Pour atténuer le volume de la cape, Marie a suggéré de désolidariser de la cape l’ourlet de la doublure. C’est vrai que c’est mieux mais elle reste volumineuse par rapport à la version sans doublure.

Capuche et poches

J’ai bâti la capuche qui s’est avérée gigantesque. Vu l’ampleur de la cape elle-même j’ai laissé en l’état, sachant par avance qu’elle serait purement décorative sur le dos !! J’ai fait au préalable les surpiqûres de chaque côté de la bande latérale sur la capuche. J’ai ensuite tracé sur l’endroit le repère de la parementure à même (3,5 cm) et j’ai surpiqué son contour pour qu’elle reste bien en place.

L’assemblage de la capuche a été délicat. Normalement seule une petite partie est froncée mais avec l’épaisseur de la doublure cela faisait un gros paquet donc les fronces ont été réparties sur toute la capuche. La capuche est positionnée par rapport à la ligne de croisure pour l’équilibrer. Après c’est une opération prise de tête pour assembler la capuche sur la cape et positionner la parementure de manière à cacher les coutures !!

J’ai bloqué sur les poches que je trouvais démesurées, à l’image de la cape. J’étais prête à les virer quand Marie est venue à la rescousse. Elle m’a fait enlever 3, 5 cm dans la largeur et j’ai retracé l’arrondi du bas. Comme j’étais en mode ronchon, j’ai foiré la couture mais j’ai pu rattraper un peu le coup au repassage. J’ai passé pas mal de temps à ruminer sur leur emplacement. Je les ai cousues au point droit rallongé, les surpiqûres n’ont pas fonctionné !!

Boutons en cuir vintage

Après avoir fixé les parementures au point de chausson, j’ai pu positionner les boutonnières. J’ai préféré faire des tests préalables, je ne me sentais pas de découdre des boutonnières sur ce lainage. Au bout du compte, elles se sont passées sans encombre. J’en ai fait quatre espacées de 10 cm.

J’avais déniché chez Marie des boutons anciens en cuir, parfaits pour ce modèle. Marie m’a trouvé en prime de jolis petits boutons fantaisie que j’ai cousus sur les poches.

Cette cape est parfaite pour ce froid qui sévit chez nous, c’est un peu Noël avant l’heure. Je ne suis pas sûre que la neige tiendra jusqu’à samedi mais dans l’immédiat on en profite!!

Il faut juste que je me fasse un peu à son ampleur et que je teste sa chaleur. Sinon vu sa taille, je peux mettre pas mal de couches en dessous!! Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année et je vous dis à très bientôt!

Nathalie

Une petite veste passe-partout

Une petite veste passe-partout

Je suis fan de robes même en hiver mais étant particulièrement frileuse, il me faut des vestes ou des « chilets». Ces dernières années, j’avais une préférence pour les gilets longs, achetés dans le commerce il y a pas mal de temps.

Mais comme ma politique est de ne plus rien acheter si je peux coudre le modèle, j’ai entamé une réflexion sur le type de veste dont j’ai envie. Un de mes gilets longs du commerce a été copié et cousu dans un jersey irascible mais surtout pas chaud du tout. Il n’a jamais été porté d’autant qu’il est trop grand (à voir ici). J’avais en projet de le refaire dans un jersey plus épais et j’ai même acheté le tissu en conséquence. Un projet 2022 qui risque de passer dans les projets 2023!

A force d’admirer les jolies vestes fait main de Marie et surtout la toute dernière veste de Fanfreluche (pas encore montrée il me semble), j’ai cédé à la tentation de la petite veste en laine bouillie. Marie en a un joli stock, de superbe qualité. Il n’y avait malheureusement pas de kaki mais un joli rouge m’a fait fondre.

Un patron simplissime

Déniché dans vieux Burda style d’août 2012 (modèle 127), il s’agit dune veste raglan courte toute simple, ben oui ça change des plans screugneugneu et ça fait du bien!!. Elle est donnée pour facile, et à juste titre. Bord à bord (pas de boutonnières, ni malheureusement de boutons), pas de col, juste une pince sur les milieux devant. Zéro difficulté!! Malgré son « âge », ce patron existe toujours en téléchargement si ça vous intéresse, sur le site de Burda style (voir ici). Si on fouille on trouve des trésors « vintage » sur le site, mais c’est mieux d’avoir les références des modèles et des revues.

Bon les photos de cette veste ne sont pas folichonnes. Heureusement que les dessins techniques sont là pour mieux voir les modèles.. La photo de gauche est une variante avec un col pailleté. Les paillettes c’était niet pour moi, pas mon truc. La deuxième photo en fausse fourrure, version baba cool, bof bof!!

Les fournitures

Toutes les fournitures viennent du Fil amant: 1,50 m. de super laine bouillie rouge. Pour la doublure j’ai craqué pour un petit coupon ancien de doublure pour gilet homme, il est rayé blanc et rouge. Un vrai délice à coudre à la main. Pour les manches, j’ai pris de la doublure classique afin que ça glisse bien. Les manches et moi on est souvent en désaccord!!

# Veste raglan Burda Style août 2012, n° 127

Montage de la veste

J’ai juste marqué au point bouclette le tracé des pinces ainsi que les milieux devant. Il y a une parementure à même comme on peut le voir sur le schéma des pièces.

Au niveau de l’essayage, une micro retouche à l’épaule droite pour réduire un peu l’ampleur (mais strictement lié à ma morphologie). La longueur des manches a aussi été diminuée, forcément je n’ai pas le bras long!!

Une fois le modèle validé, la couture de la veste est ultra rapide, d’autant que je ne l »ai pas surjetée (juste quand même la doublure qui s’effilochait pas mal). Le plus long, c’est l’assemblage de la doublure. Avec un préalable, la fixation au point de chausson du col, de la parementure devant et de l’ourlet.

Une fois le dos et le devant de la doublure cousus à la machine, c’est un long travail d’épinglage et d’ajustement pour que la doublure soit bien positionnée. Et ensuite le tout est fixé à la main, y compris la doublure des manches sur l’emmanchure.

En regardant de plus près les photos, je trouve que ma couture au point de chausson n’est pas nickel parce qu’on voit quand même sur l’endroit les parties intérieures. Va falloir que je révise les classiques!!

Au porté elle est très confortable et surtout bien chaude. Et des petites vestes chaudes on va en avoir besoin vu les restrictions de chauffage dans nos bureaux déjà très mal isolés.

Bon je ne vous cache pas que la suivante est en cours et j’espère pouvoir la terminer très prochainement…

Et pour finir, pour lutter contre la grisaille, quelques photos de « street art », résultat de la 2e édition du Colors corner à Strasbourg (voir ici un reportage accompagné d’une vidéo).

# COLORS Corner #2

Ces fresques sont vraiment magnifiques et gigantesques. En gros plan:

Très belle journée d’autant que c’est bientôt le week-end!

Nathalie

Robe Toronto, presque au cordeau!

Robe Toronto, presque au cordeau!

Depuis cet été j’ai fait pas mal de recherches sur les patrons de robe salopette. Il paraît que les robe salopette sont à nouveau à la mode mais je dois dire que j’en ai trouvé assez peu dans les patrons ultra récents.

J’ai pas mal tourné autour de deux patrons, la robe Belette de la marque Lot of things et la robe Toronto de la marque Ikatee. J’ai fini par me focaliser sur Toronto. Il s’agit en fait d’une robe chasuble, sans bavette séparée, mais avec des bretelles et un boutonnage soit sur le milieu devant soit sur le côté, façon salopette. L’emmanchure arrive au niveau du tour de taille, ce qui lui donne un côté loose et décontract’. En outre les bretelles sont asymétriques, avec une bretelle boutonnée du dos vers le devant et l’autre en une seule pièce. Ce modèle me plaisait pas mal mais je trouvais son prix un peu élevé compte tenu de la simplicité du modèle. Finalement j’ai fait ma radine en optant pour la version PDF au lieu du patron pochette.

# Robe Toronto d'Ikatee

J’ai vu dans certains commentaires que pour la version pochette, les pièces étaient superposées et ceci était considéré comme un crime de lèse-majesté !!! Ah ! Ah ! Je comprends pourquoi les patrons burda sont en partie délaissés pour les patrons dits indépendants !! La version PDF n’a pas cet inconvénient. En fait quand on achète le patron, on reçoit par mail des tonnes de liens, avec des options soit de format de papier, soit de format de taille. Ceinture et bretelles comme disent les gibbies, j’ai imprimé en A4 la version multi-taille et la version en taille 38. Bon j’aurais pu regarder d’encore plus près parce qu’il y a en plus la version boutonnée devant, séparée de celle boutonnée sur le côté. Dans ma précipitation j’ai imprimé les deux fois la version boutonnée sur le côté alors que, bien entendu, j’avais envie de faire celle boutonnée devant.

Il y a quatre pièces pour la robe (deux devants et deux dos) ainsi que deux poches. A cela se rajoute une parementure d’encolure et d’emmanchure (dos et devant). Le nombre de boutons n’est pas précisé, seulement leur dimension, mais ils sont dessinés sur les schémas techniques, 5 pour la version mini et 6 pour la version courte, plus un sur la bretelle. Un tableau donne également l’écartement des boutonnières mais tout ça dépend des boutons choisis et de leur diamètre. Le livret est assez bien fait avec plein de couleurs et il comprend les dimensions finies ce qui est bien utile. A cela s’ajoute une video en accès libre, que j’ai regardé pour le montage de la parementure et les finitions d’encolure.

# Robe Toronto d'Ikatee

Mes modifications du patron

Après avoir scotché laborieusement les 40 pages du patron (ben oui quand même) j’ai bien vu que quelque chose clochait dans le modèle.. Ce n’est qu’en revérifiant mon mail que j’ai compris mon erreur. J’ai baissé les bras à l’idée de réimprimer la bonne version et de tout recommencer. J’ai donc modifié le patron que j’avais imprimé. J’ai rajouté tout simplement une patte de boutonnage devant et j’ai divisé la parmenture devant en deux pièces. Marie a suggéré une patte de boutonnage de 3,5 cm avec double rentré, de chaque côté. Et puis quand même ces bretelles asymétriques ne m’inspiraient pas trop, j’ai unifié les bretelles avec le système de boutonnage de chaque côté, histoire de rester un peu plus sur l’idée « salopette », en modifiant en conséquence la parementure dos et devant.

# Robe Toronto d'Ikatee

Les marges de couture d’un centimètre sont incluses. Je les ai élargies à 1,5 cm, c’est quand même mieux pour du chaîne et trame. Cette robe est assez versatile puisqu’elle peut se coudre dans différents types de tissus y compris du molleton. A voir quand même s’il faut la rétrécir dans ce cas. J’avoue que l’idée me tente, après après..

Les finitions ne comprennent qu’une parementure d’encolure et d’emmanchure, ce que j’ai trouvé un peu « cheap ». J’ai rajouté une doublure en reprenant le patron des pièces dos et devant, moins la parementure.

Les poches sont vraiment très petites et non doublées. Après avoir fait un premier essai de poches, je les ai recoupées avec 3 cm de plus en hauteur et j’ai rajouté un cm de marge de couture partout. Je n’ai pas non plus fait le repli de poche à 3 cm. Les poches définitives ont également été doublées. On ne les voit pratiquement pas du fait qu’elles se fondent dans le motif, si ce n’est la surpiqûre au cordonnet rouge.

# Robe Toronto d'Ikatee

Au niveau dimensions, faut pas se gourer puisque l’emmanchure correspond au tour de taille. Marie a trouvé le 38 un peu grand et m’a fait enlever un centimètre de chaque côté (dos et devant – 4cm) de manière a retomber sur les dimensions données du 36.

Fournitures du stock

Pour le tissu de la robe, j’ai opté pour un velours milleraie à motifs de fleurs dans les tons rouge et vert, acquis je pense chez les Hollandais il y a assez longtemps. Le patron préconise un tissu fin pour la parementure. Au départ, je pensais la faire dans le velours mais j’ai crains qu’il colle, au vu d’une précédente expérience désastreuse. J’ai déniché une cotonnade à pois rouge sur fond vert anis, achetée il y a aussi très longtemps à Sainte-Marie-aux-Mines (Tissus du Chien vert il me semble..). Il n’y a que le petit bout de doublure que j’ai acheté au Fil amant. J’avoue que mon stock en doublure n’est pas très riche. Je n’ai pas rajouté d’ourlet sur la doublure et j’aurais dû, elle est un chouille trop courte.

Pour les boutons, j’ai farfouillé dans le stock de Marie puis finalement je suis restée sur des boutons simples du stock, chinés dans un marché aux puces.

Une version pas si simple

Je l’ai dit au début de cet article, je trouvais le modèle assez simple. Ce que j’avais oublié c’est que mon tissu est à motifs et qui plus est, de gros motifs. Il a donc fallu faire le raccord au moins sur les milieux devant et dos. Vu la taille des motifs, j’ai eu pas mal de pertes, ce qui est un peu dommage. Heureusement que mon coupon était assez grand. Il restera sûrement de quoi faire des mini jupettes à Augustine et Mathilda!!

Ma hantise était de foirer les raccords. J’ai soigneusement bâti la robe pour un premier essayage. Les raccords ont bien fonctionné par contre j’ai trouvé la robe un peu trop ajustée. Bon faut dire que je l’avais enfilée sur un gros pull. Comme j’avais 1,5 cm de marge de couture, j’ai cousu les côtés à 1 cm et je n’ai rien touché au milieu dos.

J’ai re-modifié ma parementure en conséquence, je l’ai coupée et assemblée à la robe. A la différence de ce qui était préconisé dans le livret et la vidéo, j’ai assemblé le dos et le devant et j’ai cousu la parementure en une seule couture sur la robe. Je n’ai pas non plus fait la sous-piqûre recommandée, mais j’ai cranté au niveau des arrondis et j’ai fait une surpiqûre sur le devant pour tout maintenir en place.

C’est la fermeture du devant qui m’a posé le plus de problème à cause des raccords. Le montage proposé est assez propre, on plie en accordéon un morceau sur l’endroit, on coud le haut et on retourne. J’ai dû m’y reprendre à quatre fois pour que ce soit bien droit (ou presque) et surtout que tout coïncide.

Les boutonnières ont fait leur chieuse, ou plutôt la machine du cours n’avait pas envie ce soir-là. J’ai dû en découdre au moins trois. J’ai fait les 6 au total et je les ai espacées de 8 cm. Pour les épaules, je me suis contentée de coudre les boutons à travers les bretelles dos et devant, sans faire de boutonnière supplémentaire.

J’avoue que le montage de la doublure n’a pas été de tout repos, avec tous ces larges arrondis et je me suis creusé les méninges pour les finitions côtés. Du côté des boutons, pas de problème j’ai cousu sur la patte à 0,5 cm mais la partie boutonnière était plus délicate en raison de la grande dimension de mes boutonnières. J’ai cousu bord à bord la doublure à la patte de boutonnage.

Pour la pose des boutons, j’ai bien épinglé mes pattes en raccordant les motifs et j’ai tracé au feutre lavable l’emplacement des boutons, à travers les boutonnières. J’ai cousu les boutons à 1 cm du bord, les boutonnières sont à 0,5 du bord. On va dire que c’est pratiquement raccord !! Après une journée portée, le velours s’est détendu et j’arrive pratiquement à l’enlever sans déboutonner, certes en me tortillant un peu.

Cette petite robe est très facile à porter avec Tshirt, sweat ou gros pull. J’ai quelques lainages en attente pour de nouvelles versions plus sobres. Et avec ce projet je participe au défi déstockage du mois du chat et la marmotte!! Avant de vous inviter à aller voir ce que les autres participantes ont déstocké, je vous laisse avec quelques photos d’une belle journée ensoleillée au Parc de l’Orangerie.

où nous avons flâné pendant la pause déjeuner

Très bon long week-end ensoleillé.

Nathalie