Variations autour de la nappe en lin

Variations autour de la nappe en lin

Ma serial piqueuse a déjà affronté le lin pour réaliser une nappe dans la pure tradition alsacienne, après une virée avec tatie Onemei chez Gander.. Faudra d’ailleurs qu’elle fasse l’objet d’une petite présentation.. Le lin c’est beau mais c’est instable, et ça c’est une plaie pour faire du travail de précision !!

Quand notre Irish girl a exprimé le souhait d’une nappe en lin pour son anniversaire, même toute simple, ma serial piqueuse s’est dit qu’elle allait quand même se simplifier la tâche histoire de faire quelque chose de bien… Le plan initial était simple: acheter du métis à la Coudrerie (un mélange coton et lin, plus stable et facile d’entretien) et coudre une dentelle. Mais un plan simple ne le reste jamais très longtemps..

Petite virée à la mercerie du bain aux plantes, et là ma serial piqueuse laisse de côté la dentelle et commence à faire des plans vertigineux avec des galons pour donner un peu de peps à la nappe.. fait des repérages et sonde l’Irish girl. Un plan se dessine dans sa tête et il est beau ce plan: coudre un galon en bas de la nappe (au lieu d’une dentelle) et faire le rappel du galon en faisant un centre de table avec le galon.. et bien sûr des angles à 45° partout… pff même pas peur, fastoche!!! Après plusieurs virées, le choix parmi tous ces beaux galons est difficile.

20161116_220919Il sera dans les couleurs de l’Irish girl (avec une dominante de parme). La table irlandaise est grande: 2,30 m x 95 cm. Donc avec des tombées d’environ 28 cm, il faut pratiquement 3 mètres de tissu (largeur 1,52m).

Ça nous donne au final un peu plus de 13 mètres de galon à poser. J’ai placé le centre de table à 62 cm (très ich) du bord (1,56m X 28 cm). Le lin ça bouge donc exit la précision (sniff)… Avec un peu de chance les assiettes ne le cacheront pas (on va croiser les doigts et les orteils!!).

 

 

Le projet était peut-être trop ambitieux.. Les angles ne sont parfaitement nickel, disons qu’ils sont à 46-47° parfois mais bon dans l’ensemble ça a l’air d’être « à peu près » droit et j’espère que ce sera équilibré sur la table irlandaise.. Il est difficile de donner un aperçu du rendu de la nappe, ma table étant plus large et nettement moins longue que la table irlandaise. Les photos sur la table de travail donnent une vue d’ensemble:

20161116_214033Je voudrais dire un grand merci à la mercerie du bain aux plantes qui a activement contribué aux calculs pour le placement du galon ainsi qu’à M. Ober qui a eu la gentillesse de couper le tissu droit pour me faciliter la tâche. Je n’oublie pas non plus mes auteurs-compositeurs du moment qui me soutiennent activement et systématiquement dans mon travail: la musique très cool de James Blake sans oublier le vivifiant Benjamin Clementine..

Pour le reste, attendons le verdict de l’Irich girl!! Mais en attendant joyeux anniversaire quand même!!!

 

 

Falbala

Sac pour les épingles à linge

Sac pour les épingles à linge

Le sac pour les épingles à linge de Martine.

Toujours dans la revue Home Projets n° 28, il y avait un joli modèle de sac pour les épingles à linge, monté sur un cintre. Je l’ai fait plus grand et plus profond que ce qui était préconisé. La poche du bas doit mesurer 20 cm (ich). Là encore Monsieur Falbala a été appelé à la rescousse pour bricoler un cintre en bois et en supprimer la barre latérale.

Le projet a l’air ultra simple mais quand c’est trop simple en général ça pose des problèmes… D’abord, ce qui me dérangeait c’est qu’aucune doublure n’était prévue. Et celles qui me connaissent savent que l’envers est tout aussi important que l’endroit.. Je me suis donc creusée la cervelle pour essayer de faire une doublure, mais en vain.. J’ai doublé le tissu parce qu’il était très fin mais ça n’a pas réglé le problème des coutures apparentes sur l’envers..

Ensuite, dans la précipitation j’ai fait une erreur dans la coupe du tissu. Le dos devait être entier et seulement le devant constitué de deux panneaux. Bien sûr j’ai coupé deux panneaux aussi pour le dos et je n’avais plus de tissu pour refaire un morceau entier. J’ai donc triché en faisant un raccord avec du biais large entre les deux panneaux du dos. Et au final, le cintre en bois prévu initialement s’est avéré trop grand mais j’ai réussi à trouver un cintre de la même forme plus petit.. ouff…..

En tout cas il a plu à notre « coquelicots addict », c’est l’essentiel..

C’est un joli prototype (faut pas trop regarder dedans..) A repenser pour de meilleures finitions à l’intérieur. Des commandes sont déjà prévues!!!

Falbala

Une petite veste passe-partout

Une petite veste passe-partout

Je suis fan de robes même en hiver mais étant particulièrement frileuse, il me faut des vestes ou des « chilets». Ces dernières années, j’avais une préférence pour les gilets longs, achetés dans le commerce il y a pas mal de temps.

Mais comme ma politique est de ne plus rien acheter si je peux coudre le modèle, j’ai entamé une réflexion sur le type de veste dont j’ai envie. Un de mes gilets longs du commerce a été copié et cousu dans un jersey irascible mais surtout pas chaud du tout. Il n’a jamais été porté d’autant qu’il est trop grand (à voir ici). J’avais en projet de le refaire dans un jersey plus épais et j’ai même acheté le tissu en conséquence. Un projet 2022 qui risque de passer dans les projets 2023!

A force d’admirer les jolies vestes fait main de Marie et surtout la toute dernière veste de Fanfreluche (pas encore montrée il me semble), j’ai cédé à la tentation de la petite veste en laine bouillie. Marie en a un joli stock, de superbe qualité. Il n’y avait malheureusement pas de kaki mais un joli rouge m’a fait fondre.

Un patron simplissime

Déniché dans vieux Burda style d’août 2012 (modèle 127), il s’agit dune veste raglan courte toute simple, ben oui ça change des plans screugneugneu et ça fait du bien!!. Elle est donnée pour facile, et à juste titre. Bord à bord (pas de boutonnières, ni malheureusement de boutons), pas de col, juste une pince sur les milieux devant. Zéro difficulté!! Malgré son « âge », ce patron existe toujours en téléchargement si ça vous intéresse, sur le site de Burda style (voir ici). Si on fouille on trouve des trésors « vintage » sur le site, mais c’est mieux d’avoir les références des modèles et des revues.

Bon les photos de cette veste ne sont pas folichonnes. Heureusement que les dessins techniques sont là pour mieux voir les modèles.. La photo de gauche est une variante avec un col pailleté. Les paillettes c’était niet pour moi, pas mon truc. La deuxième photo en fausse fourrure, version baba cool, bof bof!!

Les fournitures

Toutes les fournitures viennent du Fil amant: 1,50 m. de super laine bouillie rouge. Pour la doublure j’ai craqué pour un petit coupon ancien de doublure pour gilet homme, il est rayé blanc et rouge. Un vrai délice à coudre à la main. Pour les manches, j’ai pris de la doublure classique afin que ça glisse bien. Les manches et moi on est souvent en désaccord!!

# Veste raglan Burda Style août 2012, n° 127

Montage de la veste

J’ai juste marqué au point bouclette le tracé des pinces ainsi que les milieux devant. Il y a une parementure à même comme on peut le voir sur le schéma des pièces.

Au niveau de l’essayage, une micro retouche à l’épaule droite pour réduire un peu l’ampleur (mais strictement lié à ma morphologie). La longueur des manches a aussi été diminuée, forcément je n’ai pas le bras long!!

Une fois le modèle validé, la couture de la veste est ultra rapide, d’autant que je ne l »ai pas surjetée (juste quand même la doublure qui s’effilochait pas mal). Le plus long, c’est l’assemblage de la doublure. Avec un préalable, la fixation au point de chausson du col, de la parementure devant et de l’ourlet.

Une fois le dos et le devant de la doublure cousus à la machine, c’est un long travail d’épinglage et d’ajustement pour que la doublure soit bien positionnée. Et ensuite le tout est fixé à la main, y compris la doublure des manches sur l’emmanchure.

En regardant de plus près les photos, je trouve que ma couture au point de chausson n’est pas nickel parce qu’on voit quand même sur l’endroit les parties intérieures. Va falloir que je révise les classiques!!

Au porté elle est très confortable et surtout bien chaude. Et des petites vestes chaudes on va en avoir besoin vu les restrictions de chauffage dans nos bureaux déjà très mal isolés.

Bon je ne vous cache pas que la suivante est en cours et j’espère pouvoir la terminer très prochainement…

Et pour finir, pour lutter contre la grisaille, quelques photos de « street art », résultat de la 2e édition du Colors corner à Strasbourg (voir ici un reportage accompagné d’une vidéo).

# COLORS Corner #2

Ces fresques sont vraiment magnifiques et gigantesques. En gros plan:

Très belle journée d’autant que c’est bientôt le week-end!

Nathalie

Pantalon orange pas pressé

Pantalon orange pas pressé

Pas pressé du tout de montrer le bout de son nez ici. Ce pantalon orange en lin était destiné à s’accorder avec ma tunique folklorique. Mais il a pris son temps. Puis il a fallu trouver un créneau photo et pour finir, un moment libre dans mon emploi du temps surbooké de presque retraitée pour rédiger ce petit article.

Pantalon orange – le projet

Le projet a vu le jour chez Toto Tissus à Rouen. Après avoir craqué pour la popeline folklorique de ma tunique, j’ai choisi ce lin rouille/orange assez lourd dans la perspective de coudre un pantalon assorti.

Le patron est une nouvelle fois tiré d’un Burda pas tout jeune. Si je ne m’abuse, c’est le même que celui de la robe saharienne.

Le plus difficile à trouver pour ce projet fut la fermeture à glissière. J’ai bien trouvé de l’orange, mais c’est là que j’ai eu confirmation que la couleur tirait vers le rouille. Ça pinaille, ça pinaille… Finalement c’est chez Toto par chez nous que j’ai trouvé mon bonheur et en plus dans le bac à promotion.

Que dire de la réalisation ?

La réalisation s’est plutôt bien passée. J’ai comme d’habitude repris le patron de la fourche ajustée à mes formes, ce qui me donne l’assurance d’un seyant parfait (enfin, le plus parfait possible).

Ce qui m’a plu sur le pantalon Burda c’est le petit revers de fausse poche appliqué sur le devant. J’aurais aimé y ajouter une vraie poche et j’ai d’ailleurs coupé ladite poche dans de la doublure, mais je n’ai pas réussi à trouver la solution pour la poser. Pour finir j’ai abandonné et le pantalon n’a donc pas de poche du tout. Tant pish !

En revanche, il a deux jolis boutons !

Lennon Wall

Au risque de vous lasser, Nathalie et moi avons aussi shooté le pantalon devant le Lennon Wall. Et comme promis, je vous propose ci-dessous quelques vues supplémentaires de ce mur coloré.

Et nous avons réitéré la photo aux étoiles.

Le prochain article, je change de couleur !

Bonne semaine à toutes et tous.

Fanfreluche

Jurassic Style pour Augustine

Jurassic Style pour Augustine

Help ! Augustine manque de pantalons qui ne vont pas aux fraises ! J’ai bien entendu cet appel au secours et j’ai dégainé un coupon de French Terry ou sweat d’été en mode jurassic style. Il était rangé dans mon stock depuis le marché des Hollandais de l’automne 2021. A cette époque-là, Augustine était fan de dinosaures. Je n’étais pas sûre qu’elle le soit encore, mais après tout, il faut bien commencer à écluser les stocks.

Jurassic Style ce sera

Vous avez déjà vu le patron que j’ai utilisé pour ce pantalon. Il s’agit d’un modèle Ottobre enfants 2016, que j’ai déjà cousu en jersey façon jean (voir cet article). Cette fois-ci, j’ai simplifié les choses : pas de poches devant et seulement une fausse braguette – celle-ci est remplacée par une ceinture élastiquée. En revanche, j’ai posé des poches plaquées au dos. J’avais cousu le précédent pantalon en largeur 110. Cette fois-ci, j’ai légèrement élargi, et surtout, j’ai ajouté toute la longueur nécessaire.

Je vous montre.

Un franc succès

Le pantalon jurassic style a remporté un franc succès, d’autant plus qu’Augustine et sa famille avaient planifié une visite de l’exposition temporaire dinosaures, actuellement montée au Palais des Congrès à Strasbourg. J’avais tapé dans le mille !

Au vu de l’enthousiasme et comme j’étais en mode « liquidons les chutes », j’ai proposé à Augustine de lui coudre une petite veste sans manches pour compléter la tenue.

Il me restait un petit bout de molleton beige (utilisé pour coudre les manches d’une veste matelassée – clic). Le coloris s’accordait bien avec le jersey dinosaure et en même temps il calmait un peu le jeu. Trop de dinosaures…

Jurassic Style – la veste

J’ai cherché longtemps le modèle adéquat, car je n’avais pas beaucoup de tissu et en même temps je ne voulais rien de trop chronophage. Après tout, la veste devait être terminée à temps pour ce week-end.

Finalement, mon choix s’est arrêté sur une petite veste matelassée sans manches proposée dans le magazine Burda Style d’octobre 2015.

Comme dit, le modèle était matelassé et aussi doublé. Il était intégralement gansé.

Je n’ai PAS matelassé et je n’ai PAS doublé. J’ai un tout petit peu gansé, à savoir aux emmanchures.

Pour le reste, j’ai rallongé le modèle de 3 cm, afin de pouvoir utiliser la seule fermeture séparable dont je disposais et qui mesurait 30 cm. Donc, pas besoin de la raccourcir, d’autant plus que c’était une fermeture métal et que je me voyais mal sortir l’attirail de la petite bricoleuse (que je ne suis pas d’ailleurs).

Quoi d’autre ? Eh bien, comme je n’ai pas doublé la veste, j’ai dessiné une parementure d’ourlet. En effet, vu l’épaisseur de mon molleton, il aurait été difficile de faire un ourlet arrondi propre en faisant un simple rempli. Et oui, j’ai aussi posé le col façon bomber, que j’ai coupé dans le tissu dinosaure. Le biais de finition des emmanchures est également en sweat dinosaure.

Photos

On ne m’arrête plus

Une fois lancée, je me suis dit faisons la tenue complète Jurassic Style. J’ai donc décidé de coudre aussi un tee-shirt assorti.

voici le modèle que j’ai choisi

Le choix du modèle et des tissus a été fait avec Augustine. C’est ainsi que j’ai taillé dans une grande chute de jersey kaki (voir ma robe portefeuille – clic), que je destinais à un tee-shirt pour moi (snif). Le devant et le dos sont donc kaki et les manches (raglans) ont été coupées dans le sweat dinosaure.

Désolée, je n’ai pas de photo du tee-shirt seul, mais j’ai plein de photos de la tenue Jurassic Style complète. D’abord à la maison (juste au cas où il y aurait une tache inopinée avant d’arriver à l’exposition), puis en situation avec les dinos.

C’est ainsi qu’au lieu de coudre deux ou trois pantalons – ce qui aurait été sans doute plus utile – j’ai cousu une tenue assortie qui a fait grand plaisir à Augustine. Je pense qu’elle sera beaucoup portée. La veste sans manches devrait aller avec d’autres tenues aussi. Et puisque le coupon kaki est bien entamé, sans doute que je pourrais le terminer en y taillant un legging.

C’est ça le sens du sacrifice de Moma Fanfreluche ! (rire)

Sur ce, je vous dis à très bientôt pour de nouvelles aventures.

Fanfreluche