C’est maintenant ou jamais – Tome 2: Robe vintage

C’est maintenant ou jamais – Tome 2: Robe vintage

A mon tour de vous montrer la dernière pièce cousue pour cet été et quand même portée in extremis. Il s’agit d’un modèle très vintage, issu de la revue Burda Moden de juin 1970 (n° 8796). C’est une robe en jersey bicolore, avec taille basse et jeux de plis sur le côté. C’est la photo du modèle qui m’a complètement emballée (photo de droite) même si le jeu de plis n’est absolument pas visible. On voit juste un panneau sur le côté en tissu contrastant qui donne l’impression que tout est assemblé à plat.

# Burda moden juin 1070, modèle 8796

Opération patronage

C’est un modèle assez sophistiqué avec pinces poitrine et d’épaule. La ceinture s’accompagne d’un lien fini par un nœud sur le côté. Seules les dimensions du lien et nœud sont données : 1,20 m X 3,5 cm de large, largeur finie 1 cm. Le dos est fermé par une fermeture glissière qui descend sur la ceinture et la jupe. Le devant de la jupe est en trois pièces. Il y a des parementures pour l’encolure et les emmanchures (la robe est sans manche). D’entrée de jeu, j’ai éliminé le lien avec nœud et j’ai souhaité rajouter des manches.

# Burda moden juin 1070, modèle 8796

Comme très souvent dans les vieilles revues Burda, les modèles présentés n’existent qu’en une seule taille. Cela facilite étonnamment le décalquage des pièces (les planches patrons de l’époque sont pourtant vraiment horribles) mais cela n’aide pas beaucoup quand il faut grader. J’ai noté soigneusement les chiffres indiqués sur les pièces, qui sont souvent salvateurs chez Burda en cas de montage complexe. Les indications de pliure sont assez sibyllines, elles sont représentées par un léger pointillé sur les pièces du patron, qu’on peut facilement louper.

Marie m’a dégoté dans la même revue un modèle assez semblable au niveau du buste en taille 38, avec manches. Nous nous en sommes inspirées pour les manches, pour regrader le patron de la robe, repositionner et diminuer la pince poitrine très « généreuse » et diminuer l’ampleur du devant. En revanche, la partie taille basse n’a pas été modifiée dans sa largueur, ni la ceinture et la jupe du même coup. L’encolure très montante a été baissée et modifiée dans son montage.

Un tissu d’inspiration vintage

L’année dernière, j’avais acheté chez les Hollandais 2 mètres de jersey à motifs de vagues, d’inspiration vintage, dans les tons de bleu et vert, sur fond blanc. Je l’ai combiné avec du jersey blanc de la mercerie du Fil amant pour la ceinture, le panneau latéral de la jupe et la finition encolure.

Alors certes, j’aurais pu prendre un tissu plus facile ne nécessitant pas de raccords. J’ai passé pas mal de temps pour placer les pièces. Les raccords sont difficiles avec les pinces et la forme trapèze de la robe. Ils ont été anéantis avec les retouches successives de la robe. Mais dans l’ensemble les jeux de motifs sont alignés à défaut d’être raccord ! Au final, il m’a fallu pas mal de tissu. Sur de l’uni 1,20 est suffisant avec 40 cm de tissu contrastant. J’aurais pu m’économiser encore plus de travail de placement en mettant directement au pli toutes les parties dos puisqu’au bout du compte le zip s’est avéré inutile.

Ils sont beaux mes raccords, non???

Le jeu de piste du montage

C’est surtout la jupe devant qui est problématique à comprendre. Les repères de plis sont bien marqués sur les pièces avec des symboles (O et X). Il y a en outre d’autres repères similaires mais qui indiquent le milieu !!! Faut pas se gourer !! Aucun sens des plis n’est indiqué sur les pièces ni dans les explications très limitées. Une fois les trois pièces de la jupe épinglées, on a essayé tout un tas de possibilité en nous basant sur la photo et les proportions au final.

# Burda moden juin 1070, modèle 8796
Montage final des trois panneaux de la jupe devant

C’est tout simple en fait une fois qu’on a pigé le système. Les plis creux se font d’une pièce sur l’autre. La jupe est composée dans l’ordre des pièces 30 (coté), 31 (milieu) et 32 (côté). Un premier pli se fait de la pièce 30 sur la pièce 31, un second pli de la pièce 31 sur la pièce 32 et le dernier pli se fait dans le même sens sur la pièce 32 elle-même. Une fois ces trois plis réalisés, cela colle enfin avec le visuel de la photo et les dimensions de la ceinture.. ouf !!! J’ai assemblé ces trois pièces ainsi que les plis sur une dizaine de centimètres à la machine à coudre (point droit, fil élastique maraflex).

Après bâti des pièces, il a fallu reprendre au niveau du buste encore trop large. J’avais laissé ouvert 10 cm dans le dos mais même épinglé jusqu’en haut, ça passait sans problème. La ceinture a également été remontée (moins 4 cm sur le devant et moins 5 cm sur le dos). J’ai repris le modèle de manches de la robe taille 38 de la même revue. Il a fallu modifier l’emmanchure sur la partie corsage notamment pour tenir compte de l’ajout des manches. Une fois la couture d’épaule baissée, le corsage et les manches se sont mieux posés. Mais si je la refais, il faudra retravailler l’emmanchure et la largeur des manches. Ça coince un peu à ces niveaux.

# Burda moden juin 1070, modèle 8796

Je n’ai pas rajouté la pièce supplémentaire à l’encolure parce que cela remontait beaucoup trop haut. J’ai simplement redessiné une parementure d’encolure. Pour garder l’effet contrastant, j’ai cousu cette parementure sur le devant du corsage. Je n’ai pas osé faire la couture d’assemblage à la machine du fait des épaisseurs et j’ai cousu cette pièce à la main de manière (presque) invisible sur l’endroit du corsage. Cela a été un long travail d’épinglage, mesures et repassage, pour un visuel cohérent et de même dimension.

# Burda moden juin 1070, modèle 8796

Ce jersey blanc pose des problèmes de transparence, on voit bien les marges de couture aussi bien sur l’encolure que sur la ceinture. Un tissu plus foncé permettrait de remédier à ce défaut. J’ai doublé la ceinture ce qui a fait pas mal d’épaisseur à gérer. Là encore tout a été cousu à la machine. J’ai aussi marqué le sens des pièces des jupes parce que cela faisait un sacré dédale à assembler et à coudre sur les deux pièces de ceinture.

J’ai eu quelques sueurs froides quand j’ai lavé la robe parce que des traces de feutre (ultra lavables) sont restées, en particulier tout le long du milieu devant, genre bien visibles! J’ai dû relaver plusieurs fois et insister à la main. D’habitude cela part complètement et sans difficulté.

Petite séquence shooting devant le Fil amant où Marie est venue aussi montrer sa tunique et son gilet, home made bien sûr!!

Les plis sont une calamité à repasser. J’ai surjeté les pièces avant de les coudre. Je pense que je n’aurais pas dû, cela leur donne une épaisseur et « rigidité » supplémentaires. Une fois la robe portée, au bout d’un moment les plis ne sont plus aussi bien marqués. Pour les photos j’ai un peu triché, la robe a été mise juste avant les photos histoire d’essayer de vous la montrer sous son meilleur jour!!

Elle est prête à être rangée avec les affaires d’été. Le soleil est encore de la partie mais les températures se sont bien rafraichies.. C’était le moment où jamais de montrer cette petite robe, les prochains projets seront plus hivernaux…

Très belle journée à vous

Nathalie

Les sweats de l’automne

Les sweats de l’automne

Etant donné un été très changeant, voire froid par intervalle, je me suis dit que quelques sweats seraient bien utiles dans ma garde-robe. Bien sûr depuis que je les ai cousus, le beau temps est à nouveau là !! Mais dans l’intervalle j’ai pu en profiter. L’automne reviendra bien vite de tout façon… J’ai choisi deux nouveaux modèles.

Un sweat raglan « burdalais » pour changer de crèmerie

J’ai cousu pas mal de fois le sweat raglan Maëlle de Marie Poisson. J’en suis très satisfaite mais avec le temps je préfère les manches raglan en deux parties. Je trouve qu’elles sont plus ajustées à la forme du bras et font moins de plis au niveau de l’emmanchure. C’est la raison pour laquelle, j’ai opté pour le modèle de ce T.shirt / sweat raglan de Burda (août 2021). Il est disponible en téléchargement sur le site de Burda Style (ici).

# T. shirt raglan Burda style août 2021

Les modifications du patron

Marie avait cousu ce modèle et il m’avait bien plu. L’encolure était sympa mais trop échancrée et basse à mon goût.

Au vu de la photo et de la réalisation de Marie, il me paraissait assez moulant. J’ai donc décalqué le 38 d’office. J’ai quand même comparé le patron à celui de Maëlle et là il manquait pas mal au niveau des hanches !!! Tu vois Fanfreluche, cette fois j’ai agrandi mon patron !! J’ai également remonté l’encolure et élargi les manches (+ 2 cm sur une pièce et + 1cm sur l’autre), ainsi que les bracelets de manche.

Les réalisations

Pour mon premier essai, j’ai utilisé un tissu sweat d’été (French terry) beige uni, de la mercerie du Fil amant. Le montage s’est fait pratiquement sans encombre à la surjeteuse. Il y a juste les deux morceaux de manche qui sont un peu récalcitrants à assembler au vu de leur forme arrondie. Pour l’encolure, je craignais un peu de faire une bande avec ce sweat mais le montage est allé tout seul.

Je dois avouer que j’ai un peu boudé ce sweat au début. Il a été cousu en octobre 2022 et j’ai dû le mettre une seule fois. Je l’ai ressorti cet été et je l’ai trouvé plutôt pas mal. Depuis il a été pas mal porté et j’ai eu envie de le refaire.

Je l’ai refait dans un French terry imprimé de la Mercerie du Fil amant, dans lequel j’avais déjà cousu une robe (ici). Cette fois-ci j’ai fait les bracelets de manche et la bande d’ourlet en bord-côtes kaki du stock.

Lana: un modèle de sweat féminin

C’est un peu par hasard en papillonnant sur la Toile, que je suis tombée sur ce patron allemand, le sweat Lana de Fadenkäfer. Il a une forme originale, avec une partie « jupe » croisée sur le devant. Il a de surcroît des pinces poitrine qui le rendent féminin. C’est assez rare pour être signalé. J’ai renoncé au PDF et j’ai commandé la version papier, certes plus chère mais plus rapide d’usage.

# Sweat Lana Fadenkäfer

Le site de la marque étant traduit en français je pensais qu’il en était de même pour le patron. Et ben non! J’ai reçu le patron et une « notice » en double page format A4, tout en teuton !! Monsieur m’a aidé à décrypter les informations mais il a eu du mal avec les termes de couture. Et puis je suis tombée sur une video de la créatrice où elle montre le montage intégral du sweat. Même en teuton, elle m’a été utile pour comprendre comment étaient cousus les plis sur le devant ainsi que les étapes de montage. En fait c’est tout simple.

Un patron de sweat décliné en plusieurs versions

L’encolure peut être finie avec une capuche, un col montant ou une simple parementure d’encolure. La partie « jupe » se compose de deux pièces croisées, avec ou sans pli. Le tableau des mensurations est standard, il n’aide donc pas en l’absence des dimensions finies. Après avoir mesuré les pièces, j’ai opté pour le 40, histoire d’être à l’aise et de pouvoir mettre un T. shirt en dessous. Je vois que Fanfreluche sourit encore.

Les marges de couture de 1 cm sont incluses. Il y a pas mal de crans de montage, et sur les manches il y a les crans du dos et du devant. En général sur les patrons récents, il n’y a pas les deux. Sa gamme de tailles est assez large puisqu’il va jusqu’au 58!!

Modifications minimes du patron

La stature est de 1,68 m. J’ai mesuré les pièces du patron et enlevé 5 cm dans la longueur pour ma stature d’1,60 m. Du fait de la forme arrondie du sweat, finie par une parementure d’ourlet, j’ai tracé deux lignes parallèles espacées de 5 cm au milieu de la jupe. J’ai enlevé cette bande et j’ai ensuite redessiné l’arrondi du côté. J’ai fait la même chose pour la pièce dos.

La version avec plis sur le devant, se combine avec celle sans pli pour la jupe intérieure. Je me suis trompée et j’ai fait deux fois la jupe avec pli.

# Sweat Lana Fadenkäfer

Les manches sont très longues. J’ai coupé à la ligne 3/4, qui est indiquée sur la manche. J’ai juste rajouté une petite bande d’ourlet.

Version avec plis et bande d’encolure

Pour cette réalisation, j’avoue avoir fait une infidélité à la mercerie du Fil amant. Mais bon Marie était en vacances et ça me démangeait de coudre ce sweat. Je suis donc allé faire un saut chez Self tissus qui s’appelle désormais les Tissus des Ursules.

Dans la boutique il y avait deux (oui deux j’ai honte…) chouettes French terry que je me suis empressée d’acheter dont un camouflage d’été, façon « desert storm ».. Et un jersey kaki (je me sens si coupable…). Mais Marie ne les a pas, je le sais !!! Et depuis que Marie a rouvert, j’ai repéré des nouveaux molletons et French terry dans sa boutique, que j’achèterai prochainement…

J’ai quand même bâti le haut du sweat pour vérifier la taille, qui était parfaite à mon goût. J’ai fait la plupart des coutures à la machine pour éviter les surépaisseurs au montage, à l’exception des coutures d’épaule et des manches. J’ai rajouté une bande de laminette sur la couture d’épaule. Elle n’est pas prévue dans le patron.

Les trois panneaux de jupe sont d’abord assemblés à plat ensemble (non fermés sur les côtés). Ensuite la parementure d’ourlet est fixée tout du long. Sur le patron elle est assez large, 5 cm. Je l’ai faite plus étroite, à 4 cm, marge de couture incluse. Et enfin, il suffit de replier les panneaux sur le devant et d’assembler en rond le tout sur la partie « corsage ». Là ça fait pas mal d’épaisseur du fait des panneaux croisés et des plis.

# Sweat Lana Fadenkäfer

Sur une des photos du site, il y avait une version avec deux boutons au niveau de chaque pli du devant. J’ai repiqué l’idée avec deux gros boutons du stock.

# Sweat Lana Fadenkäfer

Pour l’encolure, j’ai fait une simple bande d’1,5 cm fini, pas de parementure.

Nul doute que ce modèle va être rentabilisé, avec les autres versions d’encolure!! L’automne n’a qu’à bien se tenir!!

Nathalie

Le bermuda, boulet de l’été

Le bermuda, boulet de l’été

Pour l’été j’ai eu envie d’un bermuda. Les jeans et pantalons d’été sont en général trop chaud. Et cet été il faut dire qu’on a eu très chaud, certes par brève intermittence !! Au vu de la météo actuelle, cette publication n’est pas encore à contre-courant quoique le temps varie tellement vite chez nous!! De toute façon, les photos n’ont été faites que récemment. Et puis quand même, ce projet n’a été fini que fin août. Il m’aura bien occupé tout l’été..

Erreur de casting

J’ai pas mal cherché des modèles de bermuda. J’avais des idées bien arrêtées. Je voulais des pinces pour qu’il fasse un peu habillé et soit plus « bureau-compatible », et une forme assez droite voire un peu étroite. Alors c’est vrai que pour les pantalons, j’ai des critères un peu (psycho-)rigides. Je n’aime pas les tailles hautes que je trouve inconfortables, et je déteste les formes amples, pattes d’éph.. Et la mode n’y changera rien !!

Dans une revue Bermuda style de mai 2003, il m’a semblé trouver le modèle idéal de bermuda (modèle 131). Je reconnais avoir été induite en erreur par le dessin technique qui me paraissait parfait et conforme à mes attentes. Mais ça je ne l’ai compris qu’après avoir coupé mon tissu.

# Burda Style n° 41 mai 2003, modèle 131

Et puis comme d’hab, les photos du modèle porté dans la revue sont totalement inutiles et ne permettent pas de se faire une idée précise. Ici la donzelle est assise, avec un chemisier qui cache une bonne partie du bermuda. Il y a une seule photo intéressante, celle du dos avec les poches et le large passant., choses que je n’ai pas réalisées sur ce modèle. Seules les dimensions des poches dos étaient données, je les ai donc oubliées au moment de copier les pièces et ensuite j’ai zappé. J’ai fait des passants standards.

Je suis partie sur la taille 38, au vu des dimensions des pièces.

Un gachis de tissu

J’avais acheté il y a deux ans je crois, un superbe lin imprimé que je réservais à un projet de robe longue. Ce projet n’ayant toujours pas vu le jour, j’ai préféré l’utiliser pour ce bermuda. Comme j’avais en plus envie d’ajouter un revers au bas de l’ourlet, l’ourlet a été considérablement allongé. Avec une petite laize, j’ai dû tailler dans une très large proportion du coupon.

Au premier essayage, catastrophe : taille trop haute (sans la ceinture), beaucoup trop grand ; « cuisses d’éph’ ». Bref tout ce que je ne voulais pas… Les copines qui ont assisté à l’essayage, ont trouvé le modèle très chouette, même Marie a essayé de me convaincre, oui c’est joli large, c’est fluide.. Ben non moi je n’en voulais pas de ce modèle qui ressemblait plus à une jupe-culotte qu’à un bermuda bien cintré sur les jambes. Devant mes ronchonnades, Marie a sorti les épingles et entrepris de réduire la jambe. C’était un peu mieux mais je restais profondément déçue par ce modèle. Les pinces dos ont été élargies de 2 cm de plus chacune et la taille a été baissée sur le devant seulement.

Finalement nous avons toutes convenu qu’un revers serait vraiment moche, donc gâchis supplémentaire de tissu.

Procrastination

A partir de ce moment, je l’avoue, j’ai traîné des pieds sur ce modèle. Les retouches ont été rapides à faire, pour rendre la jambe plus étroite, sur les pinces pour recintrer un peu le modèle. En plus je n’avais rien surjeté tant que les modifications n’étaient pas terminées. Le spectacle de l’effilochage du tissu et des fils partout n’ont rien fait pour me motiver.

La braguette s’est déroulée relativement sans encombre, au moins ça il faut le reconnaître, grâce à la direction parfaitement orchestrée de Marie !! Mais après je me suis lancée dans d’autres projets et j’avançais péniblement sur ce bermuda. Il me restait la ceinture à monter (avec la perspective des passants et de la boutonnière qui ne m’enchantaient guère) et la longueur à décider.

# Burda Style n°41 mai 2003, modèle 131

J’ai fini par me prendre par la main un week-end. J’ai passé le bermuda sous la surjeteuse.. Et mis un bon coup de ciseau dans la longueur. Ouf je me sentais mieux.

Après nouvel essayage, la taille et les hanches était toujours beaucoup trop larges. Donc j’ai encore dû agrandir les pinces. J’ai assemblé la ceinture que j’ai faite à 3 cm. Dans le modèle elle était de 4,5 cm. Ma boutonnière est superbe mais elle est placée trop loin. Vu que de toute façon je dois porter ce bermuda avec une ceinture, j’ai décidé de laisser telle qu’elle cette boutonnière. Elle ne se verra de toute façon pas sous la ceinture.

Le bilan est vite vu. Je suis assez peu convaincue par ce bermuda. Il est encore trop large au niveau de la taille. Mais je ne changerai plus rien, j’ai eu trop de mal à aller jusqu’au bout de ce projet. Il sera quand même parfait pour les grandes chaleurs, vu son amplitude et la matière.

Après une vague de froid générale, la chaleur semble être au rendez-vous. Après ce moment de répit qui je pense sera bref, je vais pouvoir remiser ce bermuda jusqu’à l’été prochain. Et peut-être que d’ici là j’aurais trouvé un modèle correspondant davantage à mes attentes.

Allez profitons encore un peu de cet fin d’été..

Nathalie

Autopsie d’un T. shirt

Autopsie d’un T. shirt

Avec les beaux jours, l’envie de T. Shirt et revenue d’autant que c’était un bon prétexte pour vider le stock. Trouver un bon modèle de T. Shirt n’est pas chose facile. Je dois admettre qu’à ce jour seul le modèle Maëlle, de Marie Poisson, a rempli les conditions. J’avais recensé un certain nombre de nouveaux candidats et puis je suis tombée sur un modèle raglan alléchant dans le Burda style de juillet 2018, modèle 119. J’avais tout de même tiqué sur un certain nombre de points négatifs mais j’ai quand même voulu essayer le modèle. Avec le recul, il vaut mieux se fier à sa première impression.

Un dessin technique de T. shirt alléchant

Le dessin technique nous montre un modèle original de T. Shirt avec manches raglan ouvertes et finies par un joli nœud. L’encolure est très échancrée dans le dos, et assez près du cou sur le devant.

# T. shirt Burda style de juillet 2018, modèle 119

Premier voyant lumineux.. Avec un dos échancré, en général les épaules tombent. J’ai vécu cette expérience sur une robe échancrée, devant et dos, dont les épaules tombaient sans arrêt. Du fait de l’encolure assez haute sur le devant je me suis dit que ça pouvait passer.. mmmm… ben non!

Les découpes de manche m’ont indéniablement plu. J’ai songé un temps à l’épaisseur et aux finitions requises. J’avoue m’être laissée emporter par la simplicité du montage. mmmm… mauvais plan!

Un patron mitigé

Du fait que ce modèle faisait l’objet d’un atelier, Burda s’est donné la peine de faire une planche patron lumineuse, chaque pièce faisant l’objet d’une couleur sur fond rose pour bien les repérer. Opération décalquage ultra rapide et simple.

Les manches sont en deux parties du fait de l’ouverture au milieu. Sur du raglan c’est mieux, ça permet de bien ajuster la manche et d’éviter des surplus de tissus sous les bras.

Le patron va du 34 au 44. Pour ce qui est des indications de taille, il est préconisé de se limiter au tour de poitrine en se référant au tableau des tailles. Ici la taille qui me correspond dans le tableau des tailles est le 38. Or au niveau du patron lui-même le 36 donne laaaaargement de l’aisance à la poitrine.

Comme Burda ne donne jamais les dimensions finies, je me suis fiée dans un premier temps à la photo puis j’ai quand même mesuré les pièces. Au niveau poitrine, les dimensions étaient effectivement généreuses, par contre beaucoup trop justes au niveau des hanches. Là je ne me suis pas cassé la tête, j’ai ressorti mon patron Maëlle et j’ai repris les dimensions sur les hanches, avec un rajout de 2 / 3 centimètres quand même!

Des photos trompeuses

Burda a le chic pour faire des photos où on ne voit pas l’intérêt d’un modèle, ici le dos et les manches. Pour ce modèle, le mannequin est assise de face. A y regarder de plus près, le T. shirt a l’air assez large, assez long, ça baille au niveau de la poitrine et de l’emmanchure. L’encolure n’est pas si ras de cou mais bien arrondie comme sur le dessin technique. On voit quand même une épaule avec le nœud. Les manches ont l’air de bien tomber sans être trop large.

# T. shirt Burda style juillet 2018 modèle 119

Dans le workshop, au moins les photos sont plus parlantes. le dos est montré et il est TRÈS échancré, limite il va tomber… Une photo en gros plan de la manche est assez sympa. Et là dans les commentaires photos, il est question d’encolure bateau, que bien entendu on ne voit pas en position debout…

Un tissu inadapté

Le tissu choisi sur les photos a l’air assez souple et fin. Je dirais un jersey de viscose. J’ai fouillé dans mon stock et jeté mon dévolu sur des panneaux de jersey avec motif placé, achetés à la mercerie d’Obernai, l’été dernier. Ces panneaux étaient prévus pour des modèles enfants, j’avais donc pris deux panneaux pour être sûre de pouvoir y caser des manches. La partie devant est blanche avec un motif placé au centre. La partie dos (et manches) comprend des petits motifs sur fond blanc.

C’est un jersey de coton avec de la tenue. Je sentais bien que pour les manches ça risquait d’être problématique mais tant pis! On connaît toutes ces plans foireux qu’on détecte, mais dans lesquels on s’engouffre quand même!! La construction des manches avec enforme a effectivement rigidifié les manches.

Un atelier (pas à pas) dépourvu d’intérêt

Burda est en général avare de précisions et de détails utiles. Un pas à pas détaillé peut s’avérer très utile pour un modèle compliqué. Clairement ce modèle simple ne remplit pas les conditions. En outre cet atelier ne présente pas beaucoup d’intérêt. Les conseils de taille sont lacunaires ainsi que celles du tissu. Il est indiqué jersey, maille extensible, là il aurait été nécessaire de parler de la fluidité requise pour les manches. Le montage des manches est bien expliqué avec des dessins à l’appui. Bon faut reconnaître que ce n’est pas sorcier! Pour le reste, les dessins sont superflus.

Les points à utiliser: conseils standards à savoir utiliser un point extensible, rien n’est précisé pour les surpiqûres des manches. J’ai utilisé du fil extensible Maraflex pour me faciliter la vie. Un point extensible n’aurait pas été très joli. La bande d’encolure: seules les dimensions sont données. Pour ce qui est du montage, il n’y a pas de repère ou de cran, ni de précisions élémentaires des repères milieu, quart. Faut juste étirer « légèrement »…

Montage long mais simple

« Tellement mignon et si vite cousu »… Ce modèle nécessite pas mal de couture à la machine, plus le surfilage pour les accros… . Le plus long ce sont les manches. Les extrémités arrondies du nœud s’accompagnent d’une parementure. Pour faire plus joli et propre au niveau des finitions, une seule parementure, avec l’ourlet inclus, aurait été préférable. Les marges de couture sont à 1,5 cm mais j’ai fait un centimètre. Ça fait un peu juste pour la fente d’épaule et l’ourlet de la manche, je l’admets.

# T. shirt Burda style juillet 2018 modèle 119

Une fois les pièces des manches cousues, il faut surpiquer depuis la fente et faire tout le tour de la manche. Pas toujours simple sur de la maille. Du coup j’ai surjeté toutes les pièces et je les ai assemblées à la machine.

Rafistolage de finition

Une fois le Tshirt monté, je l’ai quand même essayé avant de me lancer dans la bande d’encolure. Verdict: les épaules tombent, ça baille dans le dos avec cette échancrure et les manches sont trop larges et bien rigidifiées avec la parementure.

J’ai fait un double pli dans le milieu dos, ce qui a permis de rétablir l’équilibre sur les épaules. Mais dans le même temps cela a créé de vilains plis dans le dos. L’encolure bateau a aussi été accentuée.

J’ai fait une bande d’encolure de 1,5 cm mais je la trouve trop large surtout avec cette encolure si haute. Je n’ai pas de photo porté mais croyez-moi l’encolure est suffocante!!

J’ai montré le Tshirt aux copines de la couture qui l’ont quand même trouvé sympa.. Marie m’a suggéré de baisser l’encolure et surtout d’éviter le pli dans le dos en faisant une simple couture milieu dos.. Pour les manches ne rien faire, juste bien serrer le nœud, façon gros bonbon….

Retouches / sauvetage

J’ai commencé par défaire la bande d’encolure et j’ai retracé ma nouvelle encolure à partir du milieu devant.

# T. shirt Burda style de juillet 2018, modèle 119

Pour le dos, j’ai juste défait le milieu de l’ourlet dos. j’ai plié en deux et tracé ma ligne de retouche: j’ai repris de 3 bons centimètres en haut du dos pour retomber à 1 cm dans le bas du dos (c’est dire s’il taille grand au niveau du tour de poitrine). J’ai épinglé et essayé c’était tout bon. Une couture à la surjeteuse c’était plié. J’ai mesuré la nouvelle l’encolure et fait une bande d’un centimètre cette fois.

Certes cela tombe mieux mais ce n’est vraiment pas LE T. shirt de l’année. J’ai vraiment l’impression d’être dans un emballage cadeau avec ces gros nœuds. Le tombé des manches est bofbof et le devant est moche avec cette encolure bancale maintenant..

Yapluka qu’à poursuivre la recherche du T. shirt idéal. J’ai déjà imprimé deux modèles gratuits: le T. shirt Plantain qui ne m’a jamais complètement séduite, et Besame Mucho (tout un programme!!) du Vicomte du Boisjoly dont j’ai entendu le plus grand bien. Et vous, vous avez des patrons fétiches de T. shirt?

Très belle journée

Nathalie

Le « chilet » blanc

Le « chilet » blanc

Ces dernières années, dès les retours des beaux jours Fanfreluche était bien habituée à mon rituel de la recherche du gilet blanc ou à l’alsacienne  « chilet » blanc.. Pour moi les petites robes printanières ou d’été sont indissociables du gilet, pardon « chilet » blanc…. Il faut dire que les printemps et étés en Alsace sont imprévisibles, côté température, voire parfois sournois.. Sans parler de la clim intempestive dans nos bureaux !! Cette année, plutôt que de courir les magasins, j’ai décrété que je me ferai une veste / gilet blanc.

# Veste Burda style avril 2022, modèle 101

Bon certes la photo ne permet pas de bien voir le modèle, comme souvent chez Burda, surtout avec cette grosse fleur qui vient tout parasiter. Nan, elle n’est pas blanche mais en gros c’était le modèle que je souhaitais. Je l’aurais préférée un peu plus longue mais je n’ai pas modifié la longueur du fait que le modèle n’est pas cintré.

Un patron puzzle

Il s’agit d’une veste parue dans la revue Burda style d’avril 2022, modèle 101. Le modèle est même en téléchargement pour celles qui ont du mal avec les superpositions des planches Burda! C’est le modèle classique de veste en jeans comme on peut mieux le voir sur le dessin technique!

# Veste Burda style avril 2022, modèle 101

Ce modèle est donné 3 étoiles question difficulté. Et je confirme qu’il n’est pas facile en raison du nombre de pièces, au total 24 pièces (et des petites), de la quantité de surpiqûres présentes sur le modèle et des finitions qui m’ont donné du fil à retordre pour la ceinture et des poignets. Après, il est vrai que ce sont presque essentiellement des coutures droites !! En plus des pièces sur la planche patron, il faut rajouter les bandes d’ourlet de la veste et des manches dont les dimensions sont données dans les instructions.

# Veste Burda style avril 2022, modèle 101

Pour le tissu, je dois avouer que je n’avais rien en stock et je n’ai rien trouvé à la mercerie du Fil amant. Je me suis rabattue sur Self tissus où j’ai acheté un fond de rouleau de coton blanc avec élasthanne. Il me semble que je l’ai retrouvé sur leur site (ici). J’avais largement de quoi faire une jupe ou un pantalon en plus.. Mais bon plutôt que de laisser 1 mètre de tissu orphelin, j’ai tout pris.. Oui j’ai malheureusement tendance à faire ça, ce n’est pas bon pour la gestion des stocks..

J’ai passé un temps fou à décalquer toutes les pièces du patrons (taille 36), à couper les pièces et à tout surjeter. Pour le premier essayage, j’ai fait un bâti machine du dos et du devant (sans les poches à ce stade) et à la main pour les manches. J’ai galéré pour les manches en raison de l’embu. La revue préconisait un fil de fronces et avec cette méthode je dois dire que ça s’est passé beaucoup plus rapidement. A l’essayage, ben pas de modif !!! Bon point pour Burda !!! La mauvaise nouvelle c’est qu’il fallait défaire tout le bâti à cause des multiples surpiqûres entre pratiquement chaque pièce!!!

Bévues dans le montage

J’ai pris mon mal à patience et j’ai recommencé l’opération. Le montage en soi n’est pas compliqué, sauf quand on fait des bévues à répétitions!! Il suffit d’assembler les pièces du puzzle dans l’ordre et de faire au fur et à mesure les surpiqûres: une tout près de la couture d’assemblage et l’autre à 0,7 cm, ou 1 cm c’est plus simple. J’étais un peu sceptique au début mais c’est vrai que cela donne un super rendu. J’ai utilisé du cordonnet blanc avec cordonnet dans la cannette suivant le sens du tissu. La surpiqûre marchait mieux dans un sens que dans l’autre, mais je ne sais plus lequel !!

Les poches sont prises dans les coutures latérales d’assemblage avec une parementure à même. Elles sont très étroites et de ce fait purement décoratif. Non le portable ne rentre pas, à la limite un briquet ou un « boustiquette »!! J’ai rajouté des boutons décoratifs sur la ligne de surpiqûre du haut.

Le montage des manches tailleur avec fente latérale (et parementure à même) m’a posé quelques problèmes de compréhension. En outre, la finition de manche avec fente ne m’a pas emballée outre mesure. J’ai mis un peu de temps avant de tout comprendre !! Il reste un tout petit bout que je n’ai pas pu surjeter.

au final voilà le vilain petit bout qu’on ne peut pas surjeter:

Les surpiqûres sur les emmanchures les ont rigidifiées et le montage définitif des manches a été beaucoup plus difficile, y compris avec fil de fronce. Il y a pas mal de petits plis que je n’ai pas réussi à résorber, surtout sur une manche. Tant pis!!

Même chose pour les poignets et la ceinture. Je ne suis pas arrivé à un joli résultat en raison des multiples épaisseurs et parce que je n’ai pas fait le montage correctement. Normalement il faut faire un montage comme pour un col, avec une couture d’assemblage jusqu’au point de jonction des extrémités des deux pièces et retourner le tout. Je ne sais pas ce qui m’a pris mais j’ai glissé l’extrémité de la veste à l’intérieur de la ceinture, et pareil pour les bandes de manches.. Le résultat n’est vraiment pas joli joli.. hum… J’ai pourtant beaucoup dégarni pour que ça se passe mieux. Je m’en souviendrai pour une prochaine fois!!

# Veste Burda style avril 2022, modèle 101

J’ai cousu l’ourlet intérieur à la main aussi bien sur la ceinture que sur les poignets. J’avais entoilé une des ceintures mais quand j’ai vu la difficulté de montage en termes d’épaisseur et de rigidité, je n’ai pas entoilé les poignets. Du même coup, je n’ai pas fait de boutonnière et j’ai cousu directement les boutons pour fermer les poignets.

La première boutonnière a bloqué à cause du col qui se prenait dans la machine. Les autres en revanche se sont faites sans problème, avec un entoilage à l’intérieur de la parementure à même. Pour ce qui est des boutons, j’aurais pu jouer la facilité et prendre des boutons jeans. J’ai pris le temps de farfouiller dans le stock de Marie et j’ai eu un coup de cœur pour ces boutons bien vintage qui donnent un cachet à la veste.

Au porté, les manches sont quand même un chouia trop longues malgré les calculs effectués au préalable. Mais j’en ai tellement bavé pour ces poignets que je ne me sens pas de les défaire et de recommencer toute l’opération. Il suffit de retourner le poignet et ni vu ni connu !! Des photos faites en mode rebelle, l’emplacement était interdit d’accès mais Fanfreluche si « Alsacienne » d’habitude n’a pas hésité à contourner le panneau d’interdiction!!! Ben moi non plus!!!

La veste est très agréable et ne serre pas. Quand nous avons fait les photos, il faisait encore très chaud et la veste n’était pas vraiment utile!! Maintenant que nous sommes passés directement de l’été à un automne très gris, je dois admettre que je n’ai pas trop envie de mettre du blanc mais elle sera parfaite pour le printemps prochain ou si l’automne nous réserve encore quelques journées ensoleillées…

Très bonne soirée.

Nathalie